Select Page

Perfect Sense

Article écrit par

Et si on perdait tous nos sens ? Hé bien on continuerait à s´aimer, nous dit « Perfect Sense ». « Je préfère partir plutôt que d’entendre ça plutôt que d’être sourd. »

Hasard du calendrier, deux films de David Mackenzie (réalisateur écossais encensé pour son incisif My Name Is Hallam Foe, mais un peu moins pour son Toy Boy avec Ashton Kutcher) sortent à quelques jours d’écart sur les écrans. Deux titres bien différents, que ce soit dans leur styles, leurs sujets et leur conceptions. Rock’n’Love est sans doute le plus appréciable des deux. Peut-être parce que cette improbable comédie romantique, tournée pendant un festival de rock écossais, a le charme de la spontanéité et les vibrations contagieuses d’un micro-monde où tout est fête et rencontres. Soit tout le contraire de Perfect Sense, fable post-apocalyptique sur la perte des sens qui nous donnerait presque envie d’être aveugle et sourd.

Les deux films ont au moins en commun de traiter d’un sujet essentiel, résumé parfaitement par une formule d’Alfred Hitchock : « boy meets girl ». Lui, c’est Ewan McGregor, un cuisinier un peu anonyme, spécialisé dans les petits plats et les rencontres sans lendemain. Elle, c’est Eva Green, une scientifique qui fronce souvent les sourcils et qui aime elle aussi coucher le premier soir sans laisser de numéro. Ces deux-là s’attirent, se sourient, finissent au lit dans des scènes d’une sensualité aussi crue que bancale. On pourrait s’arrêter là et y broder une jolie romance à Glasgow : certains ont fait des films avec moins que ça.

Contagion dans tous les sens


 

La « grande » idée de Mackenzie, c’est d’accoler à l’histoire d’amour entre ces deux handicapés sociaux une histoire d’apocalypse des sens, aussi soudaine et farfelue qu’implacable. L’un après l’autre, l’Homme perd ces cinq sens, d’abord temporairement, puis pour toujours. Difficile de cuisiner quand personne n’a plus de goût ni d’odorat, ce qui nous vaut de savoureuses séquences « pourquoi pas ? » où, entre autres, Eva Green mange du savon dans son bain ; ou bien détestables, lorsqu’il tente de nous faire comprendre que cela pourrait au moins permettre de régler la famine dans le monde. Puis, comme dans un certain Blindness, qui était lui aussi pétri de défauts mais ou Fernando Meirelles y avait les moyens de ses ambitions, le monde perd la vue. Le tout non sans avoir eu des crises de colère et d’hystérie, qui permettent au moins au casting de montrer à Lars Von Trier qu’ils pourront jouer dans son prochain film.

Pour paraphraser les talents culinaires d’Ewan McGregor, il est clair qu’ici la mayonnaise ne prend pas. Parce qu’il envisage le prétexte d’un « film de contagion » comme un outil métaphorique uniquement destiné à illustrer la violence du sentiment amoureux (on n’est pas chez Soderbergh, très clairement), sans pour autant rendre son couple principal attractif ou charismatique (McGregor et Green ne dégagent aucune alchimie et leurs personnages sont à baffer), Mackenzie conduit son œuvre droit dans le mur du ridicule, malgré l’amour manifeste qu’il semble porter aux cuistots (ceux-ci continuent malgré tout leur activité en misant tout sur la présentation de leurs plats… tiens donc !). Inutile également de s’attarder sur les artifices stylistiques cache-misères qui tentent de nous faire « ressentir » la perte de repères de l’humanité, sans jamais nous faire oublier que, dans le genre, d’autres cinéastes sont passés par là avec davantage d’imagination. Un coup pour rien pour Mackenzie, donc. Heureusement, il y a Rock’n’Love.

Titre original : Perfect Sense

Réalisateur :

Acteurs : , , ,

Année :

Genre :

Durée : 92 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Cycle rétrospectif Detlef Sierck (alias Douglas Sirk) période allemande

Cycle rétrospectif Detlef Sierck (alias Douglas Sirk) période allemande

Au cœur des mélodrames de la période allemande de Douglas Sirk, ses protagonistes sont révélés par les artefacts d’une mise en scène où l’extravagance du kitsch le dispute avec le naturalisme du décor. Mais toujours pour porter la passion des sentiments exacerbés à son point culminant. Ces prémices flamboyants renvoient sans ambiguïté à sa période hollywoodienne qui est la consécration d’une œuvre filmique inégalée. Coup de projecteur sur le premier et dernier opus de cette période allemande.

La mort d’un bureaucrate

La mort d’un bureaucrate

« La mort d’un bureaucrate » est une tragi-comédie menée “à tombeau ouvert” et surtout une farce à l’ironie macabre déjantée qui combine un sens inné de l’absurde institutionnel avec une critique radicale du régime post-révolutionnaire cubain dans un éloge
bunuelien de la folie. Férocement subversif en version restaurée…