Once

Article écrit par

Un homme trimballant sa guitare sur le dos, de rue en rue, rencontre une femme d’origine tchèque devant les vitrines des magasins dublinois. Tous deux vont se rapprocher autour de leur passion commune : la musique. L’on qualifie souvent le silence d’éloquent mais dans Once, la part belle est consacrée à la musique. Ancien membre […]

Un homme trimballant sa guitare sur le dos, de rue en rue, rencontre une femme d’origine tchèque devant les vitrines des magasins dublinois. Tous deux vont se rapprocher autour de leur passion commune : la musique.

L’on qualifie souvent le silence d’éloquent mais dans Once, la part belle est consacrée à la musique. Ancien membre du groupe, The Frames, John Carney a voulu rendre hommage aux comédies musicales mais son long métrage n’en est pas une. Le film s’éloigne des conventions mais s’attache à une simplicité toute enivrante. Les dialogues sont laconiques, toutefois, l’émotion est bel et bien présente. Les personnages privilégient les chants accompagnés des notes d’une guitare et d’un piano pour communiquer leur spleen, leurs peines de cœur et le sentiment amoureux qui les gagne. Exit les mots et place aux notes car, une chanson de trois minutes vaut dix pages de dialogues pour décrire une palette large d’émotions, selon le réalisateur.

Once est l’histoire d’une rencontre de deux personnages habités par la solitude et fous de musique. L’amour y est chanté mais l’atmosphère est loin d’être radieuse. Le film s’inscrit dans une réalité, celle où l’on peine à joindre les deux bouts, à travailler plus sans nécessairement gagner davantage. L’un des personnages principaux, réparateur d’aspirateurs, se voit contraint d’endosser sa tenue de musicien de rues pour arrondir ses fins de mois tandis que l’autre vend, non pas des allumettes, mais des fleurs dans les rues irlandaises, lieu où errent les âmes précaires et où les pauvres dérobent les piécettes des moins pauvres. Néanmoins, le réalisateur évite de s’engouffrer dans le misérabilisme en évoquant cette réalité par petites touches, diffuses çà et là.

Once est une très belle histoire d’amour, les cœurs vibrent aux sons de notes musicales, au milieu de la simplicité. Ici, point de mièvrerie mais une authenticité éclatante. Marketa Irglova, jeune actrice néophyte interprète son personnage avec un naturel frappant. Idem pour Glen Hansard, qui a déjà travaillé aux côtés d’Alan Parker (dans The Commitments) mais qui demeure avant tout le chanteur de The Frames. John Carney embrasse bon nombre de thématiques dans son film et y varie les tons, allant de la mélancolie à l’humour tendre. Le réalisateur s’amuse avec les lieux communs de la rencontre amoureuse en inscrivant le motif du rendez-vous dans le prosaïsme le plus profond.

Empli d’humanité, Once se présente finalement comme une boîte à musique d’où s’échappe avec euphonie et au milieu d’un monde maussade, un sentiment d’ivresse et de réconfort. Et l’on aimerait bien garder cette petite boîte, là, juste au fond de sa poche, toujours auprès de soi…

Titre original : Once

Réalisateur :

Acteurs : , , , , , ,

Année :

Genre :

Durée : 85 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

WESTFIELD STORIES SAISON 2

WESTFIELD STORIES SAISON 2

Interview de Nathalie PAJOT, Directrice Marketing France d’Unibail-Rodamco-Westfiel. Elle nous présente la deuxième édition du Festival de courts-métrages Westfield Stories auquel est associé Kourtrajmé, le collectif de jeunes cinéastes crée par Ladj Ly.

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Le cinéma de Mani Kaul dépeint subtilement la manière dont la société indienne traite ses femmes. On peut qualifier ses films d’art et essai tant ils se démarquent de la production commerciale et sont novateurs par leur forme originale. Avec une âpreté et une acuité douloureuses, le réalisateur hindi décline le thème récurrent de la femme indienne délaissée qui subit le joug du patriarcat avec un stoïcisme défiant les lois de la nature humaine. Un mini-cycle à découvrir de toute urgence en salles en versions restaurées 4K.

Le chant des vivants

Le chant des vivants

Quitter son pays, essuyer les coups, traverser la mer… Mais si le pire était à venir ? Survivre n’est pas un tout. Cécile Allegra propose à de jeunes exilés de penser l’après, par l’art-thérapie. Le chant des vivants est une douloureuse mélodie de laquelle advient une merveille cinématographique.