Select Page

Nord

Article écrit par

Avec ce snow-movie thérapeutique et terriblement touchant, Rune Denstad Langlo intègre le clan des cinéastes scandinaves maîtres dans l´art de la pensée faussement négative.

Du blanc à perte de vue. Une station de ski déserte. Au bas des remonte-pentes qu’il a pour tâche de surveiller, Jomar, fraichement largué, incapable de faire le deuil de ses années de gloire comme skieur professionnel, végète et s’empâte. Ses journées se suivent et se ressemblent – bière, cigarette et émissions catastrophes sur le câble – jusqu’à ce qu’un vieux pote lui apprenne l’existence d’un fils, quelque part au nord du pays.

Passé le choc de la nouvelle – il abat un arbre pour se calmer, s’imbibe un peu plus que d’habitude, fout le feu à sa cabane – Jomar enfourche sa moto-neige et part en quête de sa progéniture. En chemin, il rencontre une ado têtue, prête à l’héberger dans son placard à condition qu’il l’accepte comme « meilleure amie », un grand blond détenteur d’une méthode infaillible pour se saouler en un temps record (attention, scène culte), un vieil homme enchaîné à la glace en attendant la fonte des neiges et d’autres solitudes pas forcément mieux loties, qui lui enseigneront comment faire de mauvaise fortune bonheur.

Il y a quelque chose de magique à observer ce doux géant en Moon boots (magnifiquement joué par Anders Baasmo Christiansen) avancer à tâtons vers une nouvelle vie on ne peut plus hypothétique. Rien n’est jamais grave, tout est envisageable dans ce poème contemplatif. Même la dépression chronique des personnages – soulignée par la rareté des dialogues – est abordée avec ce qu’il faut de finesse et d’impertinence pour ne jamais tomber dans le pathos ou la caricature.

Avec ce snow-movie thérapeutique et terriblement touchant, le Norvégien Rune Denstad Langlo intègre avec brio le clan des documentaristes passés à la fiction et rappelle combien les cinéastes scandinaves sont maîtres dans l’art de la pensée faussement négative.

Titre original : North

Réalisateur :

Acteurs : ,

Année :

Genre :

Durée : 78 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

La Terrasse

La Terrasse

« La terrasse » est une œuvre à la charnière de deux époques qui vient sonner le glas de la comédie à l’italienne. La satire grinçante livre sans concession un portrait en demi-teinte et au vitriol de la crise existentielle de cinq quinquagénaires vieillissants qui évoluent dans une sphère intellectuelle de gauche sclérosée. Les scénaristes de légende Age et Scarpelli prennent ici le pouls d’une société italienne malade de son conformisme.

Le Soldatesse (des filles pour l’armée)

Le Soldatesse (des filles pour l’armée)

« Le Soldatesse » porte un regard féministe existentialiste sur ces femmes en déshérence, butin de guerre, enrôlées de force afin d’approvisionner les bordels militaires de campagne lors de l’invasion hellénique par les troupes d’occupation italiennes expédiées en 1941 sur une rodomontade du Duce. Illustrant une page sombre de l’occupation italienne, ce road-movie sur fond de guerre chaotique fut ignoré à sa sortie pour le défaitisme et le fiasco militaire qu’il traduisait par son naturalisme. Décryptage.