Mais qui a tué Harry ? (The Trouble with Harry, 1955)

Article écrit par

« Mais qui a tué Harry ? est une manière d’aborder un genre strictement britannique, l’humour macabre. J’ai fait ce film pour prouver que le public américain pouvait apprécier l’humour britannique. » (1) Mais qui a tué Harry ?, réalisé en 1955, est donc un film particulier dans la filmographie du cinéaste. Le public ne […]

« Mais qui a tué Harry ? est une manière d’aborder un genre strictement britannique, l’humour macabre. J’ai fait ce film pour prouver que le public américain pouvait apprécier l’humour britannique. » (1) Mais qui a tué Harry ?, réalisé en 1955, est donc un film particulier dans la filmographie du cinéaste. Le public ne sera pas vraiment réceptif, le seul démenti à son échec relatif dans le monde étant l’accueil chaleureux réservé par la France.

C’est l’histoire d’un cadavre, celui d’Harry, découvert par un petit garçon. Qui donc a tué Harry ? Plusieurs personnes se sentent responsables de sa mort et tentent dissimuler le corps de peur qu’on les accuse du meurtre. Pur cynisme, les personnages du film n’ont cependant aucune considération pour cet homme dont on enterre et déterre le corps sans remords, comme s’il ne s’agissait que d’un simple objet encombrant ; François Truffaut dira à ce propos : « Tout l’humour du film procède d’un seul mécanisme, toujours le même ; une sorte de flegme exagéré : on parle du cadavre comme s’il s’agissait d’un paquet de cigarettes » (2).

La première demi-heure du film, narrée sur le ton d’un petit conte à l’humour macabre, est un peu lente. L’intrigue devient par la suite plus dérangeante et troublante, nous poussant un peu plus à la réflexion mais sans toutefois atteindre des sommets. Le sexe et la mort sont présentés comme des réalités toutes relatives dans une vision du monde à contre-courant du « puritanisme décadent » pour qui le sexe doit être proscrit et la mort considérée comme effrayante. En fait, de multiples interprétations plus ou moins tirées par les cheveux ont été émises. Certains critiques en France sont même allés jusqu’à dire que Mais qui a tué Harry ? constituait une parabole de la mort et de la résurrection du Christ. Mais le film, s’il ne peut pas être pris au premier degré, n’atteint pas forcément le niveau d’abstraction que d’aucuns lui ont donné.

Mais qui a tué Harry ? est donc un film particulier dans la filmographie de Sir Alfred Hitchcock. Esthétiquement très beau, il a en revanche été mal compris sur le fond : « [Ce film] répondait à mon désir de travailler dans le contraste, de lutter contre la tradition, contre les clichés. Dans The Trouble with Harry, je retire le mélodrame de la nuit noire pour l’amener à la lumière du jour. C’est comme si je montrais un assassinat au bord d’un ruisseau qui chante et que je répandais une goutte de sang dans son eau limpide. De ces contrastes surgit un contrepoint, et peut-être même une soudaine élévation des choses ordinaires de la vie » (3).

(1) Dossier de presse.
(2) François Truffaut, Helen Scott, Hitchcock, édition définitive, éditions Gallimard, collection Albums Beaux Livres, 2003, p.191.
(3) Ibid., p.190-191.

Titre original : The Trouble with Harry

Réalisateur :

Acteurs :

Année :

Genre :

Durée : 99 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Journal intime

Journal intime

Adapté librement du roman de Vasco Pratolini, « Cronaca familiare » (chronique familiale), « Journal intime » est considéré à juste titre par la critique comme le chef d’œuvre superlatif de Zurlini. Par une purge émotionnelle, le cinéaste par excellence du sentiment rentré décante une relation fraternelle et en crève l’abcès mortifère.

Été violent

Été violent

« Eté violent » est le fruit d’une maturité filmique. Affublé d’une réputation de cinéaste difficilement malléable, Zurlini traverse des périodes tempétueuses où son travail n’est pas reconnu à sa juste valeur. Cet été
violent est le produit d’un hiatus de trois ans. Le film traite d’une année-charnière qui voit la chute du fascisme tandis que les bouleversements socio-politiques qui s’ensuivent dans la péninsule transalpine condensent une imagerie qui fait sa richesse.

Le Désert des tartares

Le Désert des tartares

Antithèse du drame épique dans son refus du spectaculaire, « Le désert des Tartares » apparaît comme une œuvre à combustion lente, chant du cygne de Valerio Zurlini dans son adaptation du roman éponyme de Dino Buzzati. Mélodrame de l’étiquette militaire, le film offre un écrin visuel grandiose à la lancinante déshumanisation qui s’y joue ; donnant corps à l’abstraction surréaliste de Buzzati.

Les Jeunes filles de San Frediano

Les Jeunes filles de San Frediano

Ce tout premier opus de Valerio Zurlini apparaît comme une bluette sentimentale. Clairement apparentée au “néo-réalisme rose”, la pochade, adaptant librement un roman de Vasco Tropolini, brosse le portrait d’un coureur de jupons invétéré, Andréa Sernesi, alias Bob (Antonio Cifariello).