Select Page

Mais qui a tué Harry ? (The Trouble with Harry, 1955)

Article écrit par

« Mais qui a tué Harry ? est une manière d’aborder un genre strictement britannique, l’humour macabre. J’ai fait ce film pour prouver que le public américain pouvait apprécier l’humour britannique. » (1) Mais qui a tué Harry ?, réalisé en 1955, est donc un film particulier dans la filmographie du cinéaste. Le public ne […]

« Mais qui a tué Harry ? est une manière d’aborder un genre strictement britannique, l’humour macabre. J’ai fait ce film pour prouver que le public américain pouvait apprécier l’humour britannique. » (1) Mais qui a tué Harry ?, réalisé en 1955, est donc un film particulier dans la filmographie du cinéaste. Le public ne sera pas vraiment réceptif, le seul démenti à son échec relatif dans le monde étant l’accueil chaleureux réservé par la France.

C’est l’histoire d’un cadavre, celui d’Harry, découvert par un petit garçon. Qui donc a tué Harry ? Plusieurs personnes se sentent responsables de sa mort et tentent dissimuler le corps de peur qu’on les accuse du meurtre. Pur cynisme, les personnages du film n’ont cependant aucune considération pour cet homme dont on enterre et déterre le corps sans remords, comme s’il ne s’agissait que d’un simple objet encombrant ; François Truffaut dira à ce propos : « Tout l’humour du film procède d’un seul mécanisme, toujours le même ; une sorte de flegme exagéré : on parle du cadavre comme s’il s’agissait d’un paquet de cigarettes » (2).

La première demi-heure du film, narrée sur le ton d’un petit conte à l’humour macabre, est un peu lente. L’intrigue devient par la suite plus dérangeante et troublante, nous poussant un peu plus à la réflexion mais sans toutefois atteindre des sommets. Le sexe et la mort sont présentés comme des réalités toutes relatives dans une vision du monde à contre-courant du « puritanisme décadent » pour qui le sexe doit être proscrit et la mort considérée comme effrayante. En fait, de multiples interprétations plus ou moins tirées par les cheveux ont été émises. Certains critiques en France sont même allés jusqu’à dire que Mais qui a tué Harry ? constituait une parabole de la mort et de la résurrection du Christ. Mais le film, s’il ne peut pas être pris au premier degré, n’atteint pas forcément le niveau d’abstraction que d’aucuns lui ont donné.

Mais qui a tué Harry ? est donc un film particulier dans la filmographie de Sir Alfred Hitchcock. Esthétiquement très beau, il a en revanche été mal compris sur le fond : « [Ce film] répondait à mon désir de travailler dans le contraste, de lutter contre la tradition, contre les clichés. Dans The Trouble with Harry, je retire le mélodrame de la nuit noire pour l’amener à la lumière du jour. C’est comme si je montrais un assassinat au bord d’un ruisseau qui chante et que je répandais une goutte de sang dans son eau limpide. De ces contrastes surgit un contrepoint, et peut-être même une soudaine élévation des choses ordinaires de la vie » (3).

(1) Dossier de presse.
(2) François Truffaut, Helen Scott, Hitchcock, édition définitive, éditions Gallimard, collection Albums Beaux Livres, 2003, p.191.
(3) Ibid., p.190-191.

Titre original : The Trouble with Harry

Réalisateur :

Acteurs :

Année :

Genre :

Durée : 99 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Rashômon

Rashômon

« Rashômon » ressort en salles dans une nouvelle version restaurée. Par ses écarts angulaires à 180°et sa flamboyance assumée, l’œuvre non-conformiste se revendique de l’esthétique du muet et multiplie les perspectives pour sonder la vérité psychologique de ses protagonistes confrontés à leurs contradictions. Film-événement.

La Terrasse

La Terrasse

« La terrasse » est une œuvre à la charnière de deux époques qui vient sonner le glas de la comédie à l’italienne. La satire grinçante livre sans concession un portrait en demi-teinte et au vitriol de la crise existentielle de cinq quinquagénaires vieillissants qui évoluent dans une sphère intellectuelle de gauche sclérosée. Les scénaristes de légende Age et Scarpelli prennent ici le pouls d’une société italienne malade de son conformisme.

Le Soldatesse (des filles pour l’armée)

Le Soldatesse (des filles pour l’armée)

« Le Soldatesse » porte un regard féministe existentialiste sur ces femmes en déshérence, butin de guerre, enrôlées de force afin d’approvisionner les bordels militaires de campagne lors de l’invasion hellénique par les troupes d’occupation italiennes expédiées en 1941 sur une rodomontade du Duce. Illustrant une page sombre de l’occupation italienne, ce road-movie sur fond de guerre chaotique fut ignoré à sa sortie pour le défaitisme et le fiasco militaire qu’il traduisait par son naturalisme. Décryptage.