Les Chaussons rouges

Article écrit par

Bien plus qu´une comédie musicale, ce chef-d’oeuvre de Powell et Pressburger – dont la version restaurée ressort en salles – bouleverse à la fois le paysage cinématographique britannique d´après-guerre et les conventions du spectacle filmé.

L’art exige que l’on meure pour lui : tel pourrait être le mantra des Chaussons rouges, chef-d’œuvre de Michael Powell et Emeric Pressburger – "Les Archers" – tourné en 1948 et qui ressort ce mois-ci en version restaurée. Le film raconte le destin tragique d’une jeune ballerine, Vicki (Moira Shearer), condamnée – comme le personnage qu’elle incarne – à choisir entre vivre ou danser.

Bien plus qu’une comédie musicale, Les Chaussons rouges bouleverse à la fois le paysage cinématographique britannique d’après-guerre et les conventions du spectacle filmé. À une époque où les films d’auteurs ne se signalaient pas au public par un label « art et essai », consacrer un long métrage aux coulisses de la danse était un pari plus que risqué.

L’adaptation du conte d’Andersen n’était finalement qu’un prétexte pour filmer le ballet le plus cinématographique de l’histoire du septième art, spécialement conçu pour l’occasion. La scène – dix-sept minutes d’envoûtement – est inoubliable. On ne se contente plus d’observer la scène : nous sommes à l’intérieur et devenons nous-mêmes spectateurs du ballet, dans le film. Nous communions physiquement avec les danseurs dont la grâce et la légèreté sont palpables. Les caméras, aériennes, couvrent tous les points de vue et lorsqu’elles surplombent la scène, le monde est à nos pieds. La vie est une scène de théâtre, une fantastique mascarade dont les artistes sont les dieux créateurs.

Au final, plus besoin de livret d’opéra : dans ce contexte onirique, la danse devient un élément de narration, une langue à part entière. Les mouvements, les chorégraphies prennent le pas sur les dialogues. Le corps, expression sensuelle de l’art, parle de lui-même. “Nothing but the music” (“seule la musique compte”), martelait le personnage de Lermontov (le directeur de ballet, Anton Walbrook). “Nothing but the art” résumerait la démarche de Powell et Pressburger dans Les Chaussons rouges.

Méprisé par ses producteurs, The Red shoes offrit aux Archers leur plus grand succès public en Grande-Bretagne et à l’étranger mais également de quoi financer, en 1951, Les Contes d’Hoffman, qui ne séduisit, lui, que la critique. Peu importe : le travail des deux hommes est désormais reconnu à sa juste valeur et ils pourraient se targuer d’avoir influencé, de manière plus ou moins discrète, les plus grands. Les metteurs en scène du “Nouvel Hollywood” leur doivent en partie leur goût du trucage, du trompe-l’œil et des effets spéciaux (voir les gros plans tournés au ralenti dans Taxi Driver, de Martin Scorcese ou, très récemment, l’hommage direct aux Contes d’Hoffman dans Tetro, de Francis Coppola).

L’insolence rêveuse de Fellini, son incroyable faculté à rendre visibles ses souvenirs d’enfance ou sa réflexion sur la création artistique (Huit et demi) ne sont pas sans rappeler l’univers des Archers. Powell disait d’Hitchcock qu’il était le “farfadet le plus inventif, le plus malicieux, le plus inspirant du cinéma” : renvoyons-leur le compliment.

Titre original : The Red Shoes

Réalisateur :

Acteurs : , , ,

Année :

Genre :

Durée : 135 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Journal intime

Journal intime

Adapté librement du roman de Vasco Pratolini, « Cronaca familiare » (chronique familiale), « Journal intime » est considéré à juste titre par la critique comme le chef d’œuvre superlatif de Zurlini. Par une purge émotionnelle, le cinéaste par excellence du sentiment rentré décante une relation fraternelle et en crève l’abcès mortifère.

Été violent

Été violent

« Eté violent » est le fruit d’une maturité filmique. Affublé d’une réputation de cinéaste difficilement malléable, Zurlini traverse des périodes tempétueuses où son travail n’est pas reconnu à sa juste valeur. Cet été
violent est le produit d’un hiatus de trois ans. Le film traite d’une année-charnière qui voit la chute du fascisme tandis que les bouleversements socio-politiques qui s’ensuivent dans la péninsule transalpine condensent une imagerie qui fait sa richesse.

Le Désert des tartares

Le Désert des tartares

Antithèse du drame épique dans son refus du spectaculaire, « Le désert des Tartares » apparaît comme une œuvre à combustion lente, chant du cygne de Valerio Zurlini dans son adaptation du roman éponyme de Dino Buzzati. Mélodrame de l’étiquette militaire, le film offre un écrin visuel grandiose à la lancinante déshumanisation qui s’y joue ; donnant corps à l’abstraction surréaliste de Buzzati.

Les Jeunes filles de San Frediano

Les Jeunes filles de San Frediano

Ce tout premier opus de Valerio Zurlini apparaît comme une bluette sentimentale. Clairement apparentée au “néo-réalisme rose”, la pochade, adaptant librement un roman de Vasco Tropolini, brosse le portrait d’un coureur de jupons invétéré, Andréa Sernesi, alias Bob (Antonio Cifariello).