Select Page

Le Western Spaghetti

Article écrit par

Contrairement à l´idée reçue, les Italiens n´ont pas inventé le western européen !

En effet, les Espagnols et surtout les allemands les avaient précédés notamment avec l’amusante série des Winetou. Ce qu’ont fait les Italiens, c’est lui donner une identité et des caractéristiques propres, qui le distinguent du western américain avant de carrément l’influencer.

Le western spaghetti s’émancipa de son homologue américain en adjoignant au genre des atours inédits. Tout d’abord, il puisa dans la culture latine et européenne en insérant des éléments issus de la mythologie grecque, le récit gothique ou encore la commedia dell’arte dans les odyssées épiques et ludiques de ces personnages hauts en couleur. Ce fut également par l’intermédiaire de Sergio Leone et de l’apport d’éléments issus de la culture populaire tels que la bande-dessinée qui ont encore accentué l’aspect outrancier et extravagant des situations. Tous ces points ajoutés à une aura de violence inédite contribua à perpétuer durant quelques années l’un des genres les plus décriés et célébrés de son époque. Aujourd’hui le western spaghetti est tellement imprégné dans le cœur des spectateurs qu’il en vient à provoquer de sérieux contresens telle la récente adaptation de Lucky Luke qui s’en inspire largement (du fait de la culture de son réalisateur) alors que l’œuvre de Morris adoptait une ambiance proche du My Darling Clementine de John Ford.

Pour ce Coin du cinéphile, nous nous pencherons sur le « cas Leone » à travers la picaresque trilogie de L’Homme sans nom, la symphonie de sensations d’Il Etait une fois dans l’Ouest et le désenchantement d’Il était une fois la Révolution. Les excès et le sadisme de Sergio Corbucci seront à l’honneur dans Le Grand Silence et Django tandis que le western spaghetti s’ornera de virulence politique dans El Chuncho. Les chefs-d’œuvre méconnus que sont Keoma et Le Dernier face à face seront mis en lumière avant de revenir sur l’épilogue poignant et ironique du genre que constitue Mon nom est Personne.

Bonne lecture avant un prochain Coin du Cinéphile consacré à Jean-Paul Rappeneau !


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Cycle rétrospectif Detlef Sierck (alias Douglas Sirk) période allemande

Cycle rétrospectif Detlef Sierck (alias Douglas Sirk) période allemande

Au cœur des mélodrames de la période allemande de Douglas Sirk, ses protagonistes sont révélés par les artefacts d’une mise en scène où l’extravagance du kitsch le dispute avec le naturalisme du décor. Mais toujours pour porter la passion des sentiments exacerbés à son point culminant. Ces prémices flamboyants renvoient sans ambiguïté à sa période hollywoodienne qui est la consécration d’une œuvre filmique inégalée. Coup de projecteur sur le premier et dernier opus de cette période allemande.

La mort d’un bureaucrate

La mort d’un bureaucrate

« La mort d’un bureaucrate » est une tragi-comédie menée “à tombeau ouvert” et surtout une farce à l’ironie macabre déjantée qui combine un sens inné de l’absurde institutionnel avec une critique radicale du régime post-révolutionnaire cubain dans un éloge
bunuelien de la folie. Férocement subversif en version restaurée…