Select Page

Le Western Spaghetti

Article écrit par

Contrairement à l´idée reçue, les Italiens n´ont pas inventé le western européen !

En effet, les Espagnols et surtout les allemands les avaient précédés notamment avec l’amusante série des Winetou. Ce qu’ont fait les Italiens, c’est lui donner une identité et des caractéristiques propres, qui le distinguent du western américain avant de carrément l’influencer.

Le western spaghetti s’émancipa de son homologue américain en adjoignant au genre des atours inédits. Tout d’abord, il puisa dans la culture latine et européenne en insérant des éléments issus de la mythologie grecque, le récit gothique ou encore la commedia dell’arte dans les odyssées épiques et ludiques de ces personnages hauts en couleur. Ce fut également par l’intermédiaire de Sergio Leone et de l’apport d’éléments issus de la culture populaire tels que la bande-dessinée qui ont encore accentué l’aspect outrancier et extravagant des situations. Tous ces points ajoutés à une aura de violence inédite contribua à perpétuer durant quelques années l’un des genres les plus décriés et célébrés de son époque. Aujourd’hui le western spaghetti est tellement imprégné dans le cœur des spectateurs qu’il en vient à provoquer de sérieux contresens telle la récente adaptation de Lucky Luke qui s’en inspire largement (du fait de la culture de son réalisateur) alors que l’œuvre de Morris adoptait une ambiance proche du My Darling Clementine de John Ford.

Pour ce Coin du cinéphile, nous nous pencherons sur le « cas Leone » à travers la picaresque trilogie de L’Homme sans nom, la symphonie de sensations d’Il Etait une fois dans l’Ouest et le désenchantement d’Il était une fois la Révolution. Les excès et le sadisme de Sergio Corbucci seront à l’honneur dans Le Grand Silence et Django tandis que le western spaghetti s’ornera de virulence politique dans El Chuncho. Les chefs-d’œuvre méconnus que sont Keoma et Le Dernier face à face seront mis en lumière avant de revenir sur l’épilogue poignant et ironique du genre que constitue Mon nom est Personne.

Bonne lecture avant un prochain Coin du Cinéphile consacré à Jean-Paul Rappeneau !


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Les chemins de la haute ville

Les chemins de la haute ville

Styliste jusque dans le détail flamboyant de l’adaptation, Jack Clayton circonscrit les fourvoiements d’un rastignac provincial dérouté sur « les chemins de la haute ville ». Soixante ans après sa sortie fracassante, le film marque encore les esprits par le prurit des désirs inassouvis qu’il déclenche en nous. Un soap opéra férocement jouissif en version restaurée 4K.

Camille

Camille

Voir ce film est comme ouvrir le journal : reportage en une dizaine de pages du conflit en Centrafrique avec photos exclusives de Camille Lepage.

Joker

Joker

Amas d’abîme sur lequel tente de danser un corps ravagé, « Joker » repose tout entier sur la composition démentielle de son acteur.

Gemini man

Gemini man

De retour sur les écrans, Will Smith s’impose un rôle dans la continuité logique de sa carrière dans le nouveau projet de Ang Lee, réalisateur et producteur taïwanais notamment reconnu pour sa capacité d’adaptation au fond et à la forme.