Select Page

Le Pacte (Seeking Justice)

Article écrit par

Une société secrète, un mari désespéré, un pacte avec le diable… et un thriller qui tombe à plat.

Aller voir un film avec Nicolas Cage, c’est un petit peu comme jouer à la roulette russe : une fois sur deux, ça finit très mal. Le Pacte fait partie des œuvres que l’on préfèrerait rayer de sa filmographie, tout comme Le Dernier des Templiers ou L’Apprenti Sorcier (pour ne citer que ses plus récentes erreurs artistiques).

Mais quel est donc ce « pacte » auquel fait référence le titre français de Seeking Justice ? Il s’agit, vous l’aurez deviné, d’un pacte avec le diable… ou presque. Lorsque sa femme se fait violemment agresser, Will Gerard (Nicolas Cage) est contacté par une mystérieuse organisation dont l’unique but est de débarasser la planète des criminels et des assassins. Car dans le monde où vit Gerard, les juges sont inefficaces et les policiers complètement incompétents. Le chef de cette fameuse organisation, un type suspect prénommé Simon, lui propose donc un marché : régler son compte au scélérat qui a osé poser la main sur sa femme, en échange d’un petit service…

 
Roger Donaldson a déjà prouvé, par le passé, qu’il était obsédé par les sociétés secrètes. Dans La Recrue, un petit génie du web embauché par la CIA (Colin Farrell) recevait l’ordre de démasquer une taupe à l’intérieur de l’agence. Plus récemment, Braquage à l’Anglaise s’inspirait du casse de la banque Lloyds en 1971 : une affaire pour le moins obscure dans laquelle étaient trempés le MI5 et le MI6. Dans un cas comme dans l’autre, les personnages taillés à la machette et les scénarios de série B faisaient fondre l’enthousiasme des spectateurs comme neige au soleil.
 
Il en va de même avec ce polar à suspense on ne peut plus prévisible : dès que la mystérieuse organisation refait surface pour demander à Gerard de payer sa dette, le thriller se métamorphose en chasse à l’homme grotesque. Contacté par Simon à toute heure de jour et de la nuit, le pauvre Gerard se voit contraint d’obéir à ses ordres. « Entrez dans la boutique. Achetez un paquet de chewing-gum et une barre de céréales. Sortez par la porte de derrière. Une voiture vous y attendra avec un paquet qu’il faudra poster demain à 16h38 tout en disant : The hungry rabbit jumps ». Euh, sérieusement ? On aurait envie de demander à Simon d’arrêter son char, mais ses directives sont on ne peut plus sérieuses. Résultat : l’intrigue s’embourbe. Flashbacks, plans rapprochés, course-poursuites, tout est mis en œuvre pour instaurer une tension qui demeure inexistante.

Avouons-le, cet aspect risible du scénario pourrait éventuellement séduire (on songe à la scène où Gerard inverse les rôles en donnant à Simon des consignes totalement farfelues), mais comment pardonner au film son propos sous-jacent ? Dans un monde peuplé de violeurs, de pédophiles et de criminels, ne nous embarrassons pas des procès, des tests ADN et des jugements. Liquidons tout simplement ces ordures malfaisantes. Le Pacte met à jour l’une des facettes les plus sombres de la société américaine : cette volonté de faire justice soi-même, que Mickael Moore dépeignait dans Bowling for Colombine avec tant de lucidité. Acheter une arme va plus vite que d’appeler la police, mettre à mort un assassin est plus efficace que de l’emprisonner. Will Gerard fera finalement les frais de cette justice expéditive. Espérons que ses concitoyens prendront un jour conscience, eux aussi, des conséquences néfastes d’un tel état d’esprit. 

Titre original : Seeking Justice

Réalisateur :

Acteurs : , , ,

Année :

Genre :

Durée : 105 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Cycle rétrospectif Detlef Sierck (alias Douglas Sirk) période allemande

Cycle rétrospectif Detlef Sierck (alias Douglas Sirk) période allemande

Au cœur des mélodrames de la période allemande de Douglas Sirk, ses protagonistes sont révélés par les artefacts d’une mise en scène où l’extravagance du kitsch le dispute avec le naturalisme du décor. Mais toujours pour porter la passion des sentiments exacerbés à son point culminant. Ces prémices flamboyants renvoient sans ambiguïté à sa période hollywoodienne qui est la consécration d’une œuvre filmique inégalée. Coup de projecteur sur le premier et dernier opus de cette période allemande.

La mort d’un bureaucrate

La mort d’un bureaucrate

« La mort d’un bureaucrate » est une tragi-comédie menée “à tombeau ouvert” et surtout une farce à l’ironie macabre déjantée qui combine un sens inné de l’absurde institutionnel avec une critique radicale du régime post-révolutionnaire cubain dans un éloge
bunuelien de la folie. Férocement subversif en version restaurée…