Le Cid (El Cid)

Article écrit par

1961. Le Cid d’Anthony Mann sort sur les écrans du monde. Fresque gigantesque de trois heures, cette superproduction foisonnante d’une beauté picturale incroyable est une adaptation fidèle des aventures du Cid, célèbre héros de l’Espagne médiévale. D’un scénario tiré de la chanson de geste el Cantar de mio Cid composée en 1128, Anthony Mann construit […]

1961. Le Cid d’Anthony Mann sort sur les écrans du monde. Fresque gigantesque de trois heures, cette superproduction foisonnante d’une beauté picturale incroyable est une adaptation fidèle des aventures du Cid, célèbre héros de l’Espagne médiévale. D’un scénario tiré de la chanson de geste el Cantar de mio Cid composée en 1128, Anthony Mann construit avec brio le mythe qui prend forme. Tout en développant les thèmes récurrents du cinéma « mannien » (tolérance, conception de l’homme, déterminisme dans l’action…) dans un contexte historique précis (invasion des Arabes en Espagne au 12ème siècle), Le Cid devient une oeuvre tragique qui place le code d’honneur de la chevalerie au cœur de l’action.

En restituant le code d’honneur de la chevalerie par l’intermédiaire d’un héros, Mann réalise un film épique dont les nombreux rebondissements sont éminemment liés aux faits et gestes des personnages. Œuvre cinématographique assez simple en apparence, la mise en scène révèle un aspect formel complexe, qui suit précisément les choix d’action et de réaction des protagonistes tout en exposant clairement la situation des différentes intrigues.

Si chaque personnage est défini dans un rapport transversal qui prend en compte la fonction, les intérêts et les actions, le Cid se retrouve isolé car il se détermine exclusivement à partir d’un code d’honneur. Il place l’essence de la chevalerie au-dessus de ses propres sentiments et ne peut alors se ranger derrière de vils calculs d’intérêts. Il agit donc en homme juste. En faisant cela, il se met à dos presque tout le monde. Il perd pour un temps sa tendre Chimène, supporte à tour de rôle les deux fils dans leur succession au trône, se retrouve banni par le roi, rallie certains chefs arabes et refuse la couronne. Anthony Mann nous brosse le portrait d’un homme qui ne choisit pas son camp, car il place l’Espagne et la justice au-dessus des hommes. Sa posture inflexible en fait un parfait héros tragique, surtout dans une période trouble dominée par les guerres et les luttes de pouvoir. Si Mann s’en amuse parfois, il érige dans un final un peu trop grandiloquent le héros en symbole.

A côté de cette figure inatteignable se dressent des intrigues de pouvoir qui se rapprochent de la dramaturgie shakespearienne. Tout est réuni. La tromperie, la fourberie, la lâcheté, les calculs, mais aussi le courage et l’amour véritable. Par ces trames secondaires qui ressemblent à une série d’épisodes plus ou moins dramatiques, Anthony Mann alimente la stature du Cid. Fidèle à ses convictions, le Cid apparaît au spectateur comme quelqu’un qui s’efface pour mieux servir. Il a le courage de son intégrité.

Long métrage sur la tolérance (leitmotiv de Mann depuis ses débuts), Le Cid est bien l’actualisation cinématographique d’un homme faisant jonction entre deux civilisations, deux cultures et deux religions. Il montre également qu’on ne peut imposer par la force sa vision du monde (il reprendra ce thème dans La Chute de l’empire romain). Sous les traits d’un Charlton Heston parfait en chevalier de la droiture, Anthony Mann élabore une superproduction intelligente qui, 45 ans plus tard, apparaît comme un divertissement d’une incroyable modernité.

Titre original : El Cid

Réalisateur :

Acteurs : , , , , , , , ,

Année :

Genre :

Durée : 183 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

WESTFIELD STORIES SAISON 2

WESTFIELD STORIES SAISON 2

Interview de Nathalie PAJOT, Directrice Marketing France d’Unibail-Rodamco-Westfiel. Elle nous présente la deuxième édition du Festival de courts-métrages Westfield Stories auquel est associé Kourtrajmé, le collectif de jeunes cinéastes crée par Ladj Ly.

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Le cinéma de Mani Kaul dépeint subtilement la manière dont la société indienne traite ses femmes. On peut qualifier ses films d’art et essai tant ils se démarquent de la production commerciale et sont novateurs par leur forme originale. Avec une âpreté et une acuité douloureuses, le réalisateur hindi décline le thème récurrent de la femme indienne délaissée qui subit le joug du patriarcat avec un stoïcisme défiant les lois de la nature humaine. Un mini-cycle à découvrir de toute urgence en salles en versions restaurées 4K.

Le chant des vivants

Le chant des vivants

Quitter son pays, essuyer les coups, traverser la mer… Mais si le pire était à venir ? Survivre n’est pas un tout. Cécile Allegra propose à de jeunes exilés de penser l’après, par l’art-thérapie. Le chant des vivants est une douloureuse mélodie de laquelle advient une merveille cinématographique.