Select Page

La Petite chambre

Article écrit par

Filmer la tendresse, ou la rencontre bienfaitrice entre une femme meurtrie et un vieillard en colère.

« Aujourd’hui, l’âge ingrat ne se réfère plus à l’adolescence mais au quatrième âge ! », déclarent avec un humour teinté de gravité les deux réalisatrices Stéphanie Chuat et Véronique Reymond à propos du sujet de leur premier long métrage. Sans être un état des lieux de l’abandon des personnes âgées dans les mouroirs de notre société, La Petite chambre est le modeste récit d’une résistance, du refus de la solitude et de la mort comme seuls horizons.

Edmond est seul, vieux et méchant, tandis que sa nouvelle infirmière, Rose, se remet difficilement de la perte d’un bébé mort-né. D’un argument psychologique assez grotesque – Rose, en mal de maternité, prend sous son aile fragile le vieux monsieur, qui, dans son âge avancé, a régressé dans un état proche de l’enfance –, les réalisatrices parviennent à extraire un joli face à face. Michel Bouquet, pas vu au cinéma depuis Le Promeneur du champ de Mars, semble prendre beaucoup de plaisir à martyriser son fils, tel un tonton Daniel qui lutte avec ses pauvres moyens pour ne pas finir en maison de retraite.

Face à lui, Florence Loiret-Caille donne assez de sécheresse et de dureté à son personnage pour que tout cela ne tourne pas au mélo. Car si le film n’a que peu de qualités de mise en scène, il a au moins le mérite de permettre au jeu quasi magnétique de l’actrice de s’enrichir encore. Sa diction presque gouailleuse et son énergie butée, qui explosaient déjà dans La dame de trèfle de Jérôme Bonnell, trouvent ici un équilibre chez un personnage mû par une tendresse pour son compagnon, et une affection naissante pour un vieil homme. Sans véritable ampleur narrative ni grande ambition formelle, La petite chambre fait quand même honneur à ses comédiens (Eric Caravaca notamment, toujours bon), leur servant quelques belles répliques et se hissant sans chichis au rang de drame intimiste plutôt touchant.

Titre original : La Petite Chambre

Réalisateur :

Acteurs : , ,

Année :

Genre :

Durée : 87 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

La Terrasse

La Terrasse

« La terrasse » est une œuvre à la charnière de deux époques qui vient sonner le glas de la comédie à l’italienne. La satire grinçante livre sans concession un portrait en demi-teinte et au vitriol de la crise existentielle de cinq quinquagénaires vieillissants qui évoluent dans une sphère intellectuelle de gauche sclérosée. Les scénaristes de légende Age et Scarpelli prennent ici le pouls d’une société italienne malade de son conformisme.

Le Soldatesse (des filles pour l’armée)

Le Soldatesse (des filles pour l’armée)

« Le Soldatesse » porte un regard féministe existentialiste sur ces femmes en déshérence, butin de guerre, enrôlées de force afin d’approvisionner les bordels militaires de campagne lors de l’invasion hellénique par les troupes d’occupation italiennes expédiées en 1941 sur une rodomontade du Duce. Illustrant une page sombre de l’occupation italienne, ce road-movie sur fond de guerre chaotique fut ignoré à sa sortie pour le défaitisme et le fiasco militaire qu’il traduisait par son naturalisme. Décryptage.