La Forteresse cachée (Kakushi toride no san akunin)

Article écrit par

Les guerres civiles du XVIème siècle ont décimé le clan des Akizuki, dont la princesse héritière est l’une des seules survivantes. Pour redonner un souffle à la dynastie, elle doit réussir à quitter les contrées hostiles et atteindre les territoires d’un clan allié. Elle est aidée dans son périple par Rokurota, dévoué général du clan, […]

Les guerres civiles du XVIème siècle ont décimé le clan des Akizuki, dont la princesse héritière est l’une des seules survivantes. Pour redonner un souffle à la dynastie, elle doit réussir à quitter les contrées hostiles et atteindre les territoires d’un clan allié. Elle est aidée dans son périple par Rokurota, dévoué général du clan, et deux paysans, Tahei et Matashichi, engagés bien malgré eux dans cette mission de la plus haute importance.

Entre deux œuvres sombres et dures, Les Bas-fonds et Le Château de l’Araignée, Kurosawa réalise un film plus facile d’accès, fresque d’aventures épique mettant en scène une princesse sortie d’un conte de fées. Une fable qui aurait vite pu tourner à l’histoire « gentillette », mais c’était sans compter sur le savoir-faire de Kurosawa. Film relativement atypique dans la filmographie du cinéaste, La Forteresse cachée n’en demeure pas moins une œuvre intéressante, dont Georges Lucas avouera sans détour s’être librement inspiré pour sa saga Star Wars.

Evidemment, comparée à la noirceur de ses précédentes œuvres, La Forteresse cachée tend à faire office de divertissement sympathique et peu réflexif, agissant comme une pause avant une nouvelle exploration de la bassesse humaine dans Salauds dorment en Paix. Mais le ton résolument comique du film est mis au service d’un enchevêtrement de thématiques chères au cinéaste, telles que la fidélité, l’honneur, la trahison, la cupidité des hommes… Le cinéma de Kurosawa n’a jamais cessé d’être tourné vers l’homme, aussi bien dans les polars crépusculaires où l’esprit torturé des protagonistes n’exprime en réalité qu’un profond désarroi, que dans les films plus ancrés dans la réalité sociale, tels que Vivre ou Les Bas-fonds, qui évoquent de manière parfois cruelle le destin de personnages évoluant dans une société difficile à appréhender. La Forteresse cachée, sous sa façade tragi-comique, n’en résonne pas moins comme une nouvelle alerte lancée par le cinéaste.

L’action est bien présente, mais les scènes spectaculaires faisant parfois intervenir des centaines de figurants, alternent avec des séquences plus descriptives, centrées sur les personnages du film. En passant, on notera qu’une scène d’action rappelle fortement la montée des marches d’Odessa dans Le Cuirassé Potemkine de S.M. Eisenstein. Hasard ou clin d’œil ? Quoiqu’il en soit, la multiplicité des genres et des tons, entre humour, aventures et moments de grâce, est surprenante. La séquence d’ouverture en est une excellente illustration. Tahei et Matashichi, marchant le long d’une route, se disputent et se battent. Immédiatement, le ton comique l’emporte. Puis brusquement, un basculement se produit : un samouraï blessé arrive en titubant dans le cadre, et se fait tuer, là, juste sous les yeux des deux paysans.

Au niveau de la mise en scène, Kurosawa innove en utilisant le format scope, inédit alors au Japon. Et, comme bien souvent chez le cinéaste, on remarque une approche théâtrale dans les mouvements, dans le cadrage, dans les expressions des acteurs. Comme dans Le Château de l’Araignée, l’influence du théâtre Nô se fait très nettement ressentir, en particulier à travers les acteurs qui ne jouent pas tant sur leurs paroles mais davantage sur les gestes. Comme dans Le Château de l’Araignée aussi, c’est le plan d’ensemble qui domine La Forteresse cachée.

Œuvre déroutante, qui derrière un aspect « simpliste » de film de divertissement dissimule un message humaniste plus profond, La Forteresse cachée peut se comprendre comme une quête d’un monde meilleur. Un film troublant, qui esquisse tout à la fois sourire et questionnement fondamental.

Titre original : Kakushi toride no san akunin

Réalisateur :

Acteurs : , , , , , , , ,

Année :

Genre :

Durée : 122 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Journal intime

Journal intime

Adapté librement du roman de Vasco Pratolini, « Cronaca familiare » (chronique familiale), « Journal intime » est considéré à juste titre par la critique comme le chef d’œuvre superlatif de Zurlini. Par une purge émotionnelle, le cinéaste par excellence du sentiment rentré décante une relation fraternelle et en crève l’abcès mortifère.

Été violent

Été violent

« Eté violent » est le fruit d’une maturité filmique. Affublé d’une réputation de cinéaste difficilement malléable, Zurlini traverse des périodes tempétueuses où son travail n’est pas reconnu à sa juste valeur. Cet été
violent est le produit d’un hiatus de trois ans. Le film traite d’une année-charnière qui voit la chute du fascisme tandis que les bouleversements socio-politiques qui s’ensuivent dans la péninsule transalpine condensent une imagerie qui fait sa richesse.

Le Désert des tartares

Le Désert des tartares

Antithèse du drame épique dans son refus du spectaculaire, « Le désert des Tartares » apparaît comme une œuvre à combustion lente, chant du cygne de Valerio Zurlini dans son adaptation du roman éponyme de Dino Buzzati. Mélodrame de l’étiquette militaire, le film offre un écrin visuel grandiose à la lancinante déshumanisation qui s’y joue ; donnant corps à l’abstraction surréaliste de Buzzati.

Les Jeunes filles de San Frediano

Les Jeunes filles de San Frediano

Ce tout premier opus de Valerio Zurlini apparaît comme une bluette sentimentale. Clairement apparentée au “néo-réalisme rose”, la pochade, adaptant librement un roman de Vasco Tropolini, brosse le portrait d’un coureur de jupons invétéré, Andréa Sernesi, alias Bob (Antonio Cifariello).