Journal d’une (blonde) cinéphile

Article écrit par

C’est le premier. Peut-être le dernier. Alors profitez-en! En exclusivité, le mois de février chez « Il était une fois le cinéma » vu de l’intérieur…

Voilà. C’est fini. Les espoirs de certains nommés se sont envolés. Alors que les lauréats se demandent où l’objet sera (entre-)posé. Comme chaque année, le mois de février se clôt avec la sacro-sainte Cérémonie des César, soirée durant laquelle la famille cinéma se congratule, règle ses comptes, s’émeut… 2009 ne déroge donc pas à la règle. Mesrine (personne ne semble encore s’accorder sur la prononciation ou non du « s »… une énigme !) était plébiscité, mais c’est Séraphine qui s’est imposé. Il ne fait pas bon être favori d’une remise de prix. Pas de réelle surprise donc, si ce n’est une apparition chti’esque. Dany Boon n’est ainsi plus fâché avec l’Académie… Avec humour et détermination, le roi du box-office français de 2008 est apparu dans une étrange tenue, mi-racaille mi-smoking, scandant haut et fort que son emportement des dernières semaines était dû à son conseiller en communication (qui a dû aussi lui souffler qu’il ne fallait peut-être pas se mettre tout le cinéma français à dos… et venir à la Cérémonie avec humilité). Bref. Il s’est bien rattrapé le Dany…
Février, froid et neigeux, a peut-être glacé nos corps mais pas nos esprits. Un mois cinématographiquement excitant, comblant nos pupilles de cinéphiles d’images sublimes… ou désastreuses ! Des merveilles telles que L’étrange histoire de Benjamin Button, Doute ou Cocaïne Cowboys… et puis quelques déceptions aussi. Comme dans la vie… L’écho des sentiments du quotidien se fait dans les salles obscures : les joies succèdent aux tristesses et vice versa. Pauvres cinéphiles que nous sommes ! Après des milliers d’images, l’écran encore nous surprend, et fort heureusement. Parés d’étranges lunettes, Volt dans sa version 3D nous offre toute la perfection des nouvelles techniques, alors que la caméra, en toute simplicité, caresse avec délicatesse des drames humains (14 kilomètres, boy A... par exemple).  Un joli mois disais-je, emprunt d’émotions.

Pour preuve, les hommages que nous avons rendus en ce glacial hiver. Ce mois-ci, focus fût fait sur deux légendes vivantes : Jean-Paul Belmondo et Clint Eastwood. Et puis au milieu de ces chimères il y a eu des corps, des vrais, des que l’on peut toucher ! Dans des styles très différents, Alain Jomy (compositeur de musique de film) et Rie Rasmussen (réalisatrice, scénariste, actrice,… entretien à voir prochainement), ont livré à notre caméscope des bouts de vie, et ont laissé chacun à leur manière une empreinte dans nos cœurs. Voilà. Février est terminé. Dany Boon n’est plus vexé (on est rassuré), Vincent Cassel est césarisé (du coup Monica est comblée !), la crise n’est pas terminée (mais Barack va assurer). En mars : qui dit printemps se pointant dit festivals à tout venant. Il y aura celui du film asiatique à Deauville, celui de Valenciennes… Un autre joli mois en perspective. Et des films. Plein de films ! Jusqu’à l’overdose…

Titre original : Bolt

Réalisateur :

Acteurs : , , ,

Année :

Genre :

Durée : 95 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

WESTFIELD STORIES SAISON 2

WESTFIELD STORIES SAISON 2

Interview de Nathalie PAJOT, Directrice Marketing France d’Unibail-Rodamco-Westfiel. Elle nous présente la deuxième édition du Festival de courts-métrages Westfield Stories auquel est associé Kourtrajmé, le collectif de jeunes cinéastes crée par Ladj Ly.

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Le cinéma de Mani Kaul dépeint subtilement la manière dont la société indienne traite ses femmes. On peut qualifier ses films d’art et essai tant ils se démarquent de la production commerciale et sont novateurs par leur forme originale. Avec une âpreté et une acuité douloureuses, le réalisateur hindi décline le thème récurrent de la femme indienne délaissée qui subit le joug du patriarcat avec un stoïcisme défiant les lois de la nature humaine. Un mini-cycle à découvrir de toute urgence en salles en versions restaurées 4K.

Le chant des vivants

Le chant des vivants

Quitter son pays, essuyer les coups, traverser la mer… Mais si le pire était à venir ? Survivre n’est pas un tout. Cécile Allegra propose à de jeunes exilés de penser l’après, par l’art-thérapie. Le chant des vivants est une douloureuse mélodie de laquelle advient une merveille cinématographique.