Select Page

Journal d’une (blonde) cinéphile

Article écrit par

C’est le premier. Peut-être le dernier. Alors profitez-en! En exclusivité, le mois de février chez « Il était une fois le cinéma » vu de l’intérieur…

Voilà. C’est fini. Les espoirs de certains nommés se sont envolés. Alors que les lauréats se demandent où l’objet sera (entre-)posé. Comme chaque année, le mois de février se clôt avec la sacro-sainte Cérémonie des César, soirée durant laquelle la famille cinéma se congratule, règle ses comptes, s’émeut… 2009 ne déroge donc pas à la règle. Mesrine (personne ne semble encore s’accorder sur la prononciation ou non du « s »… une énigme !) était plébiscité, mais c’est Séraphine qui s’est imposé. Il ne fait pas bon être favori d’une remise de prix. Pas de réelle surprise donc, si ce n’est une apparition chti’esque. Dany Boon n’est ainsi plus fâché avec l’Académie… Avec humour et détermination, le roi du box-office français de 2008 est apparu dans une étrange tenue, mi-racaille mi-smoking, scandant haut et fort que son emportement des dernières semaines était dû à son conseiller en communication (qui a dû aussi lui souffler qu’il ne fallait peut-être pas se mettre tout le cinéma français à dos… et venir à la Cérémonie avec humilité). Bref. Il s’est bien rattrapé le Dany…
Février, froid et neigeux, a peut-être glacé nos corps mais pas nos esprits. Un mois cinématographiquement excitant, comblant nos pupilles de cinéphiles d’images sublimes… ou désastreuses ! Des merveilles telles que L’étrange histoire de Benjamin Button, Doute ou Cocaïne Cowboys… et puis quelques déceptions aussi. Comme dans la vie… L’écho des sentiments du quotidien se fait dans les salles obscures : les joies succèdent aux tristesses et vice versa. Pauvres cinéphiles que nous sommes ! Après des milliers d’images, l’écran encore nous surprend, et fort heureusement. Parés d’étranges lunettes, Volt dans sa version 3D nous offre toute la perfection des nouvelles techniques, alors que la caméra, en toute simplicité, caresse avec délicatesse des drames humains (14 kilomètres, boy A... par exemple).  Un joli mois disais-je, emprunt d’émotions.

Pour preuve, les hommages que nous avons rendus en ce glacial hiver. Ce mois-ci, focus fût fait sur deux légendes vivantes : Jean-Paul Belmondo et Clint Eastwood. Et puis au milieu de ces chimères il y a eu des corps, des vrais, des que l’on peut toucher ! Dans des styles très différents, Alain Jomy (compositeur de musique de film) et Rie Rasmussen (réalisatrice, scénariste, actrice,… entretien à voir prochainement), ont livré à notre caméscope des bouts de vie, et ont laissé chacun à leur manière une empreinte dans nos cœurs. Voilà. Février est terminé. Dany Boon n’est plus vexé (on est rassuré), Vincent Cassel est césarisé (du coup Monica est comblée !), la crise n’est pas terminée (mais Barack va assurer). En mars : qui dit printemps se pointant dit festivals à tout venant. Il y aura celui du film asiatique à Deauville, celui de Valenciennes… Un autre joli mois en perspective. Et des films. Plein de films ! Jusqu’à l’overdose…

Titre original : Bolt

Réalisateur :

Acteurs : , , ,

Année :

Genre :

Durée : 95 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Cycle rétrospectif Detlef Sierck (alias Douglas Sirk) période allemande

Cycle rétrospectif Detlef Sierck (alias Douglas Sirk) période allemande

Au cœur des mélodrames de la période allemande de Douglas Sirk, ses protagonistes sont révélés par les artefacts d’une mise en scène où l’extravagance du kitsch le dispute avec le naturalisme du décor. Mais toujours pour porter la passion des sentiments exacerbés à son point culminant. Ces prémices flamboyants renvoient sans ambiguïté à sa période hollywoodienne qui est la consécration d’une œuvre filmique inégalée. Coup de projecteur sur le premier et dernier opus de cette période allemande.

La mort d’un bureaucrate

La mort d’un bureaucrate

« La mort d’un bureaucrate » est une tragi-comédie menée “à tombeau ouvert” et surtout une farce à l’ironie macabre déjantée qui combine un sens inné de l’absurde institutionnel avec une critique radicale du régime post-révolutionnaire cubain dans un éloge
bunuelien de la folie. Férocement subversif en version restaurée…