Ici-bas

Article écrit par

D´un conformisme télévisuel affligeant, « Ici-bas » ne parvient pas à se hisser plus haut que des pâquerettes malades. Dommage pour un film appellant à l’élévation mystique.

Dans la France de 1943, Sœur Luce (Céline Sallette), une religieuse à la dévotion sans pareil, est infirmière dans un hôpital de Périgueux. Elle rencontre Martial (Eric Caravaca), aumônier engagé dans la résistance pour qui la foi n’a plus lieu d’être en cette période de trouble. Entre eux va naître un amour impossible qui hystérise Sœur Luce au point de dénoncer les maquisards dans une lettre. Bien qu’inspiré de fait réels, le film ne parvient pas à électriser son auditoire avec son histoire sans queue ni tête, d’une banalité affligeante. Le thème de la foi est ici traité de manière assez infantile, les questions de Martial pouvant se résumer à un simple : « Mais où est Dieu quand les hommes en ont besoin ? » Interrogation qui ne cesse de corrompre la trame du récit, qui au fond ne s’intéresse moins à la religion en elle-même qu’à la romance impossible des deux protagonistes. Jean-Pierre Denis cherche avant tout à renouer avec le théâtre bien connu de l’amour impossible tendance Roméo et Juliette. Dans ce système narratif, il est de bon augure de se demander s’il n’a tout simplement pas manqué de foi en son sujet, passant aussi bien à côté du traitement historique que de la romance.

Dans Ici-bas, les scènes sont jetées comme des pierres dans une mare, attendant que le choc fasse des ondulations pour briser le calme de la surface. Jean-Pierre Denis lance des cailloux qui se perdent avant de toucher le fond, sa mise en scène ne laissant de place à aucune forme d’émotion. Le cinéaste ne semble pas vraiment croire, et ce dès le début du film, à l’historicité de son récit. Sœur Luce, par son exécution pour délation, a servi de propagande à l’Allemagne pour dénoncer les abus des résistants. Cet arrière-plan historique n’est pourtant amené qu’en transparence, tel la projection de quelconque image susceptible de donner un semblant de corps à un film ou un trajet. Mais, comme dans certains films hollywoodiens, ces transparences ne peuvent donner lieu à une vérité, les images ne correspondant pas tout à fait au « devant » de l’histoire. Aspirant au grand cinéma d’auteur, c’est au téléfilm désastreux que s’apparente réellement cette œuvre. De ceux qui inondent les tubes cathodiques (et non catholiques) d’un certain service public, avec leurs histoires de résistance française toutes plus tonitruantes les unes que les autres.

Ici-bas laisse perplexe quant à la diffusion de son sujet, sa narration, les personnages finissant même par exaspérer dans leur questionnement sur Dieu et la métaphysique. Difficile en effet d’égaler aujourd’hui Bruno Dumont en matière de cinéma de la déification. En ce début d’année, après les repas de fêtes, le nouveau film de Jean-Pierre Denis provoque ainsi plus une crise de foi qu’un vrai regard sur celle-ci.

Titre original : Ici-bas

Réalisateur :

Acteurs : , , ,

Année :

Genre :

Durée : 100 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Journal intime

Journal intime

Adapté librement du roman de Vasco Pratolini, « Cronaca familiare » (chronique familiale), « Journal intime » est considéré à juste titre par la critique comme le chef d’œuvre superlatif de Zurlini. Par une purge émotionnelle, le cinéaste par excellence du sentiment rentré décante une relation fraternelle et en crève l’abcès mortifère.

Été violent

Été violent

« Eté violent » est le fruit d’une maturité filmique. Affublé d’une réputation de cinéaste difficilement malléable, Zurlini traverse des périodes tempétueuses où son travail n’est pas reconnu à sa juste valeur. Cet été
violent est le produit d’un hiatus de trois ans. Le film traite d’une année-charnière qui voit la chute du fascisme tandis que les bouleversements socio-politiques qui s’ensuivent dans la péninsule transalpine condensent une imagerie qui fait sa richesse.

Le Désert des tartares

Le Désert des tartares

Antithèse du drame épique dans son refus du spectaculaire, « Le désert des Tartares » apparaît comme une œuvre à combustion lente, chant du cygne de Valerio Zurlini dans son adaptation du roman éponyme de Dino Buzzati. Mélodrame de l’étiquette militaire, le film offre un écrin visuel grandiose à la lancinante déshumanisation qui s’y joue ; donnant corps à l’abstraction surréaliste de Buzzati.

Les Jeunes filles de San Frediano

Les Jeunes filles de San Frediano

Ce tout premier opus de Valerio Zurlini apparaît comme une bluette sentimentale. Clairement apparentée au “néo-réalisme rose”, la pochade, adaptant librement un roman de Vasco Tropolini, brosse le portrait d’un coureur de jupons invétéré, Andréa Sernesi, alias Bob (Antonio Cifariello).