Select Page

Héritage

Article écrit par

Hiam Abbass place une famille palestinienne d´Israël au coeur d´une guerre frontalière pour son premier long métrage en tant que réalisatrice.

On l’a connue actrice : dans Satin rouge, le beau film de Raja Amari en 2002, dans La Fiancée syrienne (Eran Riklis, 2004), chez Amos Gitaï (Free Zone, 2005 ; Désengagement, 2008). Issue d’une famille palestinienne de Galilée, Hiam Abbass a rejoint la France à la fin des années 80, laissant derrière elle un territoire plein de dissensions – comme Hajar, figure principale de son premier film en tant que réalisatrice, Héritage. Hajar, c’est Hafsia Herzi, parfaitement juste comme toujours, cadette d’une fratrie arabe d’Israël écartelée entre tradition et modernité. Hajar a un petit ami, qu’elle projette d’épouser : problème, il est Anglais, un mariage dont ni ses frères ni son père ne veulent entendre parler. Sa sœur a moins d’objections, mais à part acquiescer en silence, elle ne peut pas faire grand-chose. La mère est morte il y a longtemps, laissant un vide jamais comblé. Hajar craque, elle avoue qu’elle est amoureuse. Il n’en faut pas moins pour que les tensions éclatent, qu’elle devienne la « traînée », la « putain », que sa famille tente de la remettre dans le droit chemin, faille-t-il la rouer de coups. Dehors, c’est la guerre avec le Liban voisin, le bruit des avions de chasse menace le mariage imminent d’une cousine.

Héritage, c’est un peu l’anti-Rengaine, sorti récemment et bâti autour de thèmes similaires : les questions d’identité et les mariages mixtes. Alors que le film de Rachid Djaïdani tirait toute son énergie d’une myriade de personnages en mouvement perpétuel dans les rues de Paris, celui d’Hiam Abbass tient plus d’un théâtre en vase clos, avec une famille nombreuse d’autant plus resserrée sur elle-même que la crainte des bombardements limite tout déplacement. C’est l’aspect le plus intéressant de Héritage, qui permet à la cinéaste de mettre l’ensemble de ses personnages sur un même plan, laissant vite jaillir les débordements. Il n’y a guère qu’Hajar qui se déplace dans la Galilée, faisant les allers-retours entre Haïfa, où elle étudie, et son village natal – belle mise en relief de son statut d’électron libre, d’emblée un peu à part. C’est également la limite du film : à vouloir les faire exister à égalité, Hiam Abbass a écrit des personnages parfois trop prononcés, trimballant chacun son lot de problèmes. Il y a le père, qui a des problèmes de santé qu’il ne soigne pas ; le frère médecin qui se découvre stérile ; le magouilleur surendetté ; l’avocat adultérin, candidat aux municipales et accusé de collaborer avec Israël ; l’épouse ultra-conservatrice et obsédée par l’argent.
 
 

 
 
Abbas leur donne tous la même place, dresse un tableau par instants trop foisonnant pour être lisible, peinant ainsi à faire s’intéresser à l’un ou l’autre en particulier. On pense souvent aux Sept jours (2008) de Ronit Elkabetz, sorte de Conte de Noël (Arnaud Desplechin, 2008) israélien qui voyait aussi les membres d’une famille s’entre-déchirer au cours d’une semaine de deuil. C’est ici le mariage d’une cousine qui cristallise la crise familiale, et quand une bombe finit par se faire entendre à proximité de la cérémonie, une photo de famille se transforme en arrêt sur image, géniale idée pour dire que tout cela est fragile, que le cliché pourrait toujours être le dernier à les rassembler tous. On sent, dans Héritage, une envie d’évoquer le tiraillement entre l’identité palestinienne, très conservatrice, et celle d’Israël, plus étrangère aux traditions. Hiam Abbass le fait assez finement, sans juger ses personnages, mais les actionne aussi plus comme marionnettes que comme personnes de chair, incarnations de doutes et de crises identitaires souvent trop mis en scène.

Reste une illustration extrêmement crédible de la vie en temps de guerre, dans une zone où les conflits ne s’éteignent jamais tout à fait. Le travail du son est à ce titre remarquable : aux tourments intérieurs se superpose la tempête extérieure, matérialisée par le son incessant des avions de chasse en survol. La peur est palpable, le besoin de continuer à vivre aussi. C’est la belle force de Héritage, celle de montrer des hommes et des femmes qui avancent du mieux qu’ils peuvent, engoncés dans leurs certitudes mais épris d’une liberté pour laquelle il faut se battre. Le tableau n’est pas toujours très lumineux ; il s’éclaire sur la fin, quand le bruit assourdissant n’est plus celui des bombes qui sifflent, mais celui d’un avion au décollage, qui s’en va loin, ailleurs.

Titre original : Héritage

Réalisateur :

Acteurs : , ,

Année :

Genre :

Durée : 98 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Outrage

Outrage

Les six films d’auteur réalisés par Ida Lupino entre 1949 et 1966 traduisent l’état de « victimisation » dans lequel est maintenue
la femme américaine face aux défis de la reconstruction sociale de l’après-guerre. « Outrage » formalise, à travers l’esthétique du film noir, le trauma existentiel d’une jeune fille sauvagement violée. Poignant en version restaurée.

Interview d’Abel Danan.

Interview d’Abel Danan.

Pour son deuxième court-métrage, Love Cantata, Abel Danan s’est entretenu avec nous. C’est l’ occasion de découvrir un cinéaste très prometteur, que Vanity Fair vient de classer dans son palmarès annuel des jeunes talents à suivre de près.