Gloria

Article écrit par

I will survive ». »

Plus que le tube d’Umberto Tozzi – qui donne son nom au personnage et au film – qui clôt Gloria, c’est aux paroles d’une chanson d’une autre Gloria que le nouveau long métrage de Sebastian Lelio fait penser : celles, bien sûr, du I will survive de Gaynor. Même promesse d’acharnement au bonheur, même volonté d’en découdre avec les mecs qui ne savent pas ce qu’ils veulent, le scénario a tout du programme d’épanouissement personnel à destination des femmes qui approchent la soixantaine, déjà rompues à l’exercice de la vie mais toujours fringantes. Soit l’histoire de Gloria donc, 58 ans, divorcée depuis longtemps, deux enfants autour de la trentaine qu’il vaut mieux convoquer si elle veut les voir de temps en temps. Elle aime se déhancher (sur Donna Summer, I feel love, par exemple) dans les dancings de Santiago ; vit plutôt bien sa condition de femme indépendante toujours en activité ; aimerait bien rencontrer un homme (même bedonnant, même grisonnant, pas grave, à leur âge c’est acté) pendant qu’il est encore temps. Checklist chargée, pas aidée par une bande-annonce qui semble ne faire rien d’autre que vanter le droit à s’amuser la cinquantaine passée.

Il y a donc quelque chose d’un brin miraculeux dans le fait que le film de Sebastian Lelio (La Sagrada Familia, 2007) soit bien le petit feel-good movie escompté sans jamais se prendre les pieds dans les conventions du genre. Certaines scènes sont éculées, oui, mais elles font toujours le pas de côté nécessaire à leur réussite : quand Gloria allume un joint, c’est moins par amour de la transgression ou par jeunisme que par une volonté de ne plus avoir peur de “perdre le contrôle”. Car le film, s’il est bien une succession de saynètes de la vie quotidienne d’une femme de 58 ans, n’a pas peur d’une certaine cruauté. Que Gloria soit une femme opiniâtre n’empêche pas les déconvenues et les humiliations – elle est quittée deux fois par le même amant, dont l’une au cours d’un dîner d’anniversaire où elle avait pris sur elle de le présenter à sa famille. C’est dans cette veine défaitiste que le film éclôt vraiment, quand les petites joies qu’il déroule ne sont que les cache-misères d’une existence solitaire et parfois triste à pleurer (très belle idée du félin du voisin qui s’invite constamment chez elle, la condamnant à une vie de vieille dame à chats).

 

Par ailleurs, le cinéaste prend Gloria à un âge parfaitement ingrat, et d’ordinaire rarement traité à l’écran autrement qu’en personnage secondaire. Elle a 58 ans, déjà plus assez jeune mais clairement pas trop âgée, fin de décennie bâtarde où le choix, s’il existe, est cruellement restreint. Aucune condescendence ici, Gloria n’est pas plus une héroïne qu’elle n’est une victime. Lelio la filme de près et sous toutes ses coutures, aussi amoureux de son actrice (merveilleuse Paulina Garcia, star au Chili) que de son personnage. C’est une vraie chilienne, qui découvre son individualité dans un pays où le souvenir de la dictature est encore brûlant, chante des balades romantiques latino-américaines au volant de sa voiture, traverse Santiago sans s’émouvoir des manifestations étudiantes qui, présentes au second plan du cadre, secouent la capitale depuis des mois. On la voit faire l’amour (les séquences, superbes, rappellent le Septième Ciel de Andreas Dresen, 2008), se résigner à dire au revoir à sa fille, qui part s’installer en Suède, à l’entrée de l’aéroport. Elle n’a pas le droit de la suivre jusqu’au hall des départs, et la scène est significative de la manière dont elle est, déjà, mise à distance. Ca ne fait pas un film immense, mais un portrait de femme plus amer que doux, où la résilience se fait au gré des échecs avec la belle conscience que, de tout ce qui la blesse, Gloria ne mourra pourtant pas.

Titre original : Gloria

Réalisateur :

Acteurs : , ,

Année :

Genre :

Durée : 110 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

La Passagère

La Passagère

Plongée traumatisante dans l’électrochoc concentrationnaire, « La Passagère » est une oeuvre lacunaire unique en son genre tant elle interroge l’horreur de l’Holocauste par la crudité aseptisante de ses descriptions aussi bien que par les zones d’ombre qui la traversent. Retour sur ce chef d’oeuvre en puissance qui ressort en salles en version restaurée 4K.

Le Salon de musique

Le Salon de musique

Film emblématique et sans doute le chef d’oeuvre de Satyajit Ray même si le superlatif a été usé jusqu’à la corde, « Le salon de musique » ressort dans un noir et blanc somptueux. S’opère dans notre regard de cinéphile une osmose entre la musique et les images qui procèdent d’une même exaltation hypnotique…

WESTFIELD STORIES SAISON 2

WESTFIELD STORIES SAISON 2

Interview de Nathalie PAJOT, Directrice Marketing France d’Unibail-Rodamco-Westfiel. Elle nous présente la deuxième édition du Festival de courts-métrages Westfield Stories auquel est associé Kourtrajmé, le collectif de jeunes cinéastes crée par Ladj Ly.

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Le cinéma de Mani Kaul dépeint subtilement la manière dont la société indienne traite ses femmes. On peut qualifier ses films d’art et essai tant ils se démarquent de la production commerciale et sont novateurs par leur forme originale. Avec une âpreté et une acuité douloureuses, le réalisateur hindi décline le thème récurrent de la femme indienne délaissée qui subit le joug du patriarcat avec un stoïcisme défiant les lois de la nature humaine. Un mini-cycle à découvrir de toute urgence en salles en versions restaurées 4K.