Expérience (Tadjrobeh)

Article écrit par

Se souvenir de l’enfance. Repenser à sa propre Madeleine… Les trois premiers films d’Abbas Kiarostami: des petits bijoux à découvrir ou à revoir. Une preuve, si besoin était, que le talent, cela ne s’apprend pas!

Le premier long métrage d’Abbas Kiarostami, Expérience, de 1973 (précédé à l’occasion de cette reprise en salle de ses deux premiers courts métrages, Le pain et la rue de 1970 et La récréation de 1972), évoque les premiers émois amoureux d’un adolescent. Comme pour ses deux courts métrages, le réalisateur s’attache à filmer en décors naturels. Ce qui est important dans son œuvre se retrouve déjà ici : une peinture de l’existence qui se veut réelle. Il brosse avec grâce le portrait d’un jeune homme de 14 ans bousculé dans son quotidien par des sentiments qui le font se sentir adulte et responsable. Suite à un regard, approbateur selon lui, de la jeune fille, le garçon timide se transformera en chevalier téméraire, prêt à tout pour approcher sa belle. L’expérience de la vie, en somme…

Un mot sur les courts métrages, parce qu’ils constituent, en deux fois 11 minutes, l’essentiel d’une thématique chère à Abbas Kiarostami : l’enfance et ses tourments. À tout juste trente printemps, il réalise Le pain et la rue. Petite merveille en noir et blanc, le film retrace le parcours chaotique d’un bambin qui, ayant acheté le pain pour sa famille, se retrouve coincé dans une ruelle face à un chien errant. Témoignage d’une peur enfantine ancestrale, Le pain et la rue est un film charmant qui joue sur l’humour et la surprise. Une réalisation toute en douceur qui laisse un agréable goût de bonbon !

Sur un registre un peu différent, La récréation évoque un autre thème important chez Abbas Kiarostami : l’éducation. Après avoir cassé une vitre en jouant avec un ballon, un gamin se fait (évidemment) punir. À sa sortie de l’école, l’enfant ne semble pas vraiment décidé à rentrer chez lui. Car plus que la punition scolaire, ce que craint le petit, c’est avant tout la réaction de ses parents. L’autorité et les choix des adultes, cela n’est pas de tout repos ! La peur d’être réprimandé le fait se balader dans les rues. Il arpente la ville comme une âme en peine, à la recherche d’une solution miracle qui lui apportera la délivrance.

Du noir et blanc, des dialogues presque inexistants, une poésie de chaque instant. Abbas Kiarostami  se veut témoin du quotidien et capte avec candeur les charmes de la vie. Des films lents (montage, mouvements de caméra et plans confinent à l’immobilisme, car le réalisateur avoue percevoir la vie avec lenteur), comme certains jours peuvent l’être ; ces jours de douceur qui permettent au temps et aux êtres de s’apprivoiser mutuellement. Aimer et jouir de chaque seconde en ayant conscience qu’elle peut être la dernière. Kiarostami, cinéaste du Carpe Diem


Titre original : Tadjrobeh

Réalisateur :

Acteurs : ,

Année :

Genre :

Durée : 60 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

WESTFIELD STORIES SAISON 2

WESTFIELD STORIES SAISON 2

Interview de Nathalie PAJOT, Directrice Marketing France d’Unibail-Rodamco-Westfiel. Elle nous présente la deuxième édition du Festival de courts-métrages Westfield Stories auquel est associé Kourtrajmé, le collectif de jeunes cinéastes crée par Ladj Ly.

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Le cinéma de Mani Kaul dépeint subtilement la manière dont la société indienne traite ses femmes. On peut qualifier ses films d’art et essai tant ils se démarquent de la production commerciale et sont novateurs par leur forme originale. Avec une âpreté et une acuité douloureuses, le réalisateur hindi décline le thème récurrent de la femme indienne délaissée qui subit le joug du patriarcat avec un stoïcisme défiant les lois de la nature humaine. Un mini-cycle à découvrir de toute urgence en salles en versions restaurées 4K.

Le chant des vivants

Le chant des vivants

Quitter son pays, essuyer les coups, traverser la mer… Mais si le pire était à venir ? Survivre n’est pas un tout. Cécile Allegra propose à de jeunes exilés de penser l’après, par l’art-thérapie. Le chant des vivants est une douloureuse mélodie de laquelle advient une merveille cinématographique.