Select Page

Detachment

Article écrit par

Le pire du cinéma américain << indé >>. Avec Adrien Brody en costume Armani.

Le film de Tony Kaye (réalisateur en 1998 de American History X) s’ouvre peu judicieusement sur une succession de vignettes où des enseignants américains évoquent leur métier. Puis un Adrien Brody mélancolique prend le relais face à une caméra portée, terriblement tressautante, pour semble-t-il raconter un événement passé, apparemment traumatisant. Il suffit parfois des premières minutes d’un film pour en saisir l’ambition, le projet, ou comme ici l’indigence du propos.

Tout est annoncé dans l’extrême diversité visuelle de cette ouverture : tantôt une animation naïve, puis une série de plans portraits sous forme d’interviews pour la teneur « documentaire » du film, et enfin une caméra tellement collée au visage de l’acteur qu’elle semble vouloir lui arracher l’âme. Le bazar visuel annoncé tient toutes ses promesses, puisqu’à aucun moment le film ne parviendra à s’affranchir de ses manières visuelles arty, plans de coupes dramatiques, alternant avec des visions aériennes et « poétiques » de l’environnement du lycée et de la ville. Ajoutée à cela une incessante voix-off du personnage de Brody, divaguant sur le sens des choses et déclamant de mauvais vers, et des flash-back de son enfance en sépia (car c’est bien connu, le passé est en sépia !).

Cet excès de couleurs, de lumières et de plans n’a pas d’autres but que de camoufler un film, qui s’il se veut engagé et percutant, n’a strictement rien à dire. Le projet est apparemment de dénoncer tout azimut un système scolaire américain public au bord de l’implosion, où les élèves ne sont plus que des cas sociaux placés en garderie au lycée, et dont les professeurs seraient devenus des punching-ball.. Soit. Quant bien même le constat serait aussi accablant, il manque au film une inscription dans un environnement (où sommes nous ? dans quel état ?), une cohérence dans la mise en fiction de l’état des lieux, et évidemment un tant soit peu de cohérence scénaristique.

Le film s’intéresse à tout sauf à son sujet, tourne autour avec de jolis cache-misères sans jamais s’y frotter, refusant d’affronter le véritable sujet, épineux et complexe, de l’éducation. Le symptome finalement d’un scénario qui n’a à partager que des banalités sans noms, ou alors de soi-disant vérités rances jamais testées dans un véritable projet de cinéma.

Le professeur joué par Brody (également producteur du film), est une sorte de saint, accumulant des épreuves plus outrancières les unes que les autres (mère suicidée, grand-père mourant et sénile se révélant être pédophile…), charriant partout sa générosité de pacotille, jusqu’à ramasser une jeune prostituée dans la rue pour lui offrir le gite,  le couvert et une certaine hygiène de vie… Le film déroule ainsi des scénes sans continuité narrative, jusqu’au drame final, aussi attendu que grotesque. Une pléiade d’acteurs viennent ajouter au ridicule de l’affaire, de James Caan à Lucy Lui, en passant par Marcia Gay Harden, tous aussi hystériques que cabotineurs. Du grand-guignol au pathétique, Detachment ne n’épargne rien mais n’appelle aucune indulgence tant il se croit intéressant.

Titre original : Detachment

Réalisateur :

Acteurs : , , , ,

Année :

Genre :

Durée : 97 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

La Terrasse

La Terrasse

« La terrasse » est une œuvre à la charnière de deux époques qui vient sonner le glas de la comédie à l’italienne. La satire grinçante livre sans concession un portrait en demi-teinte et au vitriol de la crise existentielle de cinq quinquagénaires vieillissants qui évoluent dans une sphère intellectuelle de gauche sclérosée. Les scénaristes de légende Age et Scarpelli prennent ici le pouls d’une société italienne malade de son conformisme.

Le Soldatesse (des filles pour l’armée)

Le Soldatesse (des filles pour l’armée)

« Le Soldatesse » porte un regard féministe existentialiste sur ces femmes en déshérence, butin de guerre, enrôlées de force afin d’approvisionner les bordels militaires de campagne lors de l’invasion hellénique par les troupes d’occupation italiennes expédiées en 1941 sur une rodomontade du Duce. Illustrant une page sombre de l’occupation italienne, ce road-movie sur fond de guerre chaotique fut ignoré à sa sortie pour le défaitisme et le fiasco militaire qu’il traduisait par son naturalisme. Décryptage.