Select Page

3 coeurs

Article écrit par

Le nouveau Benoît Jacquot, mélo poussif et sursignifiant.

Il faut une certaine audace pour se lancer, en 2014, dans la réalisation d’un mélodrame comme on n’ose plus en faire depuis Jean Grémillon. De l’audace, Benoît Jacquot n’en manque pas, vrai touche-à-tout qui, ne serait-ce que sur les dix dernières années, s’est frotté aussi bien à l’adaptation littéraire (Adolphe, 2002), au thriller (A tout de suite, 2004) et au drame en costumes (Les Adieux à la reine, 2012) qu’à la mise en scène d’opéra (Werther, pour UGC Viva l’Opéra, 2012). Son dernier film, 3 coeurs, propose un triangle amoureux classique à l’extrême, qui rassemble tous les codes du genre – cris, pleurs, larmes, destin contrarié – sans beaucoup convaincre. Ça commence par un train raté, autre immanquable : Marc (Benoît Poelvoorde) déambule dans les rues d’une ville de province, où il rencontre Sylvie (Charlotte Gainsbourg). La rencontre est magique, l’attraction foudroyante, ils décident de se donner rendez-vous à Paris la semaine suivante. Ils n’échangent pas les numéros de téléphone, “j’y serai’”, promet Sylvie. Marc a un accident cardiaque, ils se ratent. Plus tard, alors qu’il la cherche, il trouve Sophie (Chiara Mastroianni). Coup de foudre, il l’épouse. Il ne sait pas que c’est la soeur de Sylvie.

Il y a de quoi faire en termes de pistes narratives, et on peut tout à fait se laisser charmer par la cohue des sentiments fatalement dévastés qui en découlent. On peut aussi être agacé par ce que Benoît Jacquot n’y déploie pas grand-chose de plus qu’un catalogue quasi exhaustif des scènes de mélo, dont l’invraisemblance n’est pas aussi dérangeante que l’application à la lettre et le manque d’enjeu – pire, d’émotion. On ne doit l’intensité dramatique des séquences, lourdement soulignée par des lignes mélodiques sombres et menaçantes, qu’à l’excellence du jeu des trois acteurs, décidément très à l’aise dans le drame bourgeois et qui évoluent dans une mise en scène rigide quoique efficace : brusques zooms avant (la rencontre avec Sophie) et alternance de plans larges avec gros plans pour tenter de “pénétrer l’intimité” des personnages. Personnages assez mal dessinés par ailleurs : Marc est stressé (c’est normal, il est inspecteur des impôts), Sophie est émotive, pleure tout le temps et dit souvent “je ne sais pas”, Sylvie est évanescente, une apparition (c’est normal, c’est Charlotte Gainsbourg). S’en mêle au mi-temps du film une atroce voix off, qui permet de donner le curseur de l’avancement de l’action : “Sophie et Marc ne disaient presque plus je ne sais pas(ça veut dire qu’ils vont bien).

On peut, en revanche, aimer suivre ces actrices qu’on aime dans un rôle aussi rodé que savamment exécuté – d’autant que Catherine Deneuve joue la mère des deux soeurs. Dans les meilleures scènes de 3 coeurs (pourtant pas les plus essentielles à l’histoire), la connivence entre Gainsbourg, Mastroianni et Deneuve est flagrante, et l’amour de Jacquot pour ses comédiennes est celle d’un spectateur presque plus que d’un cinéaste. Il faut voir Deneuve apporter ses gâteaux sur un plat à dessert, consoler Sophie ou dire à Gainsbourg, droit dans les yeux, “tu fumes trop”, pour se rendre compte qu’elle est intouchable, et qu’on peut vraiment la regarder faire n’importe quoi. Dans ces instants entre mère et filles, le plaisir (coupable) est là ; la figure masculine (sur laquelle le film est centré) est elle, absente, tristement coincée dans la trop lourde littéralité du coeur malade, organe entravé par la passion exactement comme par la maladie, qui bat très fort chez Marc mais pas beaucoup pour nous.
 

Titre original : 3 coeurs

Réalisateur :

Acteurs : , , ,

Année :

Genre :

Durée : 106 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Le testament du Docteur Mabuse

Le testament du Docteur Mabuse

En 1922, Fritz Lang a laissé son génie du mal incurablement fou. Sous la pression du succès populaire, il le ressuscite à l’écran, plus mort que vif, en 1933 dans « Le testament du docteur Mabuse » où les virtualités du parlant prolongent son pouvoir tentaculaire par l’emprise de la machinerie moderne. Hypnotique. En version restaurée.