Select Page

Voix off

Article écrit par

Portrait de famille en mode mineur.

Il y a ces deux sœurs aux tempéraments opposés : Sofia, jeune mère fraîchement sortie d’un divorce, en quête de renouveau professionnel, et Ana, l’aînée quelque peu excentrique, qui sort d’un accouchement. Il y a leur père, homme secret, à propos duquel circulent de folles rumeurs, et qui prend exemple (!) sur Sofia pour trouver le courage de quitter leur mère. Il y a les enfants de Sofia, soumis au régime végétarien de leurs parents, et qui rêvent de pouvoir un jour goûter cette fameuse langouste qui, paraît-il, serait « meilleure que le sexe » (dixit Ana). Si Voix off est, on l’aura compris, le récit d’une chronique familiale, Cristián Jiménez s’intéresse avant tout aux relations duelles : un couple, deux sœurs, une fille et son père, une enfant et sa grand-mère – autant de variations où se cristallisent l’échange et le conflit, où se joue finalement l’unité toute entière de la famille. Comment communiquer ? Connaît-on véritablement ses proches ? Deux questions potentiellement passionnantes au cœur d’un film qui, pourtant, manque singulièrement d’attrait.

Engoncé dans une forme visuelle d’une platitude assez confondante, ce récit foisonnant de personnages semble se chercher lui-même pendant plus d’une heure, et ne parvient pas à trouver cet équilibre savant entre émotion et cocasserie (il suffit, sur ce terrain-là, de le comparer au phénomène Toni Erdmann pour mesurer toute la différence). Il faut attendre le dernier tiers pour que l’ensemble, par ailleurs mené par deux actrices très convaincantes, trouve un semblant d’unité, et que son titre prenne sa véritable résonance. Voix off reste au final un film éparpillé, aux intentions limpides mais au résultat brouillon, réduit à ne fonctionner que par fulgurances. Au fil de cette chronique douce-amère un brin anecdotique, quelques menus éléments retiennent l’attention : la présence sous-jacente mais continuelle de la nourriture, qui relaie de manière sensitive cette dichotomie inhérente à l’idée de famille (tiraillée entre la nécessité du lien, du partage, et une finalité plus individualiste) ; ou encore cette mise en perspective de la communication à l’ère d’internet, qui prend corps dans une scène aussi drôle qu’émouvante où la technologie se fait l’écrin d’une présence fantomatique dans les yeux d’une jeune fille qui vient de perdre sa grand-mère.

Titre original : Voix off

Réalisateur :

Acteurs : , ,

Année :

Genre :

Durée : 106 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

La Famille

La Famille

Dans « La Famille », Ettore Scola déroule sur huit décennies le présent et le futur à la dérive d’une dynastie familiale de la bourgeoise patricienne de Rome. Un fleuve au long cours ininterrompu de mornes existences, seulement agité par les vagues successives de la nostalgie. En version restaurée.

La Maison de la mort

La Maison de la mort

« The Old Dark House » est un film d’épouvante qui démythifie avec bonheur les codes d’ordinaire attachés à une veine réputée intarissable . Cette comédie des manières teintée d’un humour noir « so british » vient pimenter un canevas de « maison hantée » qui grince de toutes parts. Subversivement détonnant dans le panthéon des classiques du genre. En version restaurée 4K.

Scary Stories

Scary Stories

Un film d’horreur plus profond qu’il n’y paraît sous ses oripeaux convenus. Un supplément d’âme qui doit beaucoup à Guillermo Del Toro, producteur et co-scénariste du film.