Viva Zapatero !

Article écrit par

Sabina Guzzanti est une comédienne et une satiriste italienne qui présente en novembre 2003 RaiOt, une nouvelle émission télévisée diffusée sur Rai3. Il s´agit d´une féroce satire de l´actualité et des hommes politiques italiens. Le programme remporte un énorme succès, malgré l´heure de diffusion tardive. Cependant, les sketchs ne conviennent pas à tous. Mediaset (filiale […]

Sabina Guzzanti est une comédienne et une satiriste italienne qui présente en novembre 2003 RaiOt, une nouvelle émission télévisée diffusée sur Rai3. Il s´agit d´une féroce satire de l´actualité et des hommes politiques italiens. Le programme remporte un énorme succès, malgré l´heure de diffusion tardive. Cependant, les sketchs ne conviennent pas à tous. Mediaset (filiale du groupe Fininvest dirigé par Berlusconi) menace d’entamer des actions judiciaires pour diffamation. La RAI décide alors de déprogrammer RaiOt.
Guzzanti est alarmée par l´inertie de la presse qui, selon elle, n´a pas suffisamment pris la défense de la liberté d´expression, préférant << chercher des excuses à cette censure >>. La comédienne décide de s´exprimer en réalisant Viva Zapatero (Le nom du film fait référence à José Luis Rodríguez Zapatero, chef du gouvernement espagnol, à l´origine d´une loi empêchant les conflits d’intérêt dans les médias. Ce dispositif législatif fait cruellement défaut durant le gouvernement Berlusconi), un documentaire qui enquête sur les raisons de l´interdiction de son émission.
Le film connaît un succès critique et public conséquent en Italie et en France, ce qui surprend pour une petite production indépendante italienne, dont le budget ne permet aucune promotion.

Depuis plusieurs années, nous assistons à un retour en force du cinéma documentaire. Bowling for Columbine et Fahrenheit 9/11 sont à l´origine de ce phénomène. Le public est avide de découvrir des discours engagés et réalistes sur l´actualité. Les spectateurs apprécient le cinéma militant de Michael Moore. Le réalisateur américain évoque l´existence de foyers discursifs en lutte contre le pouvoir officiel. Face aux diverses pressions politiques et médiatiques, le citoyen semble avoir besoin d´entendre la voix de cinéastes révoltés, qui attire son attention sur les dangers qui menacent la démocratie. Le documentaire représenterait la forme narrative idéale pour répondre à cette attente, car il serait plus proche de la réalité que la fiction. Cette conception est évidemment trop simpliste. Le documentaire est soumis, comme toute oeuvre filmée, à des contraintes de cadrage, de narration, de montage, etc. C´est un dispositif narratif qui ne dit pas forcément mieux la vérité et qui ne ment pas moins que le film de fiction. Son approche est certes différente, mais il y a, dans les deux cas, manipulation et transformation de la matière filmique.

Viva Zapatero ! a l´ambition des films de Moore, et souhaite aller plus loin qu´une simple enquête sur la censure de RaiOt. Le film démontre que la liberté d´expression est en danger en Italie, contrairement à la France ou à la Grande-Bretagne, où la satire politique est autorisée. Guzzanti met en lumière le manque de réactivité de la presse et de la gauche. La démocratie italienne parait donc gravement menacée par la censure néo-fasciste du gouvernement berlusconien et par la faiblesse de l´opposition.
Aujourd´hui, la situation politique de la Péninsule n´est plus la même. La coalition de Prodi a gagné les élections législatives en avril 2006. La valeur du film est donc à réactualiser par rapport aux nouveaux événements. Les failles argumentatives du film paraissent dès lors plus béantes. Le documentaire concentre sa réflexion autour du gouvernement liberticide de Berlusconi. Mais la libre parole ne peut se résumer seulement à la question de l´interdit ou de l´autorisation communicationnel. Elle ne peut se concevoir sans la possibilité de bien choisir ses moyens et ses modalités d´expression. Sur ce point, quels sont les potentiels de la satire télévisée pour répondre aux exigences démocratiques ? Le film n´aborde jamais ce problème de front, et encore moins le pouvoir néfaste de la télévision, qui appauvrit chaque jour davantage les capacités réflexives des téléspectateurs. Forcément, la réalisatrice est aussi et avant tout présentatrice…

Prodi pourra toujours favoriser la satire télévisée, tant que les grandes chaînes continueront d´imposer leurs procédés d´information (Citons les journaux télévisés qui sont, à cause de leur approche narrative, des émissions de télé-réalité qui ne disent par leur nom. En effet, la plupart des reportages se borne à présenter lapidairement le thème abordé, puis à l´illustrer par quelques images sur la vie inintéressante d´un anonyme. Dans ce cas, l´information est bien évidemment inexistante), la démocratie ne se portera pas mieux.

Titre original : Viva Zapatero !

Réalisateur :

Acteurs :

Année :

Genre :

Durée : 80 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

WESTFIELD STORIES SAISON 2

WESTFIELD STORIES SAISON 2

Interview de Nathalie PAJOT, Directrice Marketing France d’Unibail-Rodamco-Westfiel. Elle nous présente la deuxième édition du Festival de courts-métrages Westfield Stories auquel est associé Kourtrajmé, le collectif de jeunes cinéastes crée par Ladj Ly.

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Le cinéma de Mani Kaul dépeint subtilement la manière dont la société indienne traite ses femmes. On peut qualifier ses films d’art et essai tant ils se démarquent de la production commerciale et sont novateurs par leur forme originale. Avec une âpreté et une acuité douloureuses, le réalisateur hindi décline le thème récurrent de la femme indienne délaissée qui subit le joug du patriarcat avec un stoïcisme défiant les lois de la nature humaine. Un mini-cycle à découvrir de toute urgence en salles en versions restaurées 4K.

Le chant des vivants

Le chant des vivants

Quitter son pays, essuyer les coups, traverser la mer… Mais si le pire était à venir ? Survivre n’est pas un tout. Cécile Allegra propose à de jeunes exilés de penser l’après, par l’art-thérapie. Le chant des vivants est une douloureuse mélodie de laquelle advient une merveille cinématographique.