Tideland

Article écrit par

Le retour du déjanté Terry Gilliam était tant attendu… Après l´avortement douloureux de The man who killed Don Quixotte, après le trop convenu Frères Grimm, Gilliam devait redevenir Gilliam : un dingue de l´imaginaire, un taré de l´image, un loufoque du scénario ! Hélas, Tideland ne tient pas la moitié de ses promesses. Terry Gilliam, […]

Le retour du déjanté Terry Gilliam était tant attendu… Après l´avortement douloureux de The man who killed Don Quixotte, après le trop convenu Frères Grimm, Gilliam devait redevenir Gilliam : un dingue de l´imaginaire, un taré de l´image, un loufoque du scénario ! Hélas, Tideland ne tient pas la moitié de ses promesses.

Terry Gilliam, à propos de Tideland : « C’est la rencontre de << Alice au pays des merveilles >> et de << Psychose >>. C’est l’histoire d’une enfant qui se construit comme elle peut en dépit d’une grande souffrance. C’est une fable de survie dans des circonstances plutôt étranges. » Le mélange est des plus troublants… et des plus fascinants. Mais si l´hommage rendu à Hitchcock est à la hauteur (l´effrayante maison abandonnée, cette manie taxidermiste des dingues en puissance…), celui rendu à Lewis Carroll est un peu en dessous des espérances. Il y a bien quelques idées par-ci par-là, mais dans l´ensemble, on s´attendait à quelque chose de vraiment fascinant, d´étrangement fantastique.

Et c´est bien dommage car Terry Gilliam semble retrouver un peu de sa forme, même si l´échec de The man who killed Don Quixotte semble l´avoir traumatisé à jamais, le rendant moins fou et plus accessible qu´auparavant. Gilliam a toujours son sens du cadrage et de la composition, certains plans ressemblent d´ailleurs à des tableaux impressionnistes. Mais pour le reste, ce n´est plus vraiment ça : la mise en place de l´action est assez rapide, mais ça traîne, ça traîne…

D´autant que certains éléments nous font vraiment poser des questions. Si on apprécie les délires de Gilliam, certains trouvent ici une imagerie un peu trop malsaine. On en ri bien un peu, mais la nécrophilie et surtout la pédophilie ambiante à certains moments ne sont pas des plus appropriées pour ce récit qui tient de la fable pour enfants.

Le film n´est pourtant pas un échec total. Terry Gilliam est loin d´être mauvais une caméra à la main, mais ici, ce sont surtout les acteurs qui impressionnent, avec en tête la jeune Jodelle Ferland. A elle seule, elle vaut le déplacement : déjà étonnante dans Silent Hill, cette jeune demoiselle d´à peine 12 ans semble être la valeur sûre de demain.

Terry Gilliam à propos de Tideland : « Avec ce film, mon enjeu était de retrouver mon enthousiasme de cinéaste. J’espère que les spectateurs seront surpris, déroutés, séduits et émus. Si nous avons bien travaillé, il y aura des rires, de l’émotion, et peut-être les gens en sortant verront-ils le monde et les autres un peu différemment… » La volonté de bien faire était donc là. Dommage qu´on ne parvienne pas toujours à réaliser quelque chose à la hauteur de ses ambitions…

Titre original : Tideland

Réalisateur :

Acteurs : , , , ,

Année :

Genre :

Durée : 117 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

La Passagère

La Passagère

Plongée traumatisante dans l’électrochoc concentrationnaire, « La Passagère » est une oeuvre lacunaire unique en son genre tant elle interroge l’horreur de l’Holocauste par la crudité aseptisante de ses descriptions aussi bien que par les zones d’ombre qui la traversent. Retour sur ce chef d’oeuvre en puissance qui ressort en salles en version restaurée 4K.

Le Salon de musique

Le Salon de musique

Film emblématique et sans doute le chef d’oeuvre de Satyajit Ray même si le superlatif a été usé jusqu’à la corde, « Le salon de musique » ressort dans un noir et blanc somptueux. S’opère dans notre regard de cinéphile une osmose entre la musique et les images qui procèdent d’une même exaltation hypnotique…

WESTFIELD STORIES SAISON 2

WESTFIELD STORIES SAISON 2

Interview de Nathalie PAJOT, Directrice Marketing France d’Unibail-Rodamco-Westfiel. Elle nous présente la deuxième édition du Festival de courts-métrages Westfield Stories auquel est associé Kourtrajmé, le collectif de jeunes cinéastes crée par Ladj Ly.

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Le cinéma de Mani Kaul dépeint subtilement la manière dont la société indienne traite ses femmes. On peut qualifier ses films d’art et essai tant ils se démarquent de la production commerciale et sont novateurs par leur forme originale. Avec une âpreté et une acuité douloureuses, le réalisateur hindi décline le thème récurrent de la femme indienne délaissée qui subit le joug du patriarcat avec un stoïcisme défiant les lois de la nature humaine. Un mini-cycle à découvrir de toute urgence en salles en versions restaurées 4K.