Select Page

The housewife

Article écrit par

Un récit d’émancipation féminine à mi-chemin entre Kiyoshi Kurosawa et Ryusuke Hamaguchi.

Une réalisatrice sous influences

Il n’est pas aisé de se faire une place dans un cinéma nippon où le haut de l’affiche est trusté par les 4K (Kurosawa, Kawase, Kore Eda, Kôji Fukada) et l’étoile du moment Hamaguchi. Surtout lorsque l’on pose ses valises dans une maison aussi explorée que celle de l’intimité familiale.   Neuvième film de Yukiko Mishima, The Housewife ressemble à s’y méprendre à un premier film, dans lequel on a tellement de choses à dire et à prouver que l’articulation laisse parfois à désirer. Comme Kiyoshi Kurosawa, la réalisatrice trouve  dans la frontière entre le réel et l’imaginaire un espace riche de beautés et de troubles; les nocturnes neigeux qui s’invitent à plusieurs reprises témoignent d’une évidente belle maîtrise de l’esthétique onirique. À Hamaguchi, Mishima semble emprunter la prédisposition de ses personnages à se confier sans invitation préalable. Des confessions stimulées par l’exiguïté des lieux,  qui plus est lorsque l’on se laisse conduire en automobile. Le minimalisme du procédé fait toujours son effet lorsque, comme ici, l’émotion ne submerge pas l’acuité des constats. On peut regretter, notamment dans les scènes d’appartement, les effets peu gracieux de la caméra numérique.  Ce n’est pas le mélange des registres qui  peut chagriner mais son systématisme un peu trop apparent dans les premiers temps. Puis, une fois le décor planté, le film se libère progressivement de ses scories, pour se donner pleinement à vivre.

 

Une femme émancipée

« Être une femme libérée tu sais c’est pas si facile » chantait,en France, Cookie Dingler dans les années quatre-vingt. Le refrain est toujours d’actualité dans la société japonaise actuelle. Pour Toko, le mariage est une prison dorée fermement cornaqué par un mari et une belle-maman à cheval sur la répartition des rôles et la sauvegarde des apparences. Des schémas d’une autre ère qui auraient de quoi désespérer notre jeune housewife. En public, Toko doit encaisser les petites phrases assassines, les non-dits  ainsi que les compliments genrés. Mais, il en faudrait bien plus pour étouffer ses désirs de femme. Architecte de formation, la jeune femme va reprendre sa carrière et retrouver son premier amour. Cette trajectoire émancipatrice nous surprend par l’imprévisibilité  naturelle de Toko. Nous touche par son mélange de candeur et de lucidité. Nous convainc par sa simplicité. C’est lorsque le film se met au diapason de son héroïne qu’il réussit à exister pleinement. Et étonne même par l’expression d’une sexualité  sans tabou lorsque Mishima  aborde l’école de la chair. C’est surement dans l’approche des désirs féminins que la réalisatrice trouve toute sa singularité et attend d’être suivie.

 

 

Titre original : RED

Réalisateur :

Acteurs : , ,

Année :

Genre :

Pays :

Durée : 123 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Cadavres exquis

Cadavres exquis

Les cadavres exquis du titre évoquent les dépouilles parcheminées de l’ossuaire de Palerme autant que l’ hécatombe de dignitaires de justice froidement assassinés. Dans ce climat chargé de gravité mortuaire, Francesco Rosi épingle la collusion des pouvoirs politico-judiciaires dans les années de plomb qui secouent l’Italie. A redécouvrir en version restaurée.

Main basse sur la ville

Main basse sur la ville

Loin de paraître datés, les films de Francesco Rosi apparaissent aujourd’hui plus prégnants que jamais. A la charnière du documentaire et de la fiction réaliste, ils appartiennent au genre didactique, qui explorent les zones d’ombre et l’opacité de la réalité sociale italienne comme l’on assemble les fragments d’un puzzle tout en ménageant une fin ouverte. Focus sur un thriller politique quasi intemporel.