Select Page

Rubber

Article écrit par

Avec son pneu tueur, « Rubber » va avoir droit à toute une panoplie de jeux de mots plus ou moins judicieux. Déjanté, gonflé, en roue libre et on en passe. Mais le film de Quentin Dupieux est avant tout une petite bombe d’absurde. Théorique et pratique.

Concevoir la bande-annonce de Rubber a été une épreuve pour Quentin Dupieux. Tâche ardue de résumer en une minute l’esprit de son film, tant il respecte peu les conventions. Celles des films de genre, savoureusement détournées par un pneu télépathe et tueur-en-série (rien que ça). Celles du cinéma tout court, Dupieux s’acharnant à casser les codes établis entre un film et ses spectateurs.

C’est une partie du défi Rubber, dont l’origine remonte à l’écriture d’un monologue pince-sans-rire sur l’absurdité du cinéma. Déclamé face caméra, ledit monologue ouvre le film, promesse autant qu’avertissement sur la nature indéfinie de ce qui va suivre. Déjà avec Non-Film, moyen métrage tourné avec ses potes de l’industrie musicale (Sébastien Tellier), Dupieux s’engouffrait dans la déconstruction du récit. Entreprise vaine à l’époque, trop autocentrée pour s’adresser à nul autre que son auteur.

Depuis, Quentin Dupieux a pris conscience qu’il s’adresse à un public. Jusqu’à l’inclure dans son film : réunie dans le désert, une poignée de spectateurs assiste aux aventures du pneu. La théorie brouillonne de Non-Film trouve alors son accomplissement, Rubber refusant également de se conformer à une structure de scénario classique. Celle-là même qui dominait le long métrage Steak.

Entre photographie et cinéma

Passé inaperçu lors de sa sortie à l’été 2007, ce film du duo Eric & Ramzy a gagné ses galons de comédie surréaliste via la vidéo. Satisfait du résultat final, Dupieux n’a jamais caché s’être longuement ennuyé sur le tournage. Trop de paramètres à gérer, trop éloigné de sa conception du cinéma – selon laquelle le réalisateur est celui qui tient la caméra avant d’être un chef d’équipe. Réalisateur de courts métrages depuis la préadolescence, puis auteur des publicités Levi’s et icône de la french touch sous le pseudo Mr Oizo, Quentin Dupieux s’est senti peu à peu privé de caméra. Sa liberté se retrouve avec une évidente somme de plaisir dans Rubber, tourné en un mois avec un appareil photo.

C’est l’autre défi, technique celui-là, du film : apprivoiser un outil limité et pas vraiment destiné pour le cinéma au départ. Il s’en tire avec élégance, non pas en voulant singer une réalisation classique au 35mm (voire en DV) mais en s’adaptant aux possiblités de son Canon numérique. D’où des images à la lisière de la photographie et du cinéma. Une poésie contemplative (la lumière et la beauté des paysages désertiques), à la fois dans l’action et en dehors, en symbiose avec la construction binaire de son film (d’un côté le public, de l’autre l’aventure du pneu tueur).

Un objet vide et creux

Première marque de fabrique, la marionnette jaune Flat Eric laisse la place à un objet vide et creux. Le pari était d’insuffler la vie à un morceau de caoutchouc. Dans le monde de Rubber, le pneu est l’unique personnage doué de sentiments et d’un passé. Expert dans l’art de faire sauter des têtes à distance (selon un procédé proche de celui utilisé par David Cronenberg dans Scanners), colérique, vengeur. Et tout aussi capable d’éprouver un troublant désir pour une jeune femme – la nouvelle égérie du cinéma pop Roxane Mesquida (Sheitan, Kaboom).

Outre Cronenberg, Rubber partage d’évidentes affinités avec Duel. Dans son désir de déconstruction, Dupieux désosse le monstre de la route du téléfilm de Spielberg pour n’en garder que le strict minimum. Le film tentant, à partir de là, de bâtir une nouvelle approche de la Série B, sans lien aucun avec les hommages glacés qui fleurissent depuis les années 90 (cf les slashers sortis dans le sillage des Scream).

Peut-être n’est-ce pas un hasard si le dernier plan de Rubber dévoile la colline de Hollywwod. Dupieux se défend de transmettre un message, se contentant de boucler la boucle en légèreté après le monologue d’ouverture. On préférera s’octroyer le droit d’y voir une déclaration d’intention. Ou, au moins, une affirmation de la "méthode" Dupieux : la liberté de faire des films comme il l’entend. Comédie drôle et gore, Rubber se dote ainsi d’un rafraîchissant esprit d’indépendance.


Titre original : Rubber

Réalisateur :

Acteurs : ,

Année :

Genre :

Durée : 95 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Les chemins de la haute ville

Les chemins de la haute ville

Styliste jusque dans le détail flamboyant de l’adaptation, Jack Clayton circonscrit les fourvoiements d’un rastignac provincial dérouté sur « les chemins de la haute ville ». Soixante ans après sa sortie fracassante, le film marque encore les esprits par le prurit des désirs inassouvis qu’il déclenche en nous. Un soap opéra férocement jouissif en version restaurée 4K.

Camille

Camille

Voir ce film est comme ouvrir le journal : reportage en une dizaine de pages du conflit en Centrafrique avec photos exclusives de Camille Lepage.

Joker

Joker

Amas d’abîme sur lequel tente de danser un corps ravagé, « Joker » repose tout entier sur la composition démentielle de son acteur.

Gemini man

Gemini man

De retour sur les écrans, Will Smith s’impose un rôle dans la continuité logique de sa carrière dans le nouveau projet de Ang Lee, réalisateur et producteur taïwanais notamment reconnu pour sa capacité d’adaptation au fond et à la forme.