Prince Vaillant (Prince Valiant)

Article écrit par

Un Classique des films historiques à l´ancienne, mais qui a malheureusement vieilli.

Prince Vaillant n’est pas un bon film. Du moins pas le plus important de la longue filmographie de son metteur en scène, le correct Henry Hathaway. Réalisé en 1954 et adapté d’une célèbre bande dessinée, ce petit film de chevalerie ravira un jeune public et quelques nostalgiques de l’âge d’or hollywoodien.

Dans les années 50, les grands studios américains adaptèrent une quantité de romans historiques qui prirent pour décor les légendaires paysages chevaleresques de la vieille Europe. Ce fut Quentin Durward, Les Chevaliers de la table ronde ou bien Ivanhoé. Souvent derrière la caméra, le réalisateur Richard Thorpe, yes-man fameux qui illuminait par ses courbettes devant les producteurs, devant la caméra, une distribution régulièrement prestigieuse (Robert Taylor, Janet Leigh, Robert Morlay, Georges Sanders…). Dans Prince Vaillant, le choix s’est porté sur Robert Wagner qui, avant de batailler pour l’amour du risque en compagnie de Stéphanie Powers (série TV américaine des années 80), fut le jeune premier américain par excellence de l’après-guerre.

L’histoire est romanesque car empreinte d’une fantaisie belle et sucrée. L’intrigue se déroule du temps du roi Arthur et met en scène un roi déchu qui tente de trouver asile auprès du légendaire seigneur d’Avalon. Entre fresque spectaculaire et séquences intimes, Hathaway transpose calmement une BD célèbre d’Harold Forster sans pour autant y ajouter son grain de sel. Pas l’once d’une folie visuelle, ni d’une mise en scène à la hauteur du sujet, juste un cahier des charges respecté à la lettre, et qui ne transporte jamais qui que ce soit vers des contrées imaginaires.

Titre original : Prince Valiant

Réalisateur :

Acteurs : , , , , , ,

Année :

Genre :

Durée : 100 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Journal intime

Journal intime

Adapté librement du roman de Vasco Pratolini, « Cronaca familiare » (chronique familiale), « Journal intime » est considéré à juste titre par la critique comme le chef d’œuvre superlatif de Zurlini. Par une purge émotionnelle, le cinéaste par excellence du sentiment rentré décante une relation fraternelle et en crève l’abcès mortifère.

Été violent

Été violent

« Eté violent » est le fruit d’une maturité filmique. Affublé d’une réputation de cinéaste difficilement malléable, Zurlini traverse des périodes tempétueuses où son travail n’est pas reconnu à sa juste valeur. Cet été
violent est le produit d’un hiatus de trois ans. Le film traite d’une année-charnière qui voit la chute du fascisme tandis que les bouleversements socio-politiques qui s’ensuivent dans la péninsule transalpine condensent une imagerie qui fait sa richesse.

Le Désert des tartares

Le Désert des tartares

Antithèse du drame épique dans son refus du spectaculaire, « Le désert des Tartares » apparaît comme une œuvre à combustion lente, chant du cygne de Valerio Zurlini dans son adaptation du roman éponyme de Dino Buzzati. Mélodrame de l’étiquette militaire, le film offre un écrin visuel grandiose à la lancinante déshumanisation qui s’y joue ; donnant corps à l’abstraction surréaliste de Buzzati.

Les Jeunes filles de San Frediano

Les Jeunes filles de San Frediano

Ce tout premier opus de Valerio Zurlini apparaît comme une bluette sentimentale. Clairement apparentée au “néo-réalisme rose”, la pochade, adaptant librement un roman de Vasco Tropolini, brosse le portrait d’un coureur de jupons invétéré, Andréa Sernesi, alias Bob (Antonio Cifariello).