Select Page

Playing men

Article écrit par

Un documentaire poétique sur la piste des jeux d’hommes en Méditerranée. En VOD.

Unir la société

Voici un film documentaire étonnamment court (une petite heure) et particulièrement surprenant. Son allure est morcelée, et on ne sait pas trop où l’on va, mais il faut suivre aveuglément le réalisateur dans ce voyage si particulier qui nous montre des hommes jouer. Le jeu, dans nos sociétés, est plutôt dévolu aux enfants et l’on oublie trop souvent du coup que les matchs de foot font stade plein, et que les plateaux de télé-réalité ne sont peut-être que des succédanés de nos jeux ancestraux qui avaient pour sens et mission d’unir la société et tous ses membres, comme on peut le voir lors de séances de danse collective, entre hommes dans les pays de la Méditerranée, ou encore dans les sports de lutte, comme ici en Turquie.

Réminiscence de la Grèce antique

Il ne faut pas renier ces jeux et suivre Matjaž Ivanišin dans ce récit de voyage essayiste guidé par des visages et des histoires de jeux et de leurs joueurs. Conçu comme un carnet de voyage dans les régions méridionales de l’Europe (Slovénie, Italie, France, Croatie et Turquie), le film présente des hommes, jeunes et plus vieux, de la Méditerranée qui se rencontrent comme leurs ancêtres se rencontraient – pour jouer. Dans les régions rurales, à l’abri de la bande littorale et allant même jusqu’à l’arrière-pays, le réalisateur intègre les communautés locales pour y observer différents jeux sociaux anciens et traditionnels, ainsi que les joueurs, leurs visages, leurs gestes et leurs voix, et y rechercher la nature masculine, en mettant le focus sur le sérieux avec lequel ces hommes jouent comme s’ils obéissaient à un besoin immémorial. On ressent aussi beaucoup d’émotion à regarder ces jeunes gens qui jouent à un étrange jeu de chiffres qui nous renvoie presque à l’antique Grèce, tout comme on ressent comme un frisson religieux, en tout cas spiritualiste, dans cette danse entre hommes étrangement sensuelle et codée comme un rite ancestral.

 

 

Sociabilisation et divertissement

Le jeu répond alors à un besoin humain de se sociabiliser à travers des activités qui divertissent certes, mais structurent aussi mine de rien la société et le monde comme nous l’avons fait observer. Sous leur apparence soit désuète, soit purement ludique, les jeux sont très importants pour les hommes qu’ils soient ou non de bonne volonté notamment ceux qui jouent à la guerre et que Matjaž Ivanišin bien sûr ne nous montre pas ici, mais ce sont sans doute les mêmes hommes qui sont capables de ça aussi.

En ce sens, le film est également un document sur la peur de la solitude et de l’abandon. Lutter, faire rouler un fromage dans les rues du village ou réciter rapidement des chiffres – un peu comme dans le mystérieux jeu « pierre feuille ciseaux » – sont ici des occupations de la plus haute importance. « Plutôt que de restituer les jeux qu’il aborde dans leur déroulement complet, écrit Olivia Cooper Hadjian dans Critikat, et de nous en expliquer les règles, Matjaž Ivanišin en extrait des images précises, presque abstraites. Il rend ainsi à ces activités humaines codifiées leur étrange poésie. » Un beau voyage à faire, en se laissant porter et charmer, qui vous sortira un peu de la routine imposée du confinement en retrouvant les plaisirs ancestraux des jeux en tout genre.

 

Sortie en VOD le 7 mai sur le site de Shellac https://shellacfilms.com/films/playing-men

Crédit photo: Shellac films

Réalisateur :

Année :

Genre :

Pays : ,

Durée : 60 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

She Will

She Will

À mi-chemin entre l’univers de Ari Aster et de Dario Argento, She Will de Charlotte Colbert est un film à l’esthétique envoûtante, qui n’a pourtant pas su répondre à sa propre ambition.

Cadavres exquis

Cadavres exquis

Les cadavres exquis du titre évoquent les dépouilles parcheminées de l’ossuaire de Palerme autant que l’ hécatombe de dignitaires de justice froidement assassinés. Dans ce climat chargé de gravité mortuaire, Francesco Rosi épingle la collusion des pouvoirs politico-judiciaires dans les années de plomb qui secouent l’Italie. A redécouvrir en version restaurée.

Main basse sur la ville

Main basse sur la ville

Loin de paraître datés, les films de Francesco Rosi apparaissent aujourd’hui plus prégnants que jamais. A la charnière du documentaire et de la fiction réaliste, ils appartiennent au genre didactique, qui explorent les zones d’ombre et l’opacité de la réalité sociale italienne comme l’on assemble les fragments d’un puzzle tout en ménageant une fin ouverte. Focus sur un thriller politique quasi intemporel.