Select Page

Odette Toulemonde

Article écrit par

> ? Si cela existait, Odette Toulemonde les dispenserait. Elle excelle en la matière. Et si chacun avait une bonne fée ? Tout le monde rêverait qu´elle s´appelle Dette, enfin Odette. Ce petit bout de femme enfermée dans une vie qui semble bien étriquée s´en extrait merveilleusement grâce à Joséphine Baker et ses chansons. Mais […]

<< Des cours de bonheur >> ? Si cela existait, Odette Toulemonde les dispenserait. Elle excelle en la matière. Et si chacun avait une bonne fée ? Tout le monde rêverait qu´elle s´appelle Dette, enfin Odette. Ce petit bout de femme enfermée dans une vie qui semble bien étriquée s´en extrait merveilleusement grâce à Joséphine Baker et ses chansons. Mais surtout grâce à Balthazar Balsan. Selon elle, cet auteur lui a donné les clefs nécessaires pour reprendre goût à la vie, à sa vie. Depuis, elle met de la magie dans chaque geste de son quotidien. Cette énergie, ce bonheur et cette générosité mélangés à une pincée de naïveté et une dose de candeur crèvent l´écran grâce à Catherine Frot, dans toute sa splendeur.

Odette, mère de deux adolescents, femme joyeuse, altruiste, un brin naïf respire le bonheur et souhaite le distribuer tout autour d´elle. D´après Eric-Emmanuel Schmitt, << elle a un jazz band à l´intérieur d´elle-même >>. Catherine Frot transmet bien le grain de folie qui habite Odette, lui donnant ce côté décalé qui la rend drôle sans pour autant que le spectateur ait envie de se moquer d´elle, l´actrice lui ayant construit un véritable personnage (dans lequel elle est très à l´aise) qui est aussi celui d´une femme charmante et féminine, touchante et beaucoup plus complexe qu´il n´y parait si l´on se donne la peine de regarder plus en profondeur. Elle rayonne la joie de vivre et l´optimisme, contrastant énormément avec le personnage de Balthazar Balsan, interprété par Albert Dupontel, pour une fois très humain, enfermé dans le corps d´un écrivain à succès dépressif. Il se laisse complètement aller dans son personnage et touche ainsi fortement le spectateur, le couple qu´il forme avec Catherine Frot donnant beaucoup de profondeur au récit.

Premier film de l´écrivain Eric-Emmanuel Schmitt, Odette Toulemonde est une oeuvre parsemée d´une plume familière à travers certaines scènes amusantes et quelques dialogues percutants, même si la réalisation peine à nous enchanter. La frontière entre la naïveté du personnage d´Odette et la mièvrerie est très fine, et finit par basculer Odette Toulemonde du mauvais côté de la barrière, le film s´embourbant dans les bons sentiments au fil du récit sans réussir à en sortir. Le recours à l´image de Jésus pour exprimer le chemin de croix qu´effectue Odette, ou bien encore les fois où, transportée de bonheur, elle s´envole dans les airs n´ont finalement pas l´effet recherché. Quelques bonnes idées assez rares pointent tout de même dans le récit comme les scènes musicales particulièrement réussies et drôles dans lesquelles Odette se transforme en Joséphine Baker. Le film ressemble alors à un bonbon acidulé qui pétille dans la bouche au début mais qui perd peu à peu de sa saveur.

Titre original : Odette Toulemonde

Réalisateur :

Acteurs : , , ,

Année :

Genre :

Durée : 104 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Le photographe

Le photographe

Ritesh Bafa nous livre ici un quatrième long métrage dans la lignée de sa production indienne précédente sans se répéter pour autant.

La Victime

La Victime

« La victime » tient une place et un statut à part dans la cinématographie britannique. L’ oeuvre dénonce l’hystérie
paranoïaque d’une « chasse aux sorcières » menée à l’encontre de la communauté homosexuelle. Le film favorisa la jurisprudence en faveur d’un amendement voté en 1967 dépénalisant l’homosexualité.