Select Page

Monsters

Article écrit par

Un film de monstres sans monstres, étouffé par son propre buzz. Monstrueux buzz…

Le réalisateur Gareth Edwards sait comment lutter contre la crise. Il fait un film avec une équipe limitée de cinq personnes, tourne en pleine jungle au Costa-Rica quitte à tenter les moustiques, utilise l’improvisation comme dialogue et engage des comédiens dénichés sur place, dont ce sera le premier et unique travail d’interprétation. Un film de monstres ficelé à douze mille dollars, soit une demi-heure de tournage de Tom Cruise, suffisant à créer un buzz international et à susciter la curiosité des amateurs de films de genre.
L’histoire se situe dans un futur très proche. Une sonde extra-terrestre s’écrase dans la jungle méxicaine. Six ans plus tard, le Méxique est devenu une zone interdite et dangereuse peuplée de monstres géants très méchants. Dans cette ambiance chaotique, un photographe a pour mission d’escorter la fille de son patron et de l’amener saine et sauve (si possible) aux Etats-Unis en contournant la zone monstrueuse. Par un concours de circonstances, ils se retrouveront à devoir traverser et pénétrer cette zone dans l’espoir de ne pas se faire dévorer.
Evidemment, le photographe et la jolie fille à papa rebelle tomberont amoureux, le film s’orientant sur cette histoire d’amour, oubliant les monstres promis. Jouer sur la frustration peut être un parti pris intéressant si un minimum de tension et de rythme nourrissent l’histoire. Dans Monsters, on suit le « jungle trip » de ces personnages sans une once de suspense, attendant impatiemment qu’il se passe quelque chose. Un ennui dommageable s’installe jusqu’à l’espoir extrême qu’une bête féroce entre dans l’action et dévore l’un des deux héros. L’improvisation est pertinente lorsque les acteurs ont le temps de chercher, d’innover ou de se tromper. L’urgence du film ne laissant pas la place aux dialogues de se créer, l’envie du réalisateur de coller au réel par des dialogues frais et inventés est mal exécutée. Les répliques sont ridiculement plates voire enfantines, notamment lors des scènes d’approche et de séduction qui décrédibilisent l’ensemble.

Gareth Edwards n’est donc pas un auteur mais ressemble plus à un technicien remarquable. L’image, l’utilisation des couleurs et la scène finale avec l’apparition magique des monstres (enfin !) sont bien maitrisées. Le réalisateur est un petit génie des effets spéciaux qui aurait dû ajouter, à son équipe réduite, un scénariste pour offrir à son film une meilleure cohérence et une histoire plus agréable à suivre.

Le réalisateur, surdoué de Photoshop, connait ses classiques et le fait savoir maladroitement. Les monstres tentaculaires ressemblent étrangement à ceux que l’on trouve dans Cloverfield et The Host. De plus, on ressent dans Monsters une forte inspiration de Jurassic Park. Un endroit fermé infesté de monstres incontrôlables que l’on doit traverser entre les arbres et les clôtures, une vue intérieure des héros dans une voiture observant celle d’en face se faire écraser par un monstre, tout cela ressemble fortement au film de Steven Spielberg, un mélange douteux d’hommage et de copie. Pourtant, il insère dans son film quelques réflexions métaphoriques sur les Etats-Unis. L’immense mur inefficace et inutile séparant la zone infestée mexicaine à la frontière américaine représente un pays centré et bloqué sur lui-même, tentation de protection qui mène finalement à la destruction. Un point de vue sur l’impérialisme of USA inabouti, tout comme le scenario et les personnages d’un film qui aurait nécessité quelques finitions pour une poignée de dollars supplémentaires.

Titre original : Monsters

Réalisateur :

Acteurs : ,

Année :

Genre :

Durée : 93 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Rashômon

Rashômon

« Rashômon » ressort en salles dans une nouvelle version restaurée. Par ses écarts angulaires à 180°et sa flamboyance assumée, l’œuvre non-conformiste se revendique de l’esthétique du muet et multiplie les perspectives pour sonder la vérité psychologique de ses protagonistes confrontés à leurs contradictions. Film-événement.

La Terrasse

La Terrasse

« La terrasse » est une œuvre à la charnière de deux époques qui vient sonner le glas de la comédie à l’italienne. La satire grinçante livre sans concession un portrait en demi-teinte et au vitriol de la crise existentielle de cinq quinquagénaires vieillissants qui évoluent dans une sphère intellectuelle de gauche sclérosée. Les scénaristes de légende Age et Scarpelli prennent ici le pouls d’une société italienne malade de son conformisme.

Le Soldatesse (des filles pour l’armée)

Le Soldatesse (des filles pour l’armée)

« Le Soldatesse » porte un regard féministe existentialiste sur ces femmes en déshérence, butin de guerre, enrôlées de force afin d’approvisionner les bordels militaires de campagne lors de l’invasion hellénique par les troupes d’occupation italiennes expédiées en 1941 sur une rodomontade du Duce. Illustrant une page sombre de l’occupation italienne, ce road-movie sur fond de guerre chaotique fut ignoré à sa sortie pour le défaitisme et le fiasco militaire qu’il traduisait par son naturalisme. Décryptage.