Select Page

Marathon Man

Article écrit par

A une époque où les USA subissent des retours de vestes phénoménaux (Vietnam, Watergate…), le thriller paranoïaque domine avec brio l´ensemble des productions. Des films comme Serpico, Les Hommes du Président, Conversation secrète ou encore Les Trois jours du Condor sont autant de chefs-d´oeuvre qui ont su tirer profit de cette période sombre. Et Marathon […]

A une époque où les USA subissent des retours de vestes phénoménaux (Vietnam, Watergate…), le thriller paranoïaque domine avec brio l´ensemble des productions. Des films comme Serpico, Les Hommes du Président, Conversation secrète ou encore Les Trois jours du Condor sont autant de chefs-d´oeuvre qui ont su tirer profit de cette période sombre. Et Marathon Man n´est pas en reste, histoire d´un jeune étudiant en histoire qui se retrouve malgré lui impliqué dans un trafic de diamants appartenants à un ancien officier nazi.

Aux commandes, John Schlesinger, réalisateur britannique déjà impressionnant dans sa manière de traiter l´amitié et le sexe dans Macadam cowboy. Il retrouve une fois de plus Dustin Hoffman donc pour dénoncer quelques trucs qui ne tournent plus très rond au pays de l´Oncle Sam. Sa réalisation est efficace, bien qu´elle prenne un peu de temps à tout mettre en place. Une fois tous les éléments en place, l´angoisse monte très rapidement. Le sommet de l´intensité est constitué sans doute par cette douloureuse scène de torture où Laurence Olivier arrache à vif les dents de Dustin Hoffman. Une scène qui choqua tellement lors des projections tests qu´elle du être écourtée.

Pour les amateurs, le duo de choc Hoffman-Olivier constituera un morceau de choix : la vieille génération face aux acteurs de l´Actor´s studio. Anecdote : pour être au top de son jeu, Dustin Hoffman passa réellement des nuits blanches et courait vraiment plusieurs kilomètres pour être crédible. Lorsque Laurence Olivier apprit cela, il lui demanda : << Pourquoi ne pas tenter de jouer ? C´est bien plus simple ! >>. Toujours est-il que chacun est vraiment bon dans son rôle, Hoffman jouant comme à son habitude les Américains moyens pris malgré lui dans une histoire qu´il ne maîtrise pas ; Roy Scheider est plus que correct mais c´est surtout Laurence Olivier qui écrase tout et tout le monde, dans le rôle de cet ancien SS. Une scène troublante est d´ailleurs celle où le docteur Szell parcourt le quartier juif pour trouver acquéreur à ses diamants : Olivier démontre alors une angoisse profonde et maîtrisée, qui atteint son sommet lorsqu´il est reconnu par d´anciennes victimes.

Si Marathon Man est un thriller efficace, il n´en reste pas moins une réflexion sur la société contemporaine, constamment soumise aux pressions du gouvernement. C´est sans doute pour cela que l´ombre du maccarthysme plan tout au long du film, à travers la mort du père du héros. On décide de s´attaquer aux petits communistes alors qu´on laisse les grands en paix, un peu comme on s´acharna sur de petits officiers nazis au profit des chefs qui trouvèrent facilement refuge en Amérique Latine pour la plupart.

Un thriller maîtrisé donc, qui laisse un temps de répit de prime abord pour pouvoir se lancer pleinement dans un marathon contre la mort. Implacable et impeccable.

Titre original : Marathon Man

Réalisateur :

Acteurs : , , , , , , , , ,

Année :

Genre :

Durée : 125 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Qui a tué le chat?

Qui a tué le chat?

Après “l’argent de la vieille”(1972) et avant “le grand embouteillage”(1979), Luigi Comencini se commet dans une satire implacable qui vise à débrouiller l’écheveau des travers de la société de son temps. Sous le vernis de la farce à l’absurde déjanté s’écaille une vision lucide et décomplexée. Décapant.

Casanova, un adolescent à Venise

Casanova, un adolescent à Venise

“Casanova, un adolescent à Venise” dépeint une tranche de la vie picaresque de l’auteur-mémorialiste libertin de “Histoire d’une vie”, Giacomo Casanova. Cinéaste de “l’innocence perdue”, Comencini s’inspire des tableaux de genre du peintre vénitien Pietro Longhi pour leur insuffler le mouvement comme autant de saynètes croquant les moeurs dissolues de l’aristocratie de la république vénitienne au siècle des lumières le tout somptueusement enchâssé sur la toile de fond en trompe-l’œil de la lagune.