Luigi Comencini

Article écrit par

Le coin du cinéphile se penche sur Luigi Comencini, critique amusé et désabusé des travers des adultes, tout comme peintre attendri des meurtrissures de l’enfance.

Luigi Comencini occupe une place à part dans le quatuor magique (Dino Risi, Mario Monicelli, Ettore Scola) de la comédie italienne de l’âge d’or. Le réalisateur possède une facette plus sombre, une appétence pour le drame et c’est presque par accident qu’il gagnera ses galons dans la comédie avec la série des Pain, amour et fantaisie. Dans ses œuvres majeures, le rire sert un arrière-plan qui peut être social dans Le Commissaire ou historique avec La Grande Pagaille. Plus le temps passera plus la comédie se délestera de tout humanisme pour dresser un portrait au vitriol de ses congénères dans des classiques comme L’Argent de la vieille, les farces Qui a tué le chat ? et Mon dieu comment suis-je tombée si bas ?, ou le très oppressant Le Grand Embouteillage. La tendresse et la bienveillance de Comencini se réserve pour son cycle sur l’enfance, à travers le mélodrame de L’incompris, le conte de Les Aventures de Pinocchio, le récit de corruption morale de Casanova, un adolescent à Venise ou le plus méconnu Eugenio sur le drame du divorce. Comencini est un humaniste pessimiste qui déverse un fiel désespéré envers les adultes, et une tendresse résignée pour les enfants. Le rire et les larmes se confondent chez lui dans cette vision du monde contrastée.

Bonne lecture pour un prochain thème consacré aux « Rêves et cauchemar au cinéma » !


Warning: Invalid argument supplied for foreach() in /home/clients/8d2910ac8ccd8e6491ad25bb01acf6d0/web/wp-content/themes/Extra-child/single-post.php on line 73

Lire aussi

WESTFIELD STORIES SAISON 2

WESTFIELD STORIES SAISON 2

Interview de Nathalie PAJOT, Directrice Marketing France d’Unibail-Rodamco-Westfiel. Elle nous présente la deuxième édition du Festival de courts-métrages Westfield Stories auquel est associé Kourtrajmé, le collectif de jeunes cinéastes crée par Ladj Ly.

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Le cinéma de Mani Kaul dépeint subtilement la manière dont la société indienne traite ses femmes. On peut qualifier ses films d’art et essai tant ils se démarquent de la production commerciale et sont novateurs par leur forme originale. Avec une âpreté et une acuité douloureuses, le réalisateur hindi décline le thème récurrent de la femme indienne délaissée qui subit le joug du patriarcat avec un stoïcisme défiant les lois de la nature humaine. Un mini-cycle à découvrir de toute urgence en salles en versions restaurées 4K.

Le chant des vivants

Le chant des vivants

Quitter son pays, essuyer les coups, traverser la mer… Mais si le pire était à venir ? Survivre n’est pas un tout. Cécile Allegra propose à de jeunes exilés de penser l’après, par l’art-thérapie. Le chant des vivants est une douloureuse mélodie de laquelle advient une merveille cinématographique.