Select Page

Les Siffleurs

Article écrit par

Un polar roumain facétieux, décalé et romantique, en sélection officielle au festival de Cannes 2019.

Corneliu Porumboiu livre avec Les Siffleurs un polar brillant et facétieux. La narration y est à la fois linéaire est éclatée, l’absurdité du point de départ (un policier roumain gagnant la côte espagnole pour y apprendre un langage sifflé ancestral) gagnant en densité quand les enjeux criminels et sentimentaux se révèle. Notre héros Cristi (Vlad Ivanov) apparaît ainsi comme un policier corrompu informateur de la mafia locale, embringué dans un chassé-croisé pour retrouver un magot de la drogue disparu. Il est l’élément essentiel pour mettre la main sur la somme en livrant le voleur détenu par la police grâce à ce langage sifflé qu’il doit assimiler.

Le réalisateur renvoie progressivement dos à dos criminels et police, l’immoralité des uns trouvant son reflet dans l’absence de scrupules (et les moyens douteux) des autres pour les coincer. L’empathie ne naîtra pas d’une barrière morale ténue mais de l’amour de Cristi pour la belle Gilda (Catrinel Marlon), à la solde des bandits. Seul le langage distingue et permet de dominer l’autre dans l’univers du film. Le sifflement qui amène de sacrés moments « autres », la duplicité et l’espionnage (héritage ironique de l’ère Ceausescu ?) ordinaire étant l’autre mode de fonctionnement quand ce n’est pas la violence brute. Tout rapprochement passe par une incompréhension pour Cristi, forcé d’apprendre les codes de chacune des zones où il navigue, y compris pour une torride étreinte avec Gilda. Vlad Ivanov excelle en figure faussement dépassée et ahurie quand à l’inverse les allures de femme fatale de Catrinel Marlon masquent une vraie vulnérabilité.

On pense aux polars de Jim Thompson dans l’immoralité de tous les instants et la trame tortueuse, mais ici Porumboiu intègre un humour à froid (situations et personnages loufoques en pagaille) et une vraie poésie. Les différents langages des factions en place sont peu à peu surmontés par Cristi et Gilda qui trouvent le leur, parallèle, par les sentiments. Cette narration en strates excelle à nous le faire comprendre en sollicitant l’attention du spectateur, et la poésie s’invite dans des moments décalés qui dynamitent la trame de polar. Porumboiu parvient à donner de vraies nuances émotionnelles à ce sifflement qui dépasse le simple code secret criminel, par l’image – lors d’une scène de sifflement d’un bâtiment à l’autre – ou par l’intensité de l’émission. Cet univers sonore est à multiples facettes également, la simplicité du sifflement trouvant son pendant inversé dans la sophistication de la musique classique inondant les lieux, moments et figures les plus inquiétants. La tension du polar se marie à la comédie noire pour nous amener sur des rives romantiques inattendues. Plus qu’un simple mode de communication, le langage selon Porumboiu c’est avant tout la possibilité de se rapprocher de l’autre – l’évidence de la  magnifique scène finale. Un film orignal et fort touchant.

Titre original : La Gomera

Réalisateur :

Acteurs : ,

Année :

Genre :

Pays :

Durée : 97 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

La Famille

La Famille

Dans « La Famille », Ettore Scola déroule sur huit décennies le présent et le futur à la dérive d’une dynastie familiale de la bourgeoise patricienne de Rome. Un fleuve au long cours ininterrompu de mornes existences, seulement agité par les vagues successives de la nostalgie. En version restaurée.

La Maison de la mort

La Maison de la mort

« The Old Dark House » est un film d’épouvante qui démythifie avec bonheur les codes d’ordinaire attachés à une veine réputée intarissable . Cette comédie des manières teintée d’un humour noir « so british » vient pimenter un canevas de « maison hantée » qui grince de toutes parts. Subversivement détonnant dans le panthéon des classiques du genre. En version restaurée 4K.

Scary Stories

Scary Stories

Un film d’horreur plus profond qu’il n’y paraît sous ses oripeaux convenus. Un supplément d’âme qui doit beaucoup à Guillermo Del Toro, producteur et co-scénariste du film.