Select Page

Les Ruines (The Ruins)

Article écrit par

Huis-clos sanglant à ciel ouvert, Les Ruines ennuie finalement plus qu´il n´effraie. Malgré un pitch aux promesses << carpenteriennes >>, la sauce ne prend qu´à de rares moments.

Sur la base d’un simple titre, et d’un pitch qui promettait une forte dose d’horreur viscérale, Les Ruines s’est fait attendre plus que de raison. L’histoire ? Très simple, voire même trop : deux couples de jeunes blanc-becs américains sont en vacances au Mexique, et se laissent entraîner par un touriste allemand dans une expédition vers une pyramide maya. Un endroit abandonné et pour cause, la végétation qui la recouvre est pour le moins vorace… Comme dans La petite boutique des horreurs, donc, le monstre est ici une plante, vivante, intelligente, et sans pitié. Une fois arrivés sur place, nos petits yankees se retrouvent piégés par la population locale, terrifiée à l’idée que des imprudents étant entrés en contact avec la plante puissent s’échapper.

Cette idée étrange est à la base du roman de Carter Smith, qui s’est chargé lui-même d’adapter son récit pour l’écran. Moins porté sur la psychologie, sur l’attente et la sensation d’étouffement, Les Ruines – le film peine à trouver son rythme, malgré les bonnes idées relatives au modus operandi de la dite plante. Il ne faudra pas longtemps en effet aux cinq personnages coincés en haut de la pyramide pour être envahis par des tiges très entreprenantes, morts de faim et de soif, et gagnés par la folie. Dans un tel schéma narratif, où le final s’entrevoit presque une heure à l’avance, c’est l’interaction entre les personnages qui devrait impulser de l’énergie à chaque séquence. Or, on se contrefout un peu du sort de ces énervants petits touristes, aux préoccupations décalées dans un tel moment (et si mon copain me trompait ? et pourquoi j’ai pas été accepté en école de médecine ?) et à la naïveté presque surréaliste (le héros incarné par Jonathan Tucker se dit à un moment persuadé « que des touristes américains, ça ne disparaît pas comme ça »…).

Point de suspense à la John Carpenter ici, point de plaisir dans l’attente d’un événement horrible, alors que l’invasion du corps, thème majeur du fantastique, magistralement abordé avec The Thing entre autres, pouvait donner de l’ampleur au récit. Mais plutôt l’ennui, qui s’installe à chaque fois que la fougère du diable est absente de l’écran. Ses habitudes carnivores sont tout de même à l’origine de quelques séquences marquantes, bien dans la tradition gore et graphique amenée par les succès des Saw et Hostel. L’opération des jambes et les incisions à base de couteau rouillé feront peut-être trembler les plus sensibles. De ce côté-là, les effets spéciaux, confiés pour la plupart à Patrick Tatopoulos, remplissent leur contrat. Côté technique, également, la photo de Darius Khondji impose une image aux couleurs éclatantes, aux contrastes très bien gérés, notamment lors des descentes à l’intérieur de la pyramide. De l’excellent travail qui tranche avec la réalisation hésitante, sans saveur, du jeunot Carter Smith. Plutôt à l’aise dans les scènes d’exposition, le cinéaste débutant échoue ensuite à installer de la tension dans le cadre, se contentant de suivre mollement ses acteurs moyennement concernés (mention spéciale à une monolithique Jena Malone, bien loin de l’émotion de Donnie Darko). La conclusion de cette histoire de lierre furieuse, à la fois stupide et inattendue, fait office de cerise paresseuse sur un gâteau qu’on espérait beaucoup plus appétissant.

 

Titre original : The Ruins

Réalisateur :

Acteurs : , , ,

Année :

Genre :

Durée : 91 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

La Famille

La Famille

Dans « La Famille », Ettore Scola déroule sur huit décennies le présent et le futur à la dérive d’une dynastie familiale de la bourgeoise patricienne de Rome. Un fleuve au long cours ininterrompu de mornes existences, seulement agité par les vagues successives de la nostalgie. En version restaurée.

La Maison de la mort

La Maison de la mort

« The Old Dark House » est un film d’épouvante qui démythifie avec bonheur les codes d’ordinaire attachés à une veine réputée intarissable . Cette comédie des manières teintée d’un humour noir « so british » vient pimenter un canevas de « maison hantée » qui grince de toutes parts. Subversivement détonnant dans le panthéon des classiques du genre. En version restaurée 4K.

Scary Stories

Scary Stories

Un film d’horreur plus profond qu’il n’y paraît sous ses oripeaux convenus. Un supplément d’âme qui doit beaucoup à Guillermo Del Toro, producteur et co-scénariste du film.