Select Page

Les Proies (El rey de la montana)

Article écrit par

La version ibérique du jeu du chat et de la souris ? Ludique, Les Proies l´est férocement, jusqu´à l´écoeurement. Suspense au cordeau, vertiges identitaires, propos gonflé, et surtout, une maîtrise stupéfiante du cadre : une divine surprise estivale.

Même si son propos va chercher plus loin que le plaisir du prétexte narratif, Les Proies est, autant le prévenir, un film à twist. Un revirement total qui joue sur l’inversion des points de vue, et tranche forcément dans le vif de l’esprit des spectateurs, soudain obligés de repenser l’histoire sous un autre angle, moins accessible, subversif pour certains, convenu pour d’autres. Il donne toutefois une originalité sans pareille à ce survival espagnol surgi de nulle part.

L’intrigue est d’une simplicité qui confine à l’abstraction, d’autant qu’elle prend place dans les contrées désertiques du nord de l’Espagne, nous plongeant dans une ambiance qui doit beaucoup à Délivrance et Hitcher, deux références que le réalisateur, Gonzalo Lopez-Gallego, ne renie aucunement. On suit le périple de Quim, un jeune homme sortant manifestement d’une douloureuse relation amoureuse, et qui se perd en voulant suivre une inconnue qu’il vient de rencontrer dans une station service (et qu’il a accessoirement prise sur le lavabo des toilettes…). Le citadin finit fatalement par être pris pour cible par de mystérieux autochtones qui immobilisent sa voiture, et lui tirent dessus sans sommation. Blessé, Quim retrouve la fille, et tous deux se mettent à fuir au son des balles, qui souvent, ne ratent pas leur cibles…

Mettre en images ce script à la mécanique très précise, qui se disloque précisément au moment où la vérité est faite sur l’identité des chasseurs, nécessitait un véritable talent visuel, tant les rebondissements reposent sur l’action et non sur les dialogues. Comme les randonneurs de Délivrance, ou le jeune innocent de Hitcher, Quim est une victime qui suscite l’empathie par ses soucis de cœur très terre-à-terre, et son instinct basique de quidam extrait de force de sa bulle de confort (la voiture), et de communication (le téléphone portable). Ni vraiment courageux, comme il le prouvera à plusieurs reprises, ni vraiment combatif, Quim n’est jamais antipathique, car il attire sur lui une sauvagerie qui ne dit pas son nom, et qui révolte par son côté arbitraire.

Zones d’ombre et first person shooter

On pourrait parler de lapalissade, mais la manière dont Gallego parvient à faire naître ces sentiments avec un simple décor de montagne isolée force le respect. La relation ambiguë entre le héros et la fille (victime ou complice ?), donne de l’allant à la traque, qui rebondit d’un drame à l’autre sans jamais ralentir le tempo. Les Proies témoigne d’ailleurs d’une efficacité toute américaine, qui se retrouve dans un grand nombre des productions ibériques récentes. Le cinéaste cite l’influence, évidente, des jeux vidéo, qui ont pour nécessité, justement, de conserver un rythme et d’attribuer des paliers de "révélations" au joueur pour atteindre leur but. Dans une certaine mesure, et sans trop vouloir en révéler, le médium est partie prenante de la morale des Proies, qui joue sur son côté ludique de chasse à l’homme en milieu hostile, pour retourner la position du spectateur comme une crêpe à mi-parcours, sans pour autant lui enfoncer à coups de marteau son message dans le crâne. Ainsi, plusieurs questions resteront sans réponse sitôt le rideau refermé sur ce cauchemar rupestre, à dessein : en plus de pointer du doigt les travers modernes (mais tellement primitifs en même temps) d’une techno-société, où l’humanite cohabite finalement sans se comprendre et se connaître, Les Proies prend le risque de ne pas totalement justifier ses parti-pris, qui ont d’ores et déjà laissé dubitatifs certains spectateurs.

Et pourtant… Cette manière subtile, de traiter avec un premier degré révélateur (les scènes en vue subjective qui singent les FPS sont un aveu en soi de cette volonté) un récit qui accumule les plaisirs basiques du film de genre (effroi, mystère, ambiguïté morale, violence frontale) donne, comme L’orphelinat, toute sa puissance à ce Rey de la montana inattendu, certes modeste dans ses ambitions, mais remarquable dans son exécution.

Titre original : El rey de la montana

Réalisateur :

Acteurs : , ,

Année :

Genre :

Durée : 90 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Les chemins de la haute ville

Les chemins de la haute ville

Styliste jusque dans le détail flamboyant de l’adaptation, Jack Clayton circonscrit les fourvoiements d’un rastignac provincial dérouté sur « les chemins de la haute ville ». Soixante ans après sa sortie fracassante, le film marque encore les esprits par le prurit des désirs inassouvis qu’il déclenche en nous. Un soap opéra férocement jouissif en version restaurée 4K.

Camille

Camille

Voir ce film est comme ouvrir le journal : reportage en une dizaine de pages du conflit en Centrafrique avec photos exclusives de Camille Lepage.

Joker

Joker

Amas d’abîme sur lequel tente de danser un corps ravagé, « Joker » repose tout entier sur la composition démentielle de son acteur.

Gemini man

Gemini man

De retour sur les écrans, Will Smith s’impose un rôle dans la continuité logique de sa carrière dans le nouveau projet de Ang Lee, réalisateur et producteur taïwanais notamment reconnu pour sa capacité d’adaptation au fond et à la forme.