Select Page

Les Aventures du Prince Ahmed

Article écrit par

Réalisé entre 1923 et 1926, « Les aventures du prince Ahmed », considéré comme le premier film d´animation, ou plutôt – et plus précisément – le premier film << de silhouettes >>, est une merveilleuse curiosité.


Il était une fois…
Dans la ville du calife…
Un jeune prince, Ahmed…
Qui s’envole sur un cheval volant…
Et atterrit au pays lointain de Wak-Wak.
Là, il tombe amoureux de la belle Pari Banu.
Mais il doit affronter son plus terrible ennemi : le Mage Africain…

Le cadre est posé. Découpé en 5 actes, ce conte fabuleux, inspiré des Mille et une Nuits, nous emmène à la rencontre de princes, de princesses, de mages, de sorciers et autres personnages merveilleux. On y croise Aladin, qui nous renvoie encore à d’autres souvenirs…

Dans ce récit, les personnages ont besoin les uns des autres pour parvenir à leurs fins, le prince Ahmed n’étant pas ce héros moderne qui, seul, réduit les monstres à néant. Amour, combats, sortilèges… Que d’ingrédients « magiques » !

C’est une extrême simplicité – une certaine fraicheur, voire naïveté – qui se dégage de ce film, et ce malgré la complexité des découpages donnant vie aux personnages et aux décors. Le travail est colossal, on s’en rend compte : on ne peut qu’observer – admirer ! – la précision des découpages et des mouvements donnés aux différents protagonistes. Si cette technique d’ombres découpées trouve ses limites dans le nombre d’effets – forcément – limité, la courte durée du film empêche l’ennui de prendre le pas sur l’émerveillement.

   

On ne voit pas les visages, les détails (hormis ceux des contours), et ce qui s’apparente alors à une « nouveauté » pour notre regard – habitué à ce que l’on nous montre tout de façon toujours plus précise – constitue ici une étrange qualité : libre cours est donné à l’imagination, à la fantaisie de chacun. Le jeu des couleurs – jaune, orange, rouge, bleu, vert – est aussi à souligner. A chaque « univers » une couleur : comme une main tendue au spectateur pour éviter qu’il ne se perde.

Le film étant entièrement muet, il ne faut pas oublier de relever l’importance de la musique qui accompagne, appuie, nourrit chacune des actions. La version narrée vient rappeler avec une certaine nostalgie ces lectures enfantines… (qui ne sont, somme toute, pas si lointaines).

Interprétation des Contes de Mille et une Nuits par une grande créatrice allemande, Les aventures du prince Ahmed sont ainsi à la fois dépaysantes et séduisantes. La poésie est présente tout au long du film, que cela passe par la narration, mais aussi par la forme que prend le conte à travers ces découpages si particuliers, si inhabituels dans le paysage cinématographique contemporain.

Il ne s’agit pas là d’un dessin-animé « pour enfant ». Comme c’est souvent le cas, il est aussi adressé à ces grands enfants que nous sommes tous – plus ou moins – restés!

Définitivement, ce film ne ressemble à aucun autre et c’est bien là ce qui fait sa force. Magique, fabuleux, tout simplement!

Lotte Reininger a aussi signé de nombreux courts-métrages empruntant aux contes les plus célèbres. 5 sont visibles en bonus sur le dvd, 13 supplémentaires avec la version 2 dvds (coffret collector avec cartes postales, poster, album de coloriage…).

Editeur : Carlotta-Films, novembre 2008. Nouveau master restauré, version originale, sous-titres français. 30€.

Titre original : Die Abenteuer des Prinzen Achmed

Réalisateur :

Acteurs :

Année :

Genre :

Durée : 65 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Kanal / Ils aimaient la vie

Kanal / Ils aimaient la vie

« Kanal » ravive le spectre de la guerre. Avec cette odyssée humaine, Andrzej Wajda filme le « romantisme de l’horreur » dans la tourmente de l’insurrection de Varsovie et les convulsions de l’Histoire de la Pologne. Dantesque en version restaurée 4K distribuée par Malavida.

Les reines de la nuit

Les reines de la nuit

Un reportage télé qui ne parvient pas à singulariser ses personnages, et où l’esthétique camp des cabarets parisiens ne contamine pas la mise en scène, trop absente.

It must be heaven

It must be heaven

Un conte burlesque explorant l’identité, la nationalité et l’appartenance, dans lequel Elia Suleiman pose une question fondamentale : où peut-on se sentir « chez soi  » ?

Made In Bangladesh

Made In Bangladesh

Made in Bangladesh est un film en lutte, qui s’attaque à de nombreux sujets politiques, sociaux et économiques, mais avant tout profondément humains, et qui ne le fait pas sans une certaine finesse ni une certaine beauté.