Select Page

Le Village de carton

Article écrit par

Michael Lonsdale et les clandestins.

Une fois de plus l’actualité récente et le cinéma se percutent. A la vision du Village de carton, ce sont les drames récurrents de Lampedusa qui reviennent immédiatement en mémoire. Le lien n’est pourtant pas direct et le film prend des chemins de traverse pour évoquer le sort des clandestins en Italie. C’est par le biais de la désacralisation d’une église que le sujet est abordé. Le film s’ouvre sur une longue scène montrant le retrait des symboles religieux de l’édifice et la colère impuissante du vieux prêtre qui y officiait. Les statues sont sorties de leurs niches et la croix décrochée, Ermanno Olmi faisant le parallèle entre la descente de l’objet et celle du Christ après la crucifixion. Lors d’une nuit de tempête, le bâtiment vide se voit envahi par des immigrés dont l’embarcation vient d’échouer à proximité. Le vieux prêtre leur vient alors en aide.

Si le prétexte de base est réaliste, le traitement est tout sauf documentaire. Avec son dix-neuvième long métrage, Ermanno Olmi (pas le plus populaire des réalisateurs italiens, mais tout de même palme d’or en 1978 pour L’Arbre aux sabots) tend au symbole. La situation semble générique, mais pourrait se situer sur d’autres rives que celles de l’Italie. Les différents personnages valent moins en tant qu’individus que comme archétypes. Chacun des réfugiés incarne alors une position humaine en situation de crise, de la main aidante à l’apprentie terroriste. Le vieux prêtre est lui la personnification du christianisme originel. Redoublant son rôle tenu dans Des hommes et des dieux (Xavier Beauvois, 2010), Michael Lonsdale peaufine une nouvelle fois ce personnage d’homme en bout de course, détruit par un dernier coup. L’arrivée dans son église des clandestins va lui offrir un dernier combat et retrouver l’utilité de son rôle.

 

C’est toute la force du film que d’inverser les positions. C’est – et presque ironiquement – quand elle est déchue de sa fonction que l’église retrouve sa destinée première d’accueil des plus humbles. Le lieu se transforme alors en camp fait de cabanes de carton. De même, en exerçant ses fonctions, le vieux prêtre se retrouve hors-la-loi, à l’image des premiers chrétiens officiant dans la clandestinité. Une loi qui n’est pas épargnée par le film. Les scènes se déroulant essentiellement de nuit, les réfugiés baignent dans un climat d’angoisse, l’église s’illuminant brièvement des lueurs bleues des sirènes de police à travers les vitraux. La descente de police a d’ailleurs tout d’une rafle. Le Village de carton compte un peu trop sur sa dimension symbolique alors qu’il n’exploite celle-ci que de manière succincte. Il manque un peu de substance alors qu’il tient souvent des idées d’une grande finesse. A trop mettre à distance l’individu pour offrir une allégorie plus universelle, il manque d’une véritable ampleur pour être réellement touchant.
 

Titre original : Il villaggio di cartone

Réalisateur :

Acteurs : , ,

Année :

Genre :

Durée : 87 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Le mari de la femme à barbe

Le mari de la femme à barbe

Le mauvais goût affiché est le révélateur des noirceurs humaines semble nous dire en substance Marco Ferreri dans ce pamphlet sulfureux où il impose une vision d’intense émotion dans la soumission excessive de Maria, la femme à barbe, devenue un phénomène de foire par la cupidité de son dresseur de mari. Un film-évènement en version restaurée 4K.