Last Night

Article écrit par

L´adultère chez les bobos New-Yorkais, avec Guillaume Canet en guest. Aussi vain et rebattu qu´on le craignait.

Voyons : prenons un sujet de cinéma très balisé, une ville mythique aux intérieurs luxurieux, un scénario troussé pour tout résoudre en une seule nuit et quatre beaux comédiens, puis faisons un film. Last Night donc, première réalisation de la scénariste Massy Tadjedin, est un drame « domestique », où la solidité d’un couple (Keira Knightley et Sam Worthington) est mise à l’épreuve par deux dangereuses créatures. Du côté de la femme, c’est l’ancien amant frenchie (Guillaume Canet, très bien) qui réapparait au détour d’une rue, et de l’autre la jolie collègue (Eva Mendes) du mari qui contribue à transformer un voyage d’affaire à Philadelphie en traquenard.

La longue séquence introductive, plutôt prometteuse, d’une soirée professionnelle, pose les éléments majeurs de l’intrigue. Les dialogues sont de prime abords plutôt fins, et la découverte de la tentatrice par l’épouse est amusante. Le mari sait qu’il est désormais surveillé, la femme sait qu’il en désire une autre, et la tentatrice sait ce qu’elle veut. Soit.

Hélas, dès que le couple est séparé (voyage d’affaires du mari donc), le montage parallèle divise littéralement les récits, et nous assistons à la création de deux mini-films, censés se répondre l’un et l’autre, par la grâce d’un argument aussi plat que finalement bien réac : coucheront ou coucheront t’ils pas ? Qui trompera l’autre le premier ? C’est franchement bien dommage que l’intrigue soit tenue par un fil scénaristique si bas du front. Ainsi, les comédiens, armés de répliques en carton pâte, engagés dans  l’échange de longs regards langoureux, tâchent de combler l’heure nécessaire entre l’introduction et le climax d’1H15.

C’est rageant évidemment, et on s’ennuie ferme, surtout quand on pense à un film comme Everyone Else, qui à récemment prouvé qu’il était encore possible d’aborder la question du couple, et même de l’amour, de manière incisive et habitée, et qui lui, n’a pas eu le privilège d’être distribué avec autant de ferveur ! Mais le plus irritant en définitive, c’est que Last Night appartient à cette catégorie de films dramatiques, pudiques (soi-disant), et bobo-chic, aussi peu dérangeants que vite oublié, mais qui abondent sur les écrans. Si on n’y prend pas garde, ce genre de produit, à l’écrin aussi alléchant que son contenu est vide, nous ferait presque oublier qu’il n’y a là-dedans pas la moindre promesse de cinéma.
 

Titre original : Last Night

Réalisateur :

Acteurs : , , ,

Année :

Genre :

Durée : 92 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

La Passagère

La Passagère

Plongée traumatisante dans l’électrochoc concentrationnaire, « La Passagère » est une oeuvre lacunaire unique en son genre tant elle interroge l’horreur de l’Holocauste par la crudité aseptisante de ses descriptions aussi bien que par les zones d’ombre qui la traversent. Retour sur ce chef d’oeuvre en puissance qui ressort en salles en version restaurée 4K.

Le Salon de musique

Le Salon de musique

Film emblématique et sans doute le chef d’oeuvre de Satyajit Ray même si le superlatif a été usé jusqu’à la corde, « Le salon de musique » ressort dans un noir et blanc somptueux. S’opère dans notre regard de cinéphile une osmose entre la musique et les images qui procèdent d’une même exaltation hypnotique…

WESTFIELD STORIES SAISON 2

WESTFIELD STORIES SAISON 2

Interview de Nathalie PAJOT, Directrice Marketing France d’Unibail-Rodamco-Westfiel. Elle nous présente la deuxième édition du Festival de courts-métrages Westfield Stories auquel est associé Kourtrajmé, le collectif de jeunes cinéastes crée par Ladj Ly.

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Le cinéma de Mani Kaul dépeint subtilement la manière dont la société indienne traite ses femmes. On peut qualifier ses films d’art et essai tant ils se démarquent de la production commerciale et sont novateurs par leur forme originale. Avec une âpreté et une acuité douloureuses, le réalisateur hindi décline le thème récurrent de la femme indienne délaissée qui subit le joug du patriarcat avec un stoïcisme défiant les lois de la nature humaine. Un mini-cycle à découvrir de toute urgence en salles en versions restaurées 4K.