La Flèche brisée

Article écrit par

Le premier western pro-Indien.

La Flèche brisée représente une date dans l’histoire du western en étant un des premiers si ce n’est le premier film du genre à être pro-Indien. Ce traitement tient grandement aux velléités humanistes de Daves, qui les prolonge dans ce qui sera son premier western où il s’astreint du manichéisme de rigueur concernant jusque-là les Indiens. Pour ce faire, il adapte le roman Blood Brother d’Elliott Arnold, paru en 1947, le scénario étant signé par son scénariste Albert Maltz – sous le pseudo Michael Blankfort puisqu’il fut l’un des Dix d’Hollywood alors sous le coup de la « Liste noire ». James Stewart, l’une des plus belles incarnations de cette idée humaniste à l’écran, tiendra le rôle principal, et avec le Winchester 73 d’Anthony Mann sorti cette même année, changera son image de cinéma plutôt associée à la comédie ou au mélodrame pour représenter à son tour une certaine idée de l’« American hero ».

Tout cela s’illustre à l’écran à travers le personnage de Tom Jeffords (James Stewart). La force de La Flèche brisée, c’est de ne jamais privilégier un point de vue pour constamment placer Indiens et Blancs sur un constant pied d’égalité, dans leur bonne volonté comme leur travers. Le film cède ainsi parfois à un didactisme qui pourra par moments paraître appuyé et aussi à certaines conventions (Jeff Chandler soi un pur américain grimé pour jouer le chef indien Cochise, la convention poétique habilement introduite faisant que tous les Indiens parlent anglais) mais l’on ressent constamment une volonté de compréhension et de pédagogie maximale dans l’approche de Delmer Daves. Tout cela s’illustre à l’écran à travers le personnage de Tom Jeffords (James Stewart). Le film est une alternance constante d’apaisement à l’imagerie élégiaque avec une vraie furie, preuve de cette paix possible mais fragile. La découverte des us et coutumes indiens par Jeffords, sa romance avec la belle Soonseearhay (Debra Paget), tout cela pourrait contribuer à une approche anthropologique et contemplative à laquelle Daves refuse toujours de céder complètement. Chaque avancée positive est mise en parallèle avec un éclair de violence montrant les tensions encore vivace : les Apaches laissent circuler le courrier tout en massacrant une garnison militaire, l’amour de Jeffords et Soonseearhay s’épanouit dans une scène somptueuse au bord d’un lac avant un final tragique. Cette instabilité est d’ailleurs annoncée dès le départ, la clémence envers Jeffords n’empêchant pas les Indiens de tuer sous ces yeux des Blancs de passages et coupables de tueries antérieures. Ce cercle vicieux de la violence ne peut être stoppé que par des hommes de bonne volonté et on saluera là l’interprétation de Jeff Chandler représentant réellement la droiture et la sagesse incarnée en chef Cochise.

Les écarts des renégats des deux camps ne sauront l’écarter de cette voie et le film évite de céder à une forme d’abstraction idéalisée en mettant toujours ses choix en situation (le mariage, la tentative d’assassinat de Jeffords), le plus poignant intervenant à la fin avec un James Stewart passant de l’humaniste à tout simplement l’homme ivre de vengeance balayant tous ses préceptes. Stewart représente dans cette curiosité de l’autre, la romance puis la détresse finale un repère tangible pour le spectateur qui vit les évènements par un prisme plus intime et moins solennel. Delmer Daves offre une mise en scène à hauteur d’hommes dans les instants de rapprochement, sobre pour sceller l’amitié fraternelle entre Cochise et Jeffords ou romantique (et annonçant ses mélodrames) pour le couple mixte avec ce moment sublimement cadré où les amoureux s’alanguissent près d’un lac avec les montagnes en arrière-plan. Le chaos et la confusion ont cours lors des moments guerriers que le réalisateur n’interrompt que par l’intervention d’un guide et symbole de la paix que ce soit Cochise à plusieurs reprises (voir même lors de simple tension psychologique comme la rébellion de Geronimo) ou le général « Chrétien » (Basil Ruysdael) empêchant le lynchage de Jeffords. Un message magnifique et idéalement traité qui aura une longue descendance parmi nombre de westerns à suivre lors des décennies suivantes.

Titre original : Broken Arrow

Réalisateur :

Acteurs : , , , , ,

Année :

Genre :

Pays :

Durée : 93 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Journal intime

Journal intime

Adapté librement du roman de Vasco Pratolini, « Cronaca familiare » (chronique familiale), « Journal intime » est considéré à juste titre par la critique comme le chef d’œuvre superlatif de Zurlini. Par une purge émotionnelle, le cinéaste par excellence du sentiment rentré décante une relation fraternelle et en crève l’abcès mortifère.

Été violent

Été violent

« Eté violent » est le fruit d’une maturité filmique. Affublé d’une réputation de cinéaste difficilement malléable, Zurlini traverse des périodes tempétueuses où son travail n’est pas reconnu à sa juste valeur. Cet été
violent est le produit d’un hiatus de trois ans. Le film traite d’une année-charnière qui voit la chute du fascisme tandis que les bouleversements socio-politiques qui s’ensuivent dans la péninsule transalpine condensent une imagerie qui fait sa richesse.

Le Désert des tartares

Le Désert des tartares

Antithèse du drame épique dans son refus du spectaculaire, « Le désert des Tartares » apparaît comme une œuvre à combustion lente, chant du cygne de Valerio Zurlini dans son adaptation du roman éponyme de Dino Buzzati. Mélodrame de l’étiquette militaire, le film offre un écrin visuel grandiose à la lancinante déshumanisation qui s’y joue ; donnant corps à l’abstraction surréaliste de Buzzati.

Les Jeunes filles de San Frediano

Les Jeunes filles de San Frediano

Ce tout premier opus de Valerio Zurlini apparaît comme une bluette sentimentale. Clairement apparentée au “néo-réalisme rose”, la pochade, adaptant librement un roman de Vasco Tropolini, brosse le portrait d’un coureur de jupons invétéré, Andréa Sernesi, alias Bob (Antonio Cifariello).