Select Page

La Délicatesse

Article écrit par

Les frères Foenkinos se retrouvent derrière la caméra pour un premier long-métrage. Adaptation du roman qui porte le même nom, La Délicatesse parle d’amour, de souvenirs et de nostalgie. Avec quelques failles.

David Foenkinos a écrit La Délicatesse en 2009. A l’époque, l’écrivain n’avait aucune intention d’en faire un film, et pourtant, poussé par son frère Stéphane – scénariste et directeur de casting – il décide d’adapter l’histoire pour le grand écran. Encouragés par Jacques Doillon, les deux frères ont réalisé ensemble un court métrage, excellent par son inventivité et son originalité, Une histoire de pieds. L’un est solitaire, écrivain, droit, l’autre est extraverti, drôle, généreux, et par leur complémentarité, leurs différences, ils signent un premier long-métrage touchant mais avec des limites.


 
Dans le rôle principal, Audrey Tautou joue un rôle de veuve, très jolie et sèche, caractérielle. A la mort de son mari – joué par le très beau Pio Marmai – Nathalie s’arrête de vivre et d’aimer. Jusqu’au jour où elle tombe sur un des ses collègues suédois, Markus, laid mais gentillet. L’histoire est, à la lecture, d’une tendresse et d’une émotion incroyables. On s’emporte dans la vie d’un couple atypique, on observe les remords d’une femme et de sa douleur. Or, l’adaptation du livre pour le film manque terriblement de mouvements. Les frères Foenkinos utilisent tous les outils à leur disposition : intérêt du détail, réalisation poétique, musique parfaitement adaptée à l’histoire romantique racontée – c’est d’ailleurs une création pour le film d’Émilie Simon. Malgré ces efforts, on sent chez les réalisateurs une hésitation. Peut-être est-ce dû à leur chemin vers le cinéma, pourquoi deux artistes vont-ils derrière la caméra?
 
Ils s’en expliquent : leur complicité, leur envie de travailler avec des gens qu’ils aiment, le choix aussi de se lancer dans d’autres domaines. Leur regard sur les choses, les gens, la poésie, l’humour, le quotidien est le fruit de leur expérience en littérature, photographie, cinéma. D’où quelques faiblesses, un côté romancé des dialogues, des longueurs, peu de suspens. François Damiens, connu pour ses sketchs et son humour, joue dans La Délicatesse un personnage sensible, doux, amoureux. On le découvre sous une autre facette, assez surprenante.


 
Alors le film est un début, les frères ne sont pas sûrs de travailler à nouveau ensemble sur un futur projet mais il faut prendre dans ce long-métrage des passages palpitants. Un baiser entre François Damiens et Audrey Tautou inattendu, un côté vintage réussi, une manière de filmer sensible et différente des autres comédies dramatiques à la française.

Titre original : La Délicatesse

Réalisateur :

Acteurs : , , , ,

Année :

Genre :

Durée : 108 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Kanal / Ils aimaient la vie

Kanal / Ils aimaient la vie

« Kanal » ravive le spectre de la guerre. Avec cette odyssée humaine, Andrzej Wajda filme le « romantisme de l’horreur » dans la tourmente de l’insurrection de Varsovie et les convulsions de l’Histoire de la Pologne. Dantesque en version restaurée 4K distribuée par Malavida.

Les reines de la nuit

Les reines de la nuit

Un reportage télé qui ne parvient pas à singulariser ses personnages, et où l’esthétique camp des cabarets parisiens ne contamine pas la mise en scène, trop absente.

It must be heaven

It must be heaven

Un conte burlesque explorant l’identité, la nationalité et l’appartenance, dans lequel Elia Suleiman pose une question fondamentale : où peut-on se sentir « chez soi  » ?

Made In Bangladesh

Made In Bangladesh

Made in Bangladesh est un film en lutte, qui s’attaque à de nombreux sujets politiques, sociaux et économiques, mais avant tout profondément humains, et qui ne le fait pas sans une certaine finesse ni une certaine beauté.