Select Page

La cravate

Article écrit par

Pendant les dernières élections présidentielles, les réalisateurs ont suivi un militant du FN.

Entre récit et documentaire

Réalisateurs d’un certain nombre de documentaires, notamment La Sociologue et l’ourson qui avait marqué les esprits, Mathias Théry et Etienne Chaillou se sont servis pour ce dernier film de leurs tournages à l’Assemblée Nationale dans laquelle ils ont rencontré maints jeunes gens costumés qui parlaient déjà comme des vieux routiers de la politique. L’idée de les suivre est venue de là et, comme la montée des partis nationalistes les préoccupe beaucoup, ils se sont mis en relation avec la hiérarchie du FN qui leur a donné des noms de jeunes militants. Ils ont rencontré Bastien qui leur a paru apte à avoir des aptitudes à grimper les échelons du parti. « Bastien, déclarent les réalisateurs dans le dossier de presse du film, nous l’avons trouvé d’aspect un peu caricatural, en blouson de cuir et cheveux ras, et complètement fasciné par Marine Le Pen, dont il avait même un portrait affiché au-dessus de son lit. » D’abord prévu pour la télévision, la rencontre avec Bastien fut d’abord enregistrée et les réalisateurs en tirèrent un texte parce qu’ils ont senti tout de suite que le militant accepterait de se confier. C’est ce texte qu’il commente en fait dans le film, et cela donne une ambiance de work in progress qui est fort intéressante.

L’enfance d’un chef

Cette forme romancée donne au film un sens supplémentaire qui mélange à la fois le direct des commentaires de Bastien et ses diverses actions au sein du parti, la voix-off du commentaire lu par Etienne Chaillou et le texte écrit qui apparaît souvent à l’image, griffonné, corrigé comme un roman du style L’enfance d’un chef en train de s’écrire.

Pourtant on dirait que ce travail ne parvient pas à ses fins. On ne sait pas trop quelle est l’intentionnalité des réalisateurs car il s’avère, peu à peu, que Bastien est assez sympathique, même s’il pratique un genre de coming out en avouant qu’il a eu un passé de militant violent, et puis qu’il s’est acheté une conduite plus soft pour coller à la nouvelle image de son parti. Il faut dire que son engagement corps et bien pour le parti de Marine Le Pen l’a coupé de sa famille à qui il n’a jamais rien voulu avouer, et de sa petite amie qui trouve qu’elle le néglige. Il est vrai que Bastien va peu à peu prendre du galon, devenir l’ami d’un futur jeune député, un peu à la manière de l’ineffable Benalla dans le camp adverse. Puisque le film a été tourné pendant la campagne présidentielle de 2017, il ira même jusqu’à côtoyer le bras droit de Marine Le Pen,, Florian Philippot, pour lequel il quittera ses t-shirts pour un costard cravate, d’où le titre du film.

 

Porter la cravate comme signe de pouvoir

Ce qui est très révélateur des moeurs de la politique, c’est de remarquer combien les gens peuvent être naïfs et dupes en n’imaginant même pas une seule seconde que leur parti, qui se prétend proche du peuple et honnête, n’est finalement qu’une lourde machine à promouvoir certains et à en écraser d’autres. Ce sera bien sûr le lot de Bastien, trop prolo pour devenir député, les cadres lui préférant le jeune homme propre sur lui et de bonne famille, comme quoi le peuple a très peu d’importance pour cette machine de guerre, et il en va de même pour tous les partis. Un film intelligent et fin, mais qui a de quoi vous dégoûter, pas seulement du RN, mais de la politique spectacle en général avec ses meetings à l’américaine, ses chauffeurs de salle, ses promesses en l’air et toute la mise en scène de l’apparition de l’idole qui ressemble hélas à un show télé de bas étage. A la fin du film, la voix off se croit obligée de prendre ses distances avec le populisme, sans doute par peur d’avoir trop dédiabolisé le FN et rendu le militant de base, Bastien, trop sympathique en fait.

Réalisateur : ,

Année :

Genre :

Pays :

Durée : 97 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Outrage

Outrage

Les six films d’auteur réalisés par Ida Lupino entre 1949 et 1966 traduisent l’état de « victimisation » dans lequel est maintenue
la femme américaine face aux défis de la reconstruction sociale de l’après-guerre. « Outrage » formalise, à travers l’esthétique du film noir, le trauma existentiel d’une jeune fille sauvagement violée. Poignant en version restaurée.