Select Page

Hommage à Nicolas Roeg

Article écrit par

Nicolas Roeg (1928-2018) : une des personnalités les plus originales du cinéma anglais s’en est allée.

En 2011, la célèbre revue culturelle anglaise Time Out avait publié un classement des cent meilleurs films anglais de l’Histoire. Dans le lot, on trouvait pas moins de cinq films de Nicolas Roeg, dont deux dans les dix premiers et en tête du classement, le fameux Don’t Look Now (Ne vous retournez pas, 1973).

Célébré en son temps, Nicolas Roeg fait figure de cinéaste culte un peu obscur en France et s’il conserve un certain prestige en Angleterre, les portes des grosses productions lui sont (à la manière du tout aussi singulier et récemment disparu Ken Russell) fermées. Son cinéma étrange et audacieux qui pouvait rencontrer le grand public dans les années 1970 est désormais incompatible avec le formatage ambiant.

Au travers de son œuvre, Nicolas Roeg offrit un croisement unique entre avant-gardisme expérimental, retour à la simplicité du cinéma « pur » des pionniers et universalité. Cela s’exprimait par un art du montage non conventionnel, fonctionnant sur l’aspect sensoriel ou symbolique, et par un jeu reposant sur l’association d’idées. Dans une période propice à un ton anticonformiste, son cinéma rencontra ainsi étonnamment le grand public avec des films aussi divers et déroutants que Performance (1970), Walkabout (1971) ou L’Homme qui venait d’ailleurs (1976).

Par la suite, il trouvera moins sa place et deviendra une énigme pour les producteurs et studios avec des titres aussi singuliers que Eureka (1984) ou Bad Timing (1980). Les années 90 et 2000 voient les réalisations s’espacer et sortir dans un anonymat paradoxal au prestige que les ressorties salles et dvd redonneront à ses classiques. Avant David Lynch, Nicolas Roeg fut tout simplement la plus belle illustration de l’alliance entre cinéma populaire et expérimental.

Réalisateur :


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Le Magicien d’Oz

Le Magicien d’Oz

Sorti au début de la seconde guerre mondiale, « Le Magicien d’Oz » demeure encore aujourd’hui l’une des incarnations de la fabrique à rêves américaine de cette époque.

Providence

Providence

Avec “Providence”, Alain Resnais convoque un onirisme hallucinatoire, celui d’un vieil écrivain épicurien taraudé par la maladie dans une comédie grinçante sur fond de dystopie.

Rêves

Rêves

« Rêves » est un condensé d’aberrations et de chimères que se forge Akira Kurosawa au tournant crépusculaire de sa carrière. Ces projections visuelles, tour à tour agitées et apaisées, viennent assaillir sa mémoire résiliente.