Select Page

Gérard et Marilyn, deux icônes du cinéma

Article écrit par

Traitement conjoint de l’actualité de deux icônes du cinéma : Gérard Depardieu et Marilyn Monroe, avec la sortie du DVD de « Robuste » et du livre « Le ravissement de Marylin Monroe »

Pour bien finir l’été, on peut faire l’acquisition de deux magnifiques objets. Le premier est un DVD qui sort le 24 août 2022, celui du film de Constance Meyer avec un Gérard Depardieu mélancolique à souhait et une belle découverte, Déborah Lukumuena, qui illumine le film par sa gentillesse et son talent. Vous avez deviné, c’est Robuste présenté en 2021 au festival de Cannes en ouverture de la Semaine de la Critique. DVD, BRD & VOD sont proposés par Diaphana édition Vidéo et sont accompagnés de bonus : Rhapsody, le court-métrage de Constance Meyer avec Gérard Depardieu (2016, 16 min) et la bande annonce de Robuste. Si vous ne l’avez pas encore vu, c’est le moment et c’est même le moment de le revoir aussi. Pour la genèse du film, il faut laisser la parole à la réalisatrice et c’est sans doute pour cette raison que ce beau film est accompagné d’un court-métrage : « Comme mes courts métrages, Robuste explore la rencontre de deux personnages, de deux univers, de deux solitudes. Quant à l’idée du film, elle prend sa source dans une image. J’avais en tête l’image d’un homme robuste évanoui dans les bras d’une femme qui le porte, le sauve. Comme une scène galante inversée. » Cette image, on la retrouve dans tout le film dans la mesure où Constance Meyer nous montre un monstre sacré au pied d’argile parce que son garde du corps est absent pour de longues semaines et qu’on l’a confié à une jeune femme qui l’intimide et l’inquiète. Jusqu’à ce que ces deux êtres solitaires se rencontrent et s’apprécient à leur façon, timide et réservée. Robuste est un film d’apprentissage en quelque sorte, un film de tendresse et continue à nous révéler la facette tendre et la part féminine d’un Gérard Depardieu encore plus émouvant que jamais.

 

La deuxième surprise est la parution d’un livre sur Marilyn Monroe. Oui, ils sont pléthore, mais celui-ci est particulier. Déjà son titre attire l’œil avec sa référence subliminale à Marguerite Duras, autre femme fatale. Ensuite, parce qu’en août, cela fera 60 ans que Marilyn Monroe nous a quittés pour ne plus nous quitter et devenir l’icône absolue. Et enfin parce que ce beau livre, comme disent les libraires, est coécrit par une plasticienne, Anne Gorouben, et un écrivain, Olivier Steiner. Le Ravissement de Marilyn Monroe est en effet le fruit de la rencontre de la peintre et plasticienne Anne Gorouben et de l’écrivain Olivier Steiner. Olivier Steiner gravite aux abords du trou noir de la mort de Marilyn, cherchant et creusant les heures et les jours autour de la date fatidique du 5 août 1962. Anne Gorouben décèle la présence de Marilyn, ses ombres, sa lumière, ses contours. Marylin est morte à 36 ans et Anne Gorouben nous offre trente-six portraits de la star tandis qu’Olivier Steiner sonde le mystère de sa mort. Ce mystère ne cesse de hanter les cinéphiles et les fans et restera à jamais comme une ombre dans les nombreuses représentations de la femme sans doute la plus célèbre du monde. « J’ai cherché à voir ce que Norma Jeane allait puiser au fond d’elle-même pour se transformer en Marilyn », écrit Anne Gorouben. Un très beau livre pour passer un été en compagnie de la beauté.

 

Robuste. Diaphana édition Vidéo. 19,99 euros.

Anne Gorouben & Olivier Steiner. Le ravissement de Marylin Monroe. Métropolis, Genève. 160 pages. 35 CHF.

 

Année :


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Cycle rétrospectif Detlef Sierck (alias Douglas Sirk) période allemande

Cycle rétrospectif Detlef Sierck (alias Douglas Sirk) période allemande

Au cœur des mélodrames de la période allemande de Douglas Sirk, ses protagonistes sont révélés par les artefacts d’une mise en scène où l’extravagance du kitsch le dispute avec le naturalisme du décor. Mais toujours pour porter la passion des sentiments exacerbés à son point culminant. Ces prémices flamboyants renvoient sans ambiguïté à sa période hollywoodienne qui est la consécration d’une œuvre filmique inégalée. Coup de projecteur sur le premier et dernier opus de cette période allemande.

La mort d’un bureaucrate

La mort d’un bureaucrate

« La mort d’un bureaucrate » est une tragi-comédie menée “à tombeau ouvert” et surtout une farce à l’ironie macabre déjantée qui combine un sens inné de l’absurde institutionnel avec une critique radicale du régime post-révolutionnaire cubain dans un éloge
bunuelien de la folie. Férocement subversif en version restaurée…