Select Page

Festival de Deauville, 38e !

Article écrit par

Cette année encore et à partir du 31 août, Deauville ouvre ses planches aux festivaliers venus découvrir les premiers films de réalisateurs américains. Le Festival, créé en 1975, a toujours rencontré un vif succès : pour sa 38e édition, petite sélection des films en compétition.

Robot and Frank, de Jake Schreier. L’histoire d’un retraité cleptomane qui se voit offrir, par son fils, un robot comme aide à la personne. Drôle, touchant, le film séduit autant qu’il surprend. Une sorte de conte moderne dans un futur proche, une tonalité enfantine et quelques séquences originales. Et pour incarner ce papy rebelle, Frank Langella (Dracula (1979), Frost / Nixon, l’heure de vérité (2008) ou Sans identité (2011), pour ne citer que ces trois-là). Sortie en salles le 19 septembre.

Wrong, de Quentin Dupieux. Mister Oizo n’a pas fini de nous étonner au cinéma, il débarque à Deauville après deux succès, Steak (2006) et Rubber (2010). Cette fois-ci, on ne suit pas un pneu mais Paul, un maître à la recherche spirituelle de son… chien. C’est divinement bien filmé, drôle et poétique. Sortie en salles le 5 septembre.

The We and the I, de Michel Gondry. Le réalisateur vient de finir le tournage de L’Écume des jours, de Boris Vian, mais c’est un autre film qu’il vient défendre en compétition à Deauville. Le pitch : des jeunes du Bronx, un bus, un trajet. Seuls, en groupe, les ados se révèlent autrement et l’on découvre une autre facette de leur personnalité… Sortie en salles le 12 septembre.

For Ellen, de So Yong Kim. Magnifique Paul Dano dans le rôle d’un père fragile, prêt à tout pour ne pas perdre la garde de sa fille Ellen, 6 ans, lors de son divorce. L’acteur est aussi à l’affiche, à Deauville, de Elle s’appelle Ruby, comédie romantique et originale des réalisateurs de Little Miss Sunshine (2012). Il recevra d’ailleurs le prix « Le nouvel Hollywood ». Sortie en salles le 19 septembre.

Compliance, de Craig Zobel. Très beau scénario pour ce film de Craig Zobel : une employée de fast-food se retrouve, le temps d’une journée, accusée d’avoir volé le sac d’une cliente. Sortie en salles le 26 septembre.

Au programme de ce festival, deux hommages immanquables, le premier à Harvey Keitel et le second à William Friedkin. L’occasion de voir ou revoir L’Exorciste (1973) sur grand écran.


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Outrage

Outrage

Les six films d’auteur réalisés par Ida Lupino entre 1949 et 1966 traduisent l’état de « victimisation » dans lequel est maintenue
la femme américaine face aux défis de la reconstruction sociale de l’après-guerre. « Outrage » formalise, à travers l’esthétique du film noir, le trauma existentiel d’une jeune fille sauvagement violée. Poignant en version restaurée.