Eggshelter

Article écrit par

Un court-métrage à voir

Une fois n’est pas coutume. Aujourd’hui, quelques mots sur un court-métrage pour en dire du bien. Un court-métrage demande presque autant de travail qu’un long. C’est un gros investissement financier, intellectuel et artistique et ce sont des films qu’on ne voit presque jamais, sauf dans certains cinémas parfois, dans des festivals lointains, ou à la télé.

Eggshelter est donc un court-métrage de 12 minutes de Raphaël Bluzet qui présente l’originalité d’être réalisé en film d’animation et en film argentique. Il raconte l’histoire d’un enfant avec son grand-père et, quelque dix ans plus tard, à sa majorité lorsqu’il retrouve la clé qu’il lui avait confiée. Avec peu de mots, une caméra sensible et peu d’effets spéciaux, le réalisateur dont c’est le quatrième court-métrage (il a réalisé notamment en 2017 We need to talk about cosmos), parvient à créer un univers. Et c’est assez étonnant surtout en si peu de temps. Ce court-métrage est prometteur, c’est pourquoi il est nécessaire de le proposer ici pour réaliser le voeu de tout créateur, à savoir montrer son oeuvre, la proposer au public.

« J’étais à Cannes dans le cadre de mon précédent court-métrage, We Need to talk about cosmos, confie-t-il au dossier de presse du film. J’y ai vu pleins de films qui m’ont inspiré. J’ai commencé à imaginer l’introduction et le concept du film. Je me suis mis à écrire rapidement quelques lignes sur un carnet. Ensuite, j’ai laissé mûrir les choses. En parallèle et ce depuis 10 ans, j’ai pour habitude d’écrire mes rêves. Cela me permet souvent de compléter mes idées. J’ai aussi digitalisé les VHS que mon grand-père m’a données avant de nous quitter. Il a filmé mes huit premières années. J’ai pu ainsi me rappeler tous ces moments oubliés et méditer sur mon enfance. Je souhaitais faire un film qui revient sur l’enfance et sur la transmission entre un grand-père et son fils, qui est la thématique forte du court-métrage. »

Au fait, « eggshelter » cela veut dire coquille d’oeuf, et c’est un peu ce qu’on ressent à la vue de l’histoire de ce jeune homme qui quitte l’enfance et sort de sa coquille pour découvrir le monde et ses mystères. Le mieux, en fait, c’est de le voir !

 

Le lien : https://vimeo.com/625277053

 

Réalisateur :

Année :

Genre :

Pays :

Durée : 12 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

WESTFIELD STORIES SAISON 2

WESTFIELD STORIES SAISON 2

Interview de Nathalie PAJOT, Directrice Marketing France d’Unibail-Rodamco-Westfiel. Elle nous présente la deuxième édition du Festival de courts-métrages Westfield Stories auquel est associé Kourtrajmé, le collectif de jeunes cinéastes crée par Ladj Ly.

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Le cinéma de Mani Kaul dépeint subtilement la manière dont la société indienne traite ses femmes. On peut qualifier ses films d’art et essai tant ils se démarquent de la production commerciale et sont novateurs par leur forme originale. Avec une âpreté et une acuité douloureuses, le réalisateur hindi décline le thème récurrent de la femme indienne délaissée qui subit le joug du patriarcat avec un stoïcisme défiant les lois de la nature humaine. Un mini-cycle à découvrir de toute urgence en salles en versions restaurées 4K.

Le chant des vivants

Le chant des vivants

Quitter son pays, essuyer les coups, traverser la mer… Mais si le pire était à venir ? Survivre n’est pas un tout. Cécile Allegra propose à de jeunes exilés de penser l’après, par l’art-thérapie. Le chant des vivants est une douloureuse mélodie de laquelle advient une merveille cinématographique.