Select Page

DVD Complices, à ne pas rater

Article écrit par

L´amour, de la vingtaine à la cinquantaine, se finit toujours mal. Entre des policiers bien seuls et deux adolescents passionnels mais naïfs, tous sont complices d´une grande tristesse, souvent cachée aux yeux des autres.

Un polar original et bien construit

Le premier long métrage de Frédéric Mermoud, Complices, véritable polar à la française, oscille entre sensibilité et réalisme. Deux univers se frôlent, celui tout d’abord de jeunes qui tombent amoureux et qui se laissent aller à leurs déboires, puis de l’autre côté, celui de deux policiers qui sont coéquipiers, aussi bien pour leurs enquêtes que dans leurs solitudes amoureuses.

Après la mort de Vincent, à peine dix-neuf ans, retrouvé le corps flottant, Rebecca sa petite amie fuit. Leur histoire d’amour, qui débuta par un coup de foudre dans un cybercafé, n’a cessé de rencontrer des obstacles, tous surmontés les uns après les autres. Prostitution de « Vince » grâce à Internet et un copain un peu trop envahissant, prostitution à deux pour ne jamais se quitter, mensonges, le couple qui vit son premier amour, nous transmet toute son émotion, sa fragilité, ses douleurs.

La force de ce film réside dans ses acteurs, aussi bouleversants qu’attachants. Concentré uniquement sur son travail et laissant tout espoir d’une vie privée au passé, Gilbert Melki incarne l’inspecteur Hervé Cagan, prêt à tout pour démêler les nœuds de cette histoire macabre. Accompagné d’Emmanuelle Devos, parfaite dans le rôle de Karine Mangin, sa coéquipière à la brigade, le couple de policiers vit par procuration un amour inexistant, ne laissant aucune chance à la vie de couple – même si les tentatives de rencontres sur Meetic pour Karine sont nombreuses.

Entre jeunesse et décadence

La jeune Nina Meurisse, héroïne du film, donne corps et âme à son personnage de Rebecca. Amoureuse, perdue, délaissée, elle s’abandonne à son petit ami pour mieux s’oublier elle-même, sans penser à l’avenir mais gardant toujours le sourire aux lèvres. Avec un regard empli de douceur et de force, elle donne au film une puissance et une candeur incroyables. Cyril Descours, dans le rôle de Vincent, aux allures d’ange, trouble par son rôle de prostitué auprès des hommes mariés, si mécanique et physique.

Frédéric Mermoud arrive à donner un sens aux gestes inconscients que la jeunesse invoque. Même si le scénario est réfléchi, calculé pour émouvoir tout en surprenant, Complices montre des scènes de gêne, de choc et de fragilité difficiles à recevoir, tant l’émotion est forte. Grâce à un procédé en deux temps et aux effets de couleur, les deux couples liés – les policiers et les jeunes amoureux – s’interrogent, se répondent avec une grande fluidité. Tout devient logique, avec toujours un rebondissement pour ne laisser aucun spectateur s’ennuyer.

En bonus de cette sortie DVD, deux courts métrages réalisés par Frédéric Mermoud, Rachel (2006 – 15’) et L’Escalier (2003 – 22’). On retrouve Nina Meurisse dans le rôle principal, aussi talentueuse que dans Complices. Captant les premières attirances et les émotions éphémères des amours adolescents, le réalisateur parvient à mettre en images cette entrée dans la vie adulte, par le chemin de la sexualité.

Complices disponible en DVD depuis le 2 Juin 2010, édition Pyramide.


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Bandits à Orgosolo

Bandits à Orgosolo

S’il est un chef d’œuvre à découvrir promptement, c’est bien « Bandits à Orgosolo » honoré en 1961 du prix de la meilleure première œuvre à la Mostra de Venise. Oeuvre circonstancielle, directe, poignante, tournée avec des non-acteurs dans leur propre rôle de composition de bergers mutiques. Western sarde, le film dégage cette authenticité palpable et palpitante
qui ne tombe jamais dans le mélo sentimental ou compassionnel. Distribué par Carlotta en version restaurée…