Don’t worry he won’t get far on foot

Article écrit par

Un film embrouillé et pesant, comme les nuits trop alcoolisées de son personnage principal.

Le dernier film de Gus Van Sant, biopic consacré à la vie de John Callahan – dessinateur aux cartoons piquants, alcoolique de longue date puis paralytique, cloué dans un fauteuil roulant à vie après un accident de voiture conséquemment à son addiction éthylique – présentait un contenu lourd mais, pourquoi pas, prometteur. Le geste artistique du cinéaste pouvait laisser attendre une finesse dans la caractérisation du créateur de dessins, perdue depuis quelques films maintenant…Hélas, l’œuvre ne va pas plus loin que son titre, elle se révèle même lourdement indigeste, usant du même type de ressorts dramatiques appuyés et fatiguants qui avaient fait le naufrage cinématographique de son précédent long métrage, Nos Souvenirs (2015). A sa vision, on se dit qu’il est plus que temps que le réalisateur américain recrée, dans les années à venir, une production qui retrouverait la puissance esthétique qu’il avait su développer dans ses films allant de Gerry (2002) à Paranoid Park (2007).

Séance de psy embuée

L’existence accablante de Callahan (une vie rongée par l’alcoolisme que le film explique de manière balourde par l’abandon de sa mère lorsqu’il était enfant) vient se dire dans des réunions pour alcooliques anonymes où chacun vient déposer un peu de son poids de vie de galérien en parlant et en échangeant. Il y a l’héritier perdu atteint du sida (Jonah Hill), la fille atteinte d’un cancer du cœur (Beth Dito) ou la femme lasse et perdue (Kim Gordon). Mais ce casting insolite et plutôt talentueux s’oublie face à une succession de séquences au bavardage cathartique usant. Le film s’embrouille dans des dédales de flash-back et de montage alterné qui, superposés à des dialogues en lieux communs, rendent l’œuvre inaboutie et superficielle dans son décor eighties. Tant et si bien que ces personnages cassés, dont on sent pourtant la tendresse que Gus Van Sant a pour eux, apparaissent vidés de leur substance, jusque dans les outrances de jeu de Joaquim Phoenix.

 





Dessins anecdotiques

Le levier du film : la renaissance de Callahan grâce à ses dessins et au talent qu’il développe et fera sa renommée, n’est qu’esquissé. Quelques inserts et gros plans sur Callahan en train de croquer ses dessins sont intercalés de façon sommaire entre les différentes séquences du long métrage (l’oeuvre s’ouvrait pourtant sur ces dessins, de manière plus approfondie). On ne peut donc prendre la mesure de leur contenu acide et irrévérencieux et c’est laissé par là une matière riche à exploiter. En définitive, les individualités brisées et leur itinéraire de reconquête mis en scène ici passent au second plan au profit d’un « bruit » dramaturgique alourdi. Les êtres marginaux ou abîmés représentés, malgré la bienveillance poétique que leur confère le cinéaste, ces âmes à fleur de peau que l’on retrouve dans ses films, sont perçues dans celui-ci comme des figures de désespoir anecdotiques, en dépit du chemin de rédemption et de reconquête de soi qui les motivait tous.

Titre original : Don´t Worry, He Won´t Get Far On Foot

Réalisateur :

Acteurs : , , ,

Année :

Genre :

Durée : 114 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

La Passagère

La Passagère

Plongée traumatisante dans l’électrochoc concentrationnaire, « La Passagère » est une oeuvre lacunaire unique en son genre tant elle interroge l’horreur de l’Holocauste par la crudité aseptisante de ses descriptions aussi bien que par les zones d’ombre qui la traversent. Retour sur ce chef d’oeuvre en puissance qui ressort en salles en version restaurée 4K.

Le Salon de musique

Le Salon de musique

Film emblématique et sans doute le chef d’oeuvre de Satyajit Ray même si le superlatif a été usé jusqu’à la corde, « Le salon de musique » ressort dans un noir et blanc somptueux. S’opère dans notre regard de cinéphile une osmose entre la musique et les images qui procèdent d’une même exaltation hypnotique…

WESTFIELD STORIES SAISON 2

WESTFIELD STORIES SAISON 2

Interview de Nathalie PAJOT, Directrice Marketing France d’Unibail-Rodamco-Westfiel. Elle nous présente la deuxième édition du Festival de courts-métrages Westfield Stories auquel est associé Kourtrajmé, le collectif de jeunes cinéastes crée par Ladj Ly.

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Le cinéma de Mani Kaul dépeint subtilement la manière dont la société indienne traite ses femmes. On peut qualifier ses films d’art et essai tant ils se démarquent de la production commerciale et sont novateurs par leur forme originale. Avec une âpreté et une acuité douloureuses, le réalisateur hindi décline le thème récurrent de la femme indienne délaissée qui subit le joug du patriarcat avec un stoïcisme défiant les lois de la nature humaine. Un mini-cycle à découvrir de toute urgence en salles en versions restaurées 4K.