Select Page

Donnie Darko

Article écrit par

Pas loin de vingt ans après sa sortie, Donnie Darko fait son retour en version restaurée dans les salles françaises. L’occasion de revenir sur un film des plus étranges – et par-là, des plus beaux.

 

Une beauté mystique

Qui se lance dans Donnie Darko sera saisi par la beauté mystique des images. Qui se lance dans la critique de Donnie Darko – tel votre loyal serviteur – se heurtera à cette beauté, tant les fantaisies visuelles, proprement inexplicables, insaisissables par la raison, dominent le récit. Nous ne vous ferons donc pas l’affront d’essayer d’interpréter un film aussi polysémique et tâcherons, au contraire, de dire ce qu’induit une telle polyphonie interprétative.

Sans verser outre-mesure dans l’herméneutisme, on peut cependant noter que la fable fantastique met en exergue bien des problèmes rencontrés par un jeune homme américain à cette époque. Une bonne partie de Donnie Darko ressemble furieusement à la mise en images de la volonté de puissance qui anime le jeune Donnie Darko (Jake Gyllenhaal, rôle qui l’a révélé) et qu’il ne peut exprimer dans le cadre très normé de la banlieue pavillonnaire états-unienne. D’une certaine manière – comique en moins, tragique en plus, fantastique en partage –, Donnie Darko s’apparente à Edward aux mains d’argent (Tim Burton, 1991). Les deux œuvres content le désir d’insuffler un brin de folie poétique dans un milieu des plus stériles pour l’imagination.

Multiplier les sens, ouvrir l’horizon spirituel

Seulement, à la différence du très lisse Edward aux mains d’argent (mais très beau dans son genre), Donnie Darko est un film à dénivelés. Une fable crevée de trous et pleine de bosses, qui mettra à mal – et c’est tant mieux – la compréhension immédiate du spectateur, pour mieux libérer chez lui ses facultés d’interprétation. Le réalisateur Richard Kelly se plaît en effet à multiplier les effets formels pour mieux ouvrir, tel le ciel au début du film, les hypothèses de lecture. Le montage poétique qui lie la réalité vécue par Donnie, ses rêves et ses hallucinations nous fait perdre pied. Transplanté dans un autre monde, nous n’avons d’autre choix que de nous laisser emporter par une succession d’images déroutantes.

À défaut d’y trouver un sens, on peut d’abord s’émerveiller du geste que produit Donnie Darko. Dans une banlieue états-unienne fermée sur elle-même, le film déchire le voile des conventions sociales et de la routine pour laisser libre cours aux rêveries visuelles et mystiques. Ainsi déchiquetée, la toile de la réalité ne pourra jamais retrouver sa platitude ordinaire.

 

Réalisateur :

Acteurs : , , , , , ,

Année :

Genre : ,

Pays :

Durée : 133 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Les chemins de la haute ville

Les chemins de la haute ville

Styliste jusque dans le détail flamboyant de l’adaptation, Jack Clayton circonscrit les fourvoiements d’un rastignac provincial dérouté sur « les chemins de la haute ville ». Soixante ans après sa sortie fracassante, le film marque encore les esprits par le prurit des désirs inassouvis qu’il déclenche en nous. Un soap opéra férocement jouissif en version restaurée 4K.

Camille

Camille

Voir ce film est comme ouvrir le journal : reportage en une dizaine de pages du conflit en Centrafrique avec photos exclusives de Camille Lepage.

Joker

Joker

Amas d’abîme sur lequel tente de danser un corps ravagé, « Joker » repose tout entier sur la composition démentielle de son acteur.

Gemini man

Gemini man

De retour sur les écrans, Will Smith s’impose un rôle dans la continuité logique de sa carrière dans le nouveau projet de Ang Lee, réalisateur et producteur taïwanais notamment reconnu pour sa capacité d’adaptation au fond et à la forme.