Select Page

Clermont-Ferrand : Jour 5

Article écrit par

Comment distinguer le festivalier fidèle du néophyte ?

Un homme, seul dans la forêt, s’occupe de ses chiens, chasse, dépèce, regarde une danseuse à la télévision, dans sa maison rurale. Plus franchement humain, l’homme n’ouvre jamais la bouche : aucune communication, contrairement à ses chiens, qui grognent, aboient. Pourtant, l’homme se rend au supermarché, fusil en bandoulière. Il y pénètre le soir, prend quelques produits, passe à la caisse, paie. En revenant chez lui, quelque chose change, il ne supporte plus ses chiens. Il les tue, un à un, la fille danse devant l’habitation, accompagnée d’un black metal tonitruant.

Premier film de Caroline Poggi, Chiens (2012) décrit la trajectoire d’un individu mené d’une pseudo animalité à une folie meurtrière. Le titre semble déjà dire toute l’inhumanité du personnage principal. Tous des chiens, pas d’hommes. La gravité du film tient par cette absence de musiques (excepté à la fin), le son est seulement nourri par des aboiements. Poggi semble vouloir faire partager la solitude du personnage au spectateur.

L’ambiguïté de cet homme est distillée tout au long du film, encore un peu humain, la télévision, son fusil, la caisse du supermarché, il ne semble pas avoir conscience des effets néfastes de sa réclusion. Chiens gravite autour de l’inconscience d’un homme perdu, reniant ses envies. Poggi cache intelligemment les causes de l’isolement, elle ne s’intéresse qu’aux conséquences. Chiens décrit cet instant charnière où tout bascule.

Clermont-Ferrand : Jour 4


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

A bigger splash

A bigger splash

A la manière de Warhol, Jack Hazan nous offre un portrait magnifique du peintre David Hockney, mais aussi de toute une époque disparue à jamais. En salles puis en DVD et Blue-Ray.

Le ciel est à vous

Le ciel est à vous

Cinéaste du prolétariat urbain avec sa conscience de classe, Jean Grémillon s’identifie à son public qui lui-même se personnifie dans les acteurs populaires. Le peuple devient le seul acteur porté par un même élan. Son oeuvre est parcourue par l’exercice d’un tragique quotidien où le drame personnel côtoie la grandeur surhumaine des événements. Focus sur la ressortie 4K du “Ciel est à vous”.