Benjamin Gates et le Livre des Secrets (National Treasure 2: the Book of Secrets)

Article écrit par

En attendant Indiana Jones, Benjamin Gates assure le spectacle dans la confusion.

Plutôt que de parler directement de politique, à l’instar du Watergate abordé par Oliver Stone dans Nixon d’Oliver Stone, Benjamin Gates mélange culture populaire américaine et mémoire collective dans une sauce Barbecue. Derrière une confusion de genres, Benjamin Gates n’incarne pas avec suffisamment de crédibilité la « conscience américaine » que son personnage revendique. Benjamin Gates est d’abord un croisement entre différents personnages cultes du cinéma.

Benjamin est d’abord assez proche du personnage de Ian Fleming. Ce James Bond recherche la Cité d’Or, preuve ultime de l’honorabilité de son grand-père. Le dessein est certes assez différent d’une histoire d’espionnage autour de la Guerre froide mais le potentiel destructeur du personnage est identiqueà celui de l’agent 007.

« Benjamin Bond » opère en tout intelligence dans son milieu.  A vive allure, en voiture, grâce au flash de la photo prise par un radar londonien, il sauvegarde puis récupère l’image d’un mystérieux parchemin. Q n’est pas loin. On aperçoit son fantôme, tout au long du film, réincarné dans la peau du frère de Benjamin Gates, Thomas (Joel Gretsch). Ce dernier est cependant loin d’avoir la répartie légendaire de Desmond Llewelyn (Q). La démonstration des moyens utilisés par Benjamin Gates (vol à Buckingham Palace, intrusion dans le bureau ovale de la Maison Blanche, kidnapping du président des Etats-Unis, …) est quelque peu disproportionnée avec la défense de l’honneur de son grand père. Mais où est M ?

Benjamin, Indiana Jones des temps modernes ? La relation entre Benjamin et Henry Gates (Jon Voight), son père, est ensuite étrangement proche de celle d’Harrison Ford et de Sean Connery dans Indiana Jones et la Dernière Croisade. Junior l’intrépide, n’écoutant pas les conseils de son père est irrésistiblement aspiré dans une quête d’un graal (la Cité d’Or). La présence du nonchalant Johnny Guitar (Harvey Keitel) et du taciturne Beetlejuice (Ed Harris) n’enlèvent rien à cette présence dans l’action du mythe « de l’aventurier au lasso ». Cependant, les scénaristes voulant éviter à tout prix la référence avec le régime nazi de Indiana Jones et la Dernière Croisade, ils se sont contentés d’une modeste allusion à un aigle dans le Livre des secrets que recherche Benjamin Gates. Derrière l’aventure, moins palpitante, manque une touche d’ironie à ce divertissement. Vivement Indiana Jones et le Royaume du Crâne de Cristal !

Titre original : National Treasure 2: the Book of Secrets

Réalisateur :

Acteurs : , , , , ,

Année :

Genre :

Durée : 128 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

WESTFIELD STORIES SAISON 2

WESTFIELD STORIES SAISON 2

Interview de Nathalie PAJOT, Directrice Marketing France d’Unibail-Rodamco-Westfiel. Elle nous présente la deuxième édition du Festival de courts-métrages Westfield Stories auquel est associé Kourtrajmé, le collectif de jeunes cinéastes crée par Ladj Ly.

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Le cinéma de Mani Kaul dépeint subtilement la manière dont la société indienne traite ses femmes. On peut qualifier ses films d’art et essai tant ils se démarquent de la production commerciale et sont novateurs par leur forme originale. Avec une âpreté et une acuité douloureuses, le réalisateur hindi décline le thème récurrent de la femme indienne délaissée qui subit le joug du patriarcat avec un stoïcisme défiant les lois de la nature humaine. Un mini-cycle à découvrir de toute urgence en salles en versions restaurées 4K.

Le chant des vivants

Le chant des vivants

Quitter son pays, essuyer les coups, traverser la mer… Mais si le pire était à venir ? Survivre n’est pas un tout. Cécile Allegra propose à de jeunes exilés de penser l’après, par l’art-thérapie. Le chant des vivants est une douloureuse mélodie de laquelle advient une merveille cinématographique.