Select Page

Antiviral

Article écrit par

Steak de Rihanna ou mycose de Lady Gaga ?

La fascination pour les stars est telle qu’on fait tout ou beaucoup pour leur ressembler, singer illusoirement leur mode de vie : on s’offre leur coupe de cheveux, on suit le même régime, on fouille leurs poubelles pour les plus névrosés. La conséquence logique d’une société d’ultramédiatisation pourrait être celle que Brandon Cronenberg développe dans son premier long métrage : souhaiter partager leur maladie. Contracter le rhume de machin, choper l’herpès de chose, se finir au cancer de bidule… semble être le nec plus ultra de la consommation. Des sociétés proposent donc à la vente l’inoculation des virus de célébrités, se disputant la rareté des cas afin d’offrir à leurs clients le meilleur pour leur mal-être : le patient/client ne vient pas pour être soigné mais pour aller plus mal, moins partager les souffrances de la star que la posséder de la manière la plus intime qui soit.

L’analogie, la confusion qui s’opère entre le milieu médical et celui des affaires est remarquablement menée au début du film. L’infirmier qui inocule les virus, malgré sa blouse, a tout du commercial véreux qui flatte le patient/client pour lui vendre un produit plus cher, produit lui-même marchandé à prix d’or auprès des stars. Les scènes se répètent, montrant un discours parfaitement rodé, modelé en fonction de ce que le client a envie d’entendre pour se porter acquéreur et redoublé par les brefs clips de quelques secondes de la star évanescente diffusés en boucle. Une star érigée au rang d’idole dont la moindre exhalaison devient relique précieuse. Une fascination extrême qui a tôt fait de se muer en un cannibalisme détourné sous la forme de commercialisation de steaks fait à base de tissus cellulaires. Imaginez une bonne cuisse de Robert Pattinson ou un rôti de Katy Perry.

 

 
 
Le monde décrit par Brandon Cronenberg a quelque chose d’effrayant car terriblement proche de nous. Il se garde bien de situer avec précision l’époque, mais on sent une proximité immédiate avec la nôtre. Malheureusement cela reste assez peu exploité par le film. Sur le papier, le projet peut faire hausser les sourcils tant il pourrait y avoir des similitudes avec le travail de Cronenberg père (les années 80 principalement). Mais Antiviral amoindrit considérablement sa dimension socio-culturelle au profit de celle du polar d’anticipation, certainement pas catastrophique, mais sans réelle grandeur. Cronenberg avait pourtant la matière pour transcender l’apparence nécessaire du thriller en transmettant l’aspect viral de son personnage principal à l’ensemble du film, comme il semble le faire en première partie dans le contraste entre la fascination et le caractère mortifère des transactions. D’un regard sur la société de consommation à l’heure de l’omniprésence des mass media, on bascule dans une histoire de contrebande technoscientifique de moindre envergure assez cliché dans sa forme et son esthétique. Clinique of course

Titre original : Antiviral

Réalisateur :

Acteurs : , , ,

Année :

Genre :

Durée : 104 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Chronique d’un amour

Chronique d’un amour

Sortie en Blu-Ray et DVD le 5juillet. Premier long métrage de fiction de Michelangelo Antonioni, « Chronique d’un amour » renaît littéralement de ses cendres tel le phénix ; le négatif original ayant été détruit dans un incendie. Film mythique et embryonnaire, il amorce le thème essentiel de la
geste antonionienne : l’ennui engendré par l’inaptitude au bonheur. En version restaurée.

Le Désert rouge

Le Désert rouge

Sortie en Blu-Ray et DVD le 5juillet. Avec “Le désert rouge”, Michelangelo Antonioni décrit le symptôme d’un monde en mutation à travers l’aliénation de Giuliana, femme au bord de la crise de nerfs, qui ne l’appréhende plus que par le prisme des couleurs d’une névrose compulsive autant qu’obsessionnelle. Un premier opus en couleurs superbement remasterisées dans sa version restaurée 4K.

Bandits à Orgosolo

Bandits à Orgosolo

S’il est un chef d’œuvre à découvrir promptement, c’est bien « Bandits à Orgosolo » honoré en 1961 du prix de la meilleure première œuvre à la Mostra de Venise. Oeuvre circonstancielle, directe, poignante, tournée avec des non-acteurs dans leur propre rôle de composition de bergers mutiques. Western sarde, le film dégage cette authenticité palpable et palpitante
qui ne tombe jamais dans le mélo sentimental ou compassionnel. Distribué par Carlotta en version restaurée…