Alain Resnais : dramatisation du passé, dépression au présent

Article écrit par

Alain Resnais, l´un des plus talentueux cinéastes de l´Histoire du cinéma français. Resnais a traversé les époques sans être catalogué, l´originalité du bonhomme et sa discrétion ayant fait de lui un cinéaste en marge, au talent hors norme.

Resnais aime travailler avec son temps, son époque et la mémoire. Il aime aussi retracer les fils de la vie.
De Boulogne à Auschwitz, l’homme n’a jamais cessé de considérer le temps comme une matière. Dans Muriel, il fragmente un présent qui craquelle sous les coups de boutoirs de la guerre d’Algérie ; dans Nuit et Brouillard, il oppose au présent et au réel la hantise de la géométrie concentrationnaire. Hiroshima mon amour est l’écrin de la statufication des corps, et de la fossilisation de l’Humaine condition comme une substance grise, désacralisée et blessée.

Je t’aime je t’aime, ou comment le bégaiement d’un titre devient la matrice de la réactualisation du passé de Claude Ridder. La tragique histoire d’amour se consume dans son passé et dans l’impuissance du héros à sauver ce qui lui est de plus cher. Providence, lui, correspond au sentiment que la vie s’arrête, et à une prose cinématographique hétérogène questionnant la notion de création, une plongée dans la mémoire ainsi que la reconstruction d’expériences vécues ou fantasmées.

Entre lyrisme et cauchermar, entre passion et massacre, Alain Resnais oscille sans cesse d’un extrême à l’autre. Les films choisis dans sa filmographie, pour « le coin du cinéphile » de cette semaine, servent à définir l’insaisissable objectif, l’évanescente surprise d’un auteur, au sens noble du terme.

Réalisateur :


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Remorques. Sortie Blu-ray/DVD chez Carlotta

Remorques. Sortie Blu-ray/DVD chez Carlotta

Quittant la rade de Toulon et l’atmosphère délétère et gangrenée qu’il instille dans « L’étrange monsieur Victor », Jean Grémillon choisit celle, embrumée, de Brest où il s’attelle à dépeindre l’ épopée maritime tumultueuse des sauveteurs des cargos en perdition. Le réalisme est saisissant, porté par la romance chavirante du réalisateur et la poésie incantatoire des dialogues de Jacques Prévert.