Select Page

Winnipeg mon amour

Article écrit par

Guy Maddin nous livre une allégorie remarquable dans laquelle sa ville natale, Winnipeg, devient le cinéma même. Film enneigé où le souvenir se confond avec le rêve.

Prenant la place d’un visionnaire, Guy Maddin propose une oeuvre en marge de celle de ses contemporains. Il met en place un cinéma aux pulsions à la fois fascinatoires et répulsives. Allant jusqu’à nous ôter tout sens de la réalité, il s’introduit avec talent dans nos âmes.

Winnipeg mon amour est une magnifique ode à sa ville natale, que nul autre cinéaste à ce jour n’a été en mesure de nous  confier. Parcourant les genres du documentaire, de l’autobiographie et de la fiction, Guy Maddin nous entraîne dans une dérive onirique. Ce film, dernier en date du cinéaste, est en réalité une tentative de fuir cette ville. À bord d’un wagon, un homme nous conte Winnipeg entre ses songes et ses hallucinations. Balayant les paysages enneigés, c’est au cœur même de La Fourche, au confluent des rivières Rouge et Assiniboine, que se dévoile la face cachée de la capitale du Manitoba.

Dans ce train aux allures de cachot, une voix vient happer notre oreille attentive, l’entraînant sur les pas des somnambules qui parcourent la ville, leurs clés à la main. Hypnotisés par la profondeur de cette voix, nous côtoyons malgré nous des chevaux pétrifiés dans la glace, les fantômes d’une équipe de hockey, un maire s’adonnant au spiritisme…

La caméra de Guy Maddin regorge d’ingéniosité. Tout y est, les accents intouchables du film muet comme les fantasmes incertains du surréalisme. Les plans s’entremêlent, allant presque jusqu’à percer les personnages ; les gros plans s’entassent dans nos têtes, laissant l’image subliminale se figer dans la mémoire.

Mais le narrateur du film ne s’arrête pas à de simples déambulations statiques d’un homme restant assis dans le train qui passe. Comme pour conjurer un passé, il reconstitue des moments de son enfance. Sa mère (Ann Savage) et des acteurs font revivre, face à la caméra, des fantômes trop présents. À ce sujet, Guy Maddin a « cru bon d’inclure des éléments de (sa) propre enfance et des reconstitutions d’épisodes familiaux (…) : si je devais dresser le portrait de ma ville natale, il ne pouvait s’agir que de mon Winnipeg ».

Winnipeg mon amour est un film alchimique. Un film qui transforme le cinéma en art et transfigure notre pensée, qui restera hantée par la pureté enfouie sous l’angoisse des nuits de Winnipeg.

A noter : le Centre Pompidou propose une retrospective « Guy Maddin », du 15 octobre au 7 novembre 2009, avec en avant première une projection de Winnipeg mon Amour.

Titre original : My Winnipeg

Réalisateur :

Acteurs : , , ,

Année :

Genre :

Durée : 90 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Les chemins de la haute ville

Les chemins de la haute ville

Styliste jusque dans le détail flamboyant de l’adaptation, Jack Clayton circonscrit les fourvoiements d’un rastignac provincial dérouté sur « les chemins de la haute ville ». Soixante ans après sa sortie fracassante, le film marque encore les esprits par le prurit des désirs inassouvis qu’il déclenche en nous. Un soap opéra férocement jouissif en version restaurée 4K.

Camille

Camille

Voir ce film est comme ouvrir le journal : reportage en une dizaine de pages du conflit en Centrafrique avec photos exclusives de Camille Lepage.

Joker

Joker

Amas d’abîme sur lequel tente de danser un corps ravagé, « Joker » repose tout entier sur la composition démentielle de son acteur.

Gemini man

Gemini man

De retour sur les écrans, Will Smith s’impose un rôle dans la continuité logique de sa carrière dans le nouveau projet de Ang Lee, réalisateur et producteur taïwanais notamment reconnu pour sa capacité d’adaptation au fond et à la forme.