Un tir dans la tête (Tiro en la cabeza)

Article écrit par

Un an après sa magnifique « Soledad », Jaime Rosales revient avec une oeuvre plus discutable, très déroutante de par la radicalité de son dispositif… mais dans tous les cas largement digne de regard.

Un principe esthétique déroutant

Avec Un tir dans la tête, c’est un film pour le moins déconcertant que nous livre Jaime Rosales. Le réalisateur innove, explore, expérimente, pour présenter une œuvre indéfinissable, de telle sorte qu’il parait difficile, en sortant de la salle, d’affirmer clairement si l’on a aimé ou non. Dubitatif, le spectateur ne manquera pas de s’interroger sur ce qu’il a vu.

L’histoire est celle d’un fait divers qui a bouleversé le réalisateur : le 1er décembre 2007, un membre de l’ETA tue par balle un policier en civil. Ainsi, le film propose de suivre la vie de ce membre de l’organisme indépendantiste basque durant les jours précédant l’assassinat.

Caméra à distance, aucune parole, les sons extérieurs pour seule ambiance sonore… Un tir dans la tête a de quoi déstabiliser. A la surprise première succède cependant la réflexion, et l’on aurait presque envie de se rendre de nouveau en salle afin d’observer plus minutieusement les gestes, les attitudes des personnages. En effet, le réalisateur ne dicte rien au spectateur, il lui laisse donc l’opportunité de se « créer » sa propre histoire, d’interpréter les discussions, les relations entre les différentes personnes. Le long regard échangé par « le tueur et le tué » dans la cafétéria de Capbreton est lourd de sens, de profondeur, et toute parole n’aurait pu que gâcher cet intense instant.

L’esthétique du film est également intéressante et là encore le réalisateur explore, et ce faisant étonne. Prenons pour exemple l’image obtenue lorsqu’il filme (au téléobjectif) les appartements à travers les fenêtres, notamment la nuit : le carré de l’ouverture illuminée contraste avec la noirceur des murs de l’immeuble. L’image est belle, intrigante, profonde.

Jaime Rosales, dans le court extrait sonore qui précède le film, dit simplement espérer que l’on « trouver[a] cela intéressant » ; eh bien la réponse est définitivement « oui ». Inclassable, Un tir dans la tête a le mérite d’innover et de susciter la réflexion. Il ne manquera certes pas de diviser, mais n’est-ce pas une qualité que d’inviter à l’échange, à la discussion ?

A prendre ou à laisser

Ce dernier film est surtout, pour qui fut sensible aux propositions esthétiques du précédent film de Rosales, La Soledad, le terrain d’un double constat. Celui d’abord d’un manifeste souci, de la part du cinéaste, d’aborder le contemporain, l’histoire récente de son pays, la société espagnole d’aujourd’hui, principalement sur le mode de la distanciation. L’émotion, dans ce cinéma, peut être d’autant plus forte qu’elle n’est au fond le fruit d’aucune manifestation d’affect, d’aucun drame immédiatement identifiable. Il faut accepter au préalable l’idée d’une incomplétude, d’une esquive de la pleine « lisibilité » des signes, pour espérer ne serait-ce qu’un peu se positionner, trancher quant à sa réelle qualité.

L’emploi du split-screen, dans La Soledad, compartimentant les plans, créant au cœur même des images une nette « séparation » des êtres – pourtant déjà saisissable sans – pouvait, au-delà de sa dimension purement « artistique », jouer davantage que prévu sur la réception d’une crise madrilène aux manifestations extérieures très infimes. La transparence du procédé s’accordait, de loin en loin, à l’effective mais pudique « solitude » d’êtres seulement unis par leur commun flottement existentiel.

Gageons que la plus grande radicalité encore du dispositif d’Un tir dans la tête, la fidélité sans faille de Rosales à son intention de départ (ne saisir un drame à venir, sa fatale mais peu évidente survenue, qu’à distance, par le procédé certes très arbitraire du téléobjectif), ne manqueront pas de faire renoncer définitivement nombre de sceptiques. Il n’est pas faux que le film, aussi bref soit-il (à peine 80 minutes), pèse du poids conséquent de son apparente neutralité. Reste que conclure, ici, aussi bien au « chef-d’œuvre » qu’à la vaine expérimentation arty ne saurait suffire à expliciter ce qu’est, au final, Un tir dans la tête. Plus proche en effet d’une œuvre d’installation interrogeant sans cesse la place du spectateur, que d’un « film » au sens le plus classique du terme, diluant sa fiction tout en garantissant toujours l’identification, la distinction de ses figures, ses corps principaux, l’objet intrigue surtout par son identité toujours fuyante : modelé par le seul présent, tout s’y enfuit comme s’y anticipe.

Titre original : Tiro en la Cabeza

Réalisateur :

Acteurs : , , ,

Année :

Genre :

Durée : 70 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Journal intime

Journal intime

Adapté librement du roman de Vasco Pratolini, « Cronaca familiare » (chronique familiale), « Journal intime » est considéré à juste titre par la critique comme le chef d’œuvre superlatif de Zurlini. Par une purge émotionnelle, le cinéaste par excellence du sentiment rentré décante une relation fraternelle et en crève l’abcès mortifère.

Été violent

Été violent

« Eté violent » est le fruit d’une maturité filmique. Affublé d’une réputation de cinéaste difficilement malléable, Zurlini traverse des périodes tempétueuses où son travail n’est pas reconnu à sa juste valeur. Cet été
violent est le produit d’un hiatus de trois ans. Le film traite d’une année-charnière qui voit la chute du fascisme tandis que les bouleversements socio-politiques qui s’ensuivent dans la péninsule transalpine condensent une imagerie qui fait sa richesse.

Le Désert des tartares

Le Désert des tartares

Antithèse du drame épique dans son refus du spectaculaire, « Le désert des Tartares » apparaît comme une œuvre à combustion lente, chant du cygne de Valerio Zurlini dans son adaptation du roman éponyme de Dino Buzzati. Mélodrame de l’étiquette militaire, le film offre un écrin visuel grandiose à la lancinante déshumanisation qui s’y joue ; donnant corps à l’abstraction surréaliste de Buzzati.

Les Jeunes filles de San Frediano

Les Jeunes filles de San Frediano

Ce tout premier opus de Valerio Zurlini apparaît comme une bluette sentimentale. Clairement apparentée au “néo-réalisme rose”, la pochade, adaptant librement un roman de Vasco Tropolini, brosse le portrait d’un coureur de jupons invétéré, Andréa Sernesi, alias Bob (Antonio Cifariello).